Welcome in wonderland ♥



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

NEWS : UN NOUVEAU DESIGN AVEC LA SUBLIME KIM HYUN AH & UN ÉVÈNEMENT QUI VIENT TOUT JUSTE D'OUVRIR SES PORTES ! SOYEZ NOMBREUX !

Partagez | 
 

 Welcome in wonderland ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Welcome in wonderland ♥   Lun 8 Oct - 19:18



Samedi. huit heure et demi. Cela fait quasiment deux heures que tu es debout et en forme. évidemment, ce ne fut pas le cas dès le réveil. à peine avais-tu quitté ta chambre que ton regard s'était posé sur ta belle-mère, sortant de la chambre de ton père. L'ayant zieuté d'un mauvais yeux, tu lui as fait comprendre par message codé de ne pas te parler alors que tu étais à moitié dans les vapes. Une chance pour toi, elle n'a rien dit et à fait sa vie, sans ce soucier de toi et ta petite personne. Tu ne l'aimes pas, c'est tout. Alors tu fais en sorte qu'elle le remarque dès l'instant où vos regards se croisent. Qu'importe, tu avais donc traîné tes pieds jusqu'à la cuisine pour prend un bol de céréale et le manger devant la télé, lentement mais sûrement. Tu avais mit littéralement une demi-heure à manger avant de tout laisser en plan sur la table basse. Ce n'était pas une mauvaise habitude de ta part, juste une façon d'embêter Yu Rin, ta belle-mère. Si tu pouvais lui compliquer la vie à la moindre occasion, alors tu le faisais sans hésitation. C'est ainsi que tu allais dans la salle de bain, continuant à mettre le bordel sans ranger. Ton linge sale éparpillés dans la petite pièce, les flacons de savons en désordre dans la baignoire ou même les brosses à droite et à gauche. Pas de besoin de dessin, tu ne voulais pas la rendre heureuse de bon matin. Sur ce, tu partais te vêtir dans ta chambre, t'amusant à mettre la musique à fond. Aussitôt le premier couplet passé, ton père déboula dans ta chambre sans taper, l'air furieux. S'en suit une engueulade sans queue ni tête alors qu'il n'est pas bien éveillé ... Et toi, tu l'ignores, enfilant un tee-shirt et une légère veste. Qu'il parle, qu'il parle, tu fais comme s'il n'était pas là. Alors qu'il s'évertuait à te faire la moral, tu prenais ton portable, porte monnaie et médicament avant d'aller embrasser sa joue, tout sourire. « Bonne journée, papa ~ » C'est sûrement cela qui agaçait le plus mon père, que tu en fasse qu'à ma tête. Mais il n'eut le temps de rien dire que tu filais déjà de la maison, direction le métro.

Comme tout week-end, tu devais bosser à lotte World, en tant que mascotte du parc. Ce n'était pas vraiment un mérite d'être déguisé en raton laveur géant pour faire le tour du parc, surtout que c'est immense. Heureusement, tu dois occupé qu'un espace particulier. Ce samedi, c'était le château disney, en dehors de l'immense dôme. Dommage, tu adores flâner entre les boutiques et sentir les bonnes odeurs des stands de nourriture. Ceci dit, il y avait plus d'enfant vers le château qu'ailleurs dans le parc. Surtout des petites filles, rêveuses et adorables. Et c'est avec plaisir que tu leurs offrais des ballons. Ils n'avaient pas tous la même forme, certains représentaient des princesses, d'autre des personnages de dessin animé célèbre, ou même de raton laveur, comme toi. Au fond, tu adorais travailler ici, même en devant porter autant de vêtement sur toi. C'était très imposant, sans oublier l'énorme tête du raton laveur. Le parc avait ouvert vers les neuf heures ce matin et déjà il était bien remplis. Tu n'avais pas choisis le meilleur moment pour venir bosser ici, mais qu'importe, tu t'amuses tellement. Parcourant le périmètre que l'on t'avait affecté, un couple voulu prendre une photo avec toi. C'est à ce moment qu'une idée avait traversé ton esprit. Prenant cinq minutes de pause, tu te faufilais dans un coin pour retirer ta tête d'animal et prendre ton portable sous ton costume.

Numéro masqué a écrit:
message; Monsieur Ahn Jordy est convié à Lotte World avant onze heure, devant le château disney. S'il ne vient pas, quelque chose de grave arrivera.
Signé, l'inconnu masqué.

Tu riais seul en envoyant ce message à ce cher Jordy, en numéro masqué, évidemment. C'est d'ailleurs cela qui te donnait l'idée de signer "l'inconnu masqué" parce qu'il ne pouvait savoir qui lui envoyait ce message. Cela fait, tu rangeais ton portable et remettais correctement ton déguisement. Il te restait encore du temps avant qu'il ne débarque ici, en espérant qu'il ne te snob pas, sinon ça va mal se passer. Sachant qu'il ignore ton identité, il risque pas de savoir le degré de ta rancoeur s'il te zappe. Bref. Pour l'instant, tu continuais ton boulot. Prendre des photos, discuter avec les enfants, donner des ballons ou va savoir quoi d'autre d'enfantin. Tu aimes ce rôle, bien que tu ne puisses te fondre dans la masse ainsi vêtu. L'heure suivante fut la même que précédemment. Et doucement, l'horloge indiquait l'heure de ton rendez-vous. Maintenant que tu y pensais, comment allait-il te reconnaître ? à dire vrai, tu pensais le voir avant et lui tomber dessus ... à présent, cette idée te semble stupide, mais c'est bien trop tard pour faire demi-tour. Tant pis, tu restais proche du château, guettant sa venue comme un lion surveille sa proie. Ou un raton laveur, dans ton cas.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 10 Oct - 1:46


Je fermais les yeux et soupirais, j'écoutais les bruits incessants. « Putain... » J'en avais plus que marre de l'entendre hurler. Qui ça ? La putain de gamine qui me servait de voisine. Elle était pourrie gâtée et au moindre petit refus, elle se mettait à se rouler par terre, casser des objets, hurler comme une hystérique, taper des pieds et des poings un peu par tout. Une véritable horreur à vivre, ça je peux vous le dire. C'était bien sûr du matin et ce jusqu'au soir, un vrai cauchemar, un bien gros bordel. C'était d'ailleurs comme ça que j'étais devenu un insomniaque, oui, parce qu'avec le temps, on s'y habitue, croyez-moi. « Quand est-ce qu'elle va fermer sa gueule, la gamine ? » Bien sûr, j'avais quand même essayé de parler aux cher parents qui m'avaient dans le meilleur des cas promis de la foutre en pension s'ils n'arrivaient pas à la redresser... Mais ces mêmes dits parents n'ont toujours rien fait et cela doit bien faire six ans que j'supporte tout ça. Au final, je devrais juste penser à déménager.

C'est donc après un long moment que je daignais enfin me lever. Ils m'avaient achevés ceux là, parce quand la gosse hurle, la mère s'énerve et c'est le père qui prend. J'étais assez bien placé pour le dire, puisque de toute façon, j'avais vécu plus ou moins ça il y a un moment. J'ai longtemps connu ce scénario, et franchement, ça m'exaspérais. Directement, je me dirigeais vers la cuisine, le portable à la main. D'un long soupire émanant de mes lèvre sèches, je lisais les quelques messages que j'avais bien pu recevoir dans la matinée - j'ai oublié de précisé que j'avais eu une nuit bien mouvementée et que je n'étais rentrée qu'au jour levé. Il était déjà bien tard, en fait. « T-Tiens ? » Il était midi passé, j'attrapais un verre pour étancher ma soif. Un message provenant d'un inconnu m'interpellais.

Citation :
message; Monsieur Ahn Jordy est convié à Lotte World avant onze heure, devant le château disney. S'il ne vient pas, quelque chose de grave arrivera.
Signé, l'inconnu masqué.
Je lisais à haute voix le message, complètement surpris, pensant tout de suite à une blague avant de raisonner... Bon, d'accord. J'étais déjà en retard au rendez-vous. Mais ça m'intriguais ça, le Lotte World. C'était pas là où travaillais mon tendre petit - ce mot est à prendre au second degré, ce mec me dépasse d'une tête et je suis beaucoup plus vieux que lui - bonhomme de Nakht ? C'était bizarre. Ce ne pouvais pas être Nakht pour lui, il ne cachait jamais son numéro quand il m'envoyait un message... Mais alors qui était-ce ? Mon cerveau commençait déjà à fuser de question, et ça m'agaçait franchement. Pas de panique, je pensais déjà au pire, et si c'était quelqu'un qui avait enlevé mon protégé ? Forcément ! M'enfin, c'était une "invitation" ... Je trouvais ça trop louche, et pour ne pas prendre de risque, je m’empressais de m'habiller et essayer de coiffer cette tignasse qui me servait de cheveux, attrapant le clefs de ma moto cross et mon portable avant de débouler comme une furie dans les rues. Je dois avouer que j'ai toujours été très... Impulsif. Ouais. Le Lotte World était quand même assez loin, je me dépêchais d'y arriver.

Alors après avoir galéré un siècle de temps à trouver une place sur le parking, avoir vaincu ce foutu anti-vol de mes deux qui refusais - comme par magie - de se fermer... J'arrivais devant une foule du diable, c'était une invitation en carton, je devais faire la queue ET payer mon entrée pour pouvoir y entrer. « Putain, mais c'est quoi ce parc de casse-couille ? J'suis invité je vous dis ! J'ai pas besoin de payer ou de faire la queue, non ? » ... J'injurais presque le surveillant et le guichetier... Puis finalement je m'étais résigné. Bordel, je perdais de plus en plus de temps. Mais cependant, une fois les étapes ennuyeuses passées et une fois arrivé dans le parc, j'étais pas mieux avancé. Il n'y avait aucun lieu de rendez-vous, pas même un signe de quelque chose en particulier qui m'aiderait à trouver et/ou chercher quoi ou qui que ce soit. Je soupirais longuement parce que décidément, les gens avaient décidés de me pourrir ma journée. « Si j'étais un meurtrier... » Le parc était grand et je pris un peu plus de mon temps pour réfléchir : de toute façon j'étais en retard, alors une ou deux heures de plus...

L'inconnu ne semblait pas être quelqu'un de discret, il aimait jouer et se faire remarquer... Dans ce cas, pour ça, le lieu le plus visible du parc ? ... Mh. Le château ! Evidemment ! Je m'y empressais en cherchant partout du regard si jamais je ne voyais pas Nakht ou... N'importe quoi me liant à cet inconnu. J'étais persuadé qu'un malheureux connard lui avait fait du mal, mine de rien ! Finalement à bout de souffle, je me laissa tomber sur un des banc, faisant fuir le couple d'imbéciles à mes côtés. « J'abandonne ? » J'étais finalement peut-être encore une fois le dindon d'une sale farce absolument pas amusante du tout.



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 10 Oct - 5:55


à bien y réfléchir, ce n'était peut-être pas une si bonne idée. Cette invitation te semblait super, extraordinaire surtout! En pensant que tu pourrais passer ta magnifique journée avec Jordan, dans le parc le plus grand du monde. Mais à dire vrai, cela devenait de plus en plus improbable à tes yeux. Qui a déjà vu un raton laveur triste, personne ? Pourtant, tu ne semblais plus d'aussi bonne humeur, onze heure passé d'une demi-heure déjà. Et dire que ce matin, tu avais fait l'effort de te lever sans faire exploser ou brûler ta maison ... Pour le plaisir de ton cher papa qui t'aimait tant. Mais là, tu le regrettais franchement. Normalement, quand on invite quelqu'un à une certaine heure, on se doit de l'être un minimum! Hors, une heure passé et toujours pas de Jojo dans les environs du château disney. Tu lui avais bien précisé ce lieu, non ? Alors pourquoi il n'était toujours pas là, bien que midi soit aussi dépassé. Cette fois-ci, tu te retiens de râler mais tu ne veux prendre de pause avant de l'avoir trouvé. Dans le cas où il ne viendrait pas du tout .. Et bah, tu serais bien marron! Pour ne pas dire noir, dans ton cas. Et plus les aiguilles avançaient, plus tu sentais la déception. Jordy ne viendrait sûrement pas. Pourquoi l'aurait-il fait alors que c'était un numéro masqué ? Non, franchement, tu aurais du t'y prendre d'une meilleure façon. C'est donc un rongeur géant qui déambulait lentement devant l'immense château bleu et blanc. Les enfants cherchant souvent ton attention. C'était l'heure du repas, peu de gens se trouvaient vers toi. Ils occupaient déjà les quelques restaurant du coin ou pour les plus fou, les stand se situant un peu partout. Mais tout cela était bien loin de ton périmètre, donc, tu passais midi seul, comme un con.

Tu avais tout testé, les bancs, les escaliers, même les remparts... Mais à ce moment là, le costume te gênait pour t'asseoir et c'était pas facilement de rester debout des heures durant. à qui la faute ... Il t'avait complètement zappé et ça te vexais énormément. Ton cerveau partait déjà dans tes idées farfelus pour te venger de son ignorance totale. Il suffirait que tu le snob à ton tour, pendant quelques jours, pour qu'il comprenne ton état d'esprit. Mais pas le temps d'y réfléchir d'avantage puis que le monde revenait à présent. Sauf lui, bien évidemment. Oh que oui, tu étais vénère face à ça, même un peu trop. Pourtant, tu continuais de jouer la carte de la joie, faisant ton maximum pour amuser les enfants autour de toi. Tu étais payé pour cela, bien que cet argent ne serve pas à grand chose puisque ta famille est riche. Bref. Ce n'est pas cela qui t'aide à te remonter le moral. Alors tu continues ton tour, n'espérant même plus le trouver... Et c'est quand on ne cherche pas, que l'on trouve. Ce garçon est parfois un mystère pour toi, ou peut-être que le fait qu'il ne fasse ce que tu veux, soit mystérieux pour toi ? Qu'importe, il était bien venu ... Même s'il était assit sur un banc, l'air penaud. Agacé, tes pas te rapprochèrent rapidement de lui. Tu te devais d'être 'normal', c'est donc 'normalement' que tu lui tendis un ballon. « Ce jeune homme se serait-il perdu ? » Dans ton déguisement, il y avait un petit machin qui changeait ta voix. Jordy aurait plus l'impression de parler à un chipmunks que Nakht, lui-même. Le temps qu'il te regarde, tes doigts lâchèrent le ballon pour le laisser s'envoler, te redressant enfin pour le dévisager. Okay, ça pouvait être effrayant venant d'un raton laveur mais bon.

« Si votre ami aurait été enlevé, ça fait un moment qu'il serait mort. » Ce n'était pas facile d'être menaçant avec cette fois idiote qui résonnait à tes oreilles. naturellement, tu retirais la tête de ton costume, laissant apparaître ta tignasse bleu. Le regard sévère, tu examinais l'expression de son visage avant de soupirer comme un malheureux. « Heureusement que je ne suis pas ta copine, je t'aurais déjà largué... Et moi qui voulais manger avec toi, tss ~ Tu as déjà vu un raton laveur qui poireaute ? Et bah les autres oui! » Avec ta face d'enfant, c'était dure de te prendre au sérieux. Sans compter que les gosses autour de vous devaient être choqués de voir une mascotte à tête humaine. Bref, on s'en fou. Tu lui fis signe de se lever et de te suivre, remettant ta tête en place pour parcourir le pont plus à l'aise.

Après quelques minutes à parcourir le parc, tu l'emmenais vers un bâtiment un peu à par. Les vestiaires pour les employés. Ainsi, tu pourrais retirer ton costume de rongeur pour passer inaperçu parmi la foule. Une fois dans la pièce privée, tu fermais la porte pour être tranquille avec Jordan, juste le temps d'enlever ce bordel. Rangeant le tout dans un casier, tu te tournais vers ton ami avant de faire la moue. « Pourquoi tu as mit autant de temps à venir ? Je pensais que tu t'étais dégonflé en voyant midi passé. Franchement, t'assure pas. » C'était facile de faire des reproches quand on envoyait des messages en privé. D'ailleurs, pour une invitation, c'était pas si gratuit. Mais après, le reste le serait, puisque tu possédais un passe partout pour les attractions. C'est ça le côté magique de ton boulot. Mais en attendant, tu faisais la morale à ton ami, bien qu'il s'en serait sûrement dispensé.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 11 Oct - 15:39


C'était peine perdue, j'espérais juste que c'était une bonne putain de blague, parce que je trouvais pas franchement ça drôle. Déjà qu'on m'avais appelé à l'improviste et que je n'avais pas vu, j'étais très en retard. Je commençais à m'en vouloir parce que si il lui était arrivé quelque chose, ça serait de ma faute pour ne pas être un de ces foutus couche-tôt. En fait, j'étais qu'un pauvre fêtard qui ne pensait définitivement qu'à moi. Je baissa la tête en me prenant le visage entre mes deux paumes, soupirant. J'étais sous pression depuis tout à l'heure et je cherchais une aiguille dans une botte de foin. C'était pénible, à la fin ! Et puis pas moyen de contacter ce foutu connard de mes deux pour lui dire le fond de ma pensée, croyez-moi, il aurait morflé le saligaud.

Oh ? Des gros pieds poilus, juste devant moi. Ils me firent relever la tête. « ... Un gros raton-laveur ? » dis-je en espagnol bien malgré moi. Oui, je venais alors de me remémorer le lieu où j'étais, c'est vrai que j'étais dans ce parc tout ce qu'il y a de plus débile. Non, définitivement, je n'aimais pas ce genre d'endroit où tout était fucking rose alors que rien n'allait en ma faveur ! Et puis tous ses gosses qui hurlaient. C'était juste grisant à mes yeux ... « Ce jeune homme serait-il perdu » dit l'horrible raton-laveur. Cela m'arracha une grimace, c'était quoi au juste cette voix horrible ? C'était sensé être mignon ? Il poursuivit : « Si votre ami aurait été enlevé, ça fait un moment qu'il serait mort. » ... J'haussait un sourcil, comment pouvait-il savoir ça. J'allais me faire des fausses idées, mais le raton moche retira sa tête. Cette tête blonde, ce gros débile en dessous du costume. J'étais surpris, au départ. « Heureusement que je ne suis pas ta copine, je t'aurais déjà largué... Et moi qui voulais manger avec toi, tss ~ Tu as déjà vu un raton laveur qui poireaute ? Et bah les autres oui! » Attendez. Il me provoquait là ? Je ne savais pas comment réagir. C'était lui qui me faisait des reproches alors que depuis tout à l'heure je pense à mal et que je me fais un sang d'encre pour lui ? De toute façon, je me sentais juste con pour le coup. Je suis con de toujours tout exagérer quand il s'agissait de ce débile mental. Sous ses signes, je me relevais et décidais de le suivre un moment.

« Si tu étais ma copine, tu ne me ferais pas des frayeurs comme ça, imbécile. » Je passais mes mains à l'intérieur de mes poches et le regardait un long moment, me sentant particulièrement mal à l'aise. Il se changeait sous mes yeux, mais il avait l'air d'avoir particulièrement chaud. Mais plus que tout, j'étais partagé entre colère et en même temps... Je voulais juste laisser couler. La pression était retombée d'un coup, je me sentais bizarre. « Pourquoi tu as mit autant de temps à venir ? Je pensais que tu t'étais dégonflé en voyant midi passé. Franchement, t'assure pas. » Je baissais la tête, comme d'habitude. Alors comme ça, il était aussi un de ceux qui passaient leurs temps à me faire des reproches ? Pourquoi lui ? Pourquoi il fallait que ça tombe sur cet imbécile de première ? Je tournais alors la tête.

Je ne savais pas franchement comment réagir, je me disais que ... Tant pis ! Je devais bien lui faire comprendre que je n'avais pas apprécié d'avoir eut si peur pour rien... « Si j'avais su, je serais pas venu. » Je soupirais, l'air dur. Cela ne me ressemblait pas, je n'aimais pas lui faire la moral ou le blesser... Mais plus que tout, j'étais moi-même blessé, il se permettait de jouer avec mes "sentiments" maintenant... « Fallait faire autrement si tu voulais attirer mon attention. Là, t'as juste gâché ma journée à m'inquiéter comme un malade. » Je sentais bien que je m'énervais, je frappais alors dans le mur, y restant appuyé. Soupirant un long moment. « T'es débile ou quoi ? J'AI EU PEUR POUR TOI ET J'AI COURU PARTOUT EN PENSANT COMME UN CON QU'IL T’ÉTAIS ARRIVÉE UN TRUC !! » Trop tard. La pression retombée, une petite larme perlant au coin de ma joue, je l'essuyais alors sans perdre de temps, espérant qu'il n'ai rien vu du tout. C'était dingue à quel point il me rendait bipolaire et particulièrement sentimental, moi qui me connaissait pour être un coeur de pierre... C'était perdu d'avance avec lui.

Je tendis la main, attirant ce géant contre moi pour le serrer et sentir son odeur un peu. « Pardon. J'aurais pas du crier... » ... Et voilà ma dureté impressionnante. J'ai tellement d'autorité sur ce gosse, vraiment. Je le relâchais assez rapidement avant que ce ne soit mal perçu, lui tournant le dos en lui prenant la main pour commencer à marcher. Il avait intérêt à me faire oublier cette "matinée" intense en émotion, sinon, il allait se prendre une correction, ça oui ! « B-BON. Tu m'as "invité" - même si j'ai dû payer, espèce de gros radin. - alors... Qu'est-ce qu'on fait ? » dis-je. Autant détendre l'atmosphère et tout oublier pour passer une bonne journée, puisque c'était le but au départ, non ?

Spoiler:
 



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 11 Oct - 16:36


C'était fort quand même. Tu avais, dès le matin, attiré les foudres de ton père et quasiment envoyé paître ta belle mère pour avoir cette idée de génie d'inviter Jordy au parc. Il y a forcément quelque chose qui cloche dans tout ça ? Sûrement le passage 'invitons jojo', il n'était pas parfait. Et cela se fit comprendre en voyant l'heure tardive mais plus que tout, l'heure du rendez-vous dépassé. Ce serait bien la première fois que des enfants auraient vu un gros raton laveur déprimé, prêt à se jeter du pont pour la peine. Mais que voulez-vous, tu n'es pas de ce bord là, alors tu avais compensé en continuant ton job. Non sans trouver le reste du temps ennuyant, désagréable et propice pour râler en arabe, comme tu le fais si bien quand quelque chose ne va pas dans tes plans. Pour le coup, le jeu était tombé littéralement à l'eau, plouf. Jusqu'à que, par hasard, tu vois cet abrutis assit sur un banc. C'était plus fort que toi, fallait que tu parles -même si ta voix était horrible dans ce costume- et évidemment, ce n'était pas pour lui dire des mots d'amours. Ce pauvre Jordy en prenait pleins la tronche par un raton-laveur, habillé en prince, je précise. Mais jusque là, il n'avait rien dit tandis que tu le provoquais ouvertement. En même temps, si tu étais sa copine, ça fait un moment qu'il t'aurait remit en place, non ? Il doit savoir comment tu es, toujours à l'ouvrir quand il ne faut pas. à cet instant encore, tu le refaisais. Mais dans ton sombre jour, tu lui fis signe de te suivre jusqu'au vestiaire ... Histoire qu'il ne passe pas le reste de son temps avec un gros rongeur princier. Tu étais loin de te douter qu'il avait eu peur pour toi et ton triste sort. De toute, c'est plus cela qui t'inquiète.

« Oh ça, tu ne le sais pas. » Tu serais bien capable, copine ou pas, de lui faire d'autres sales coups. Tu adores t'amuser, jouer et souvent, au détriment des autres. Mais pour le moment, tu te contentais de te changer. Il n'y avait rien de bien méchant à juste retirer ce costume pour le ranger, puisque tu portais toujours ta tenue dessous. Ce qui, en l'occurrence, te donne extrêmement chaud. Malheureusement, tu ne t'occupais pas seulement de ranger tout ce bordel mais aussi de critiquer Jordy. Encore une fois, c'était plus fort que toi. Tu disais le fond de ta pensée sans te dire que celle-ci pouvait être blessante. En fait, tu ne réalisais pas du tout l'impact de tes mots, s'était naturel chez toi de lui dire cela. Encore une erreur de ta part. Mais c'était plutôt dure de le comprendre, sans avoir la capacité de lire dans le comportement des gens. Quand il baisse la tête, tu as juste l'impression qu'il ne sait que dire, qu'il se retient. Enfin bref, tu es loin de te douter du mal que tu fais, avec de simples mots.

Si j'avais su, je ne serais pas venu. Changement de rôle, round one. Il venait de t'envoyer ça comme un baseballeur enverrai une balle le plus fort possible. C'est sûrement le choc de sa phrase qui fit l'effet tant attendu. Ton coeur venait brusquement de se serrer, te coupant carrément la respiration. Sur le coup, tu avais eu peur de tomber raide devant lui, paralysée par une crise. Mais miracle, tu arrivais tant bien que mal à te contrôler. Gâcher sa journée ? Cette fois, tu retenais complètement ton souffle, vexé et de loin. Oui, tu n'aimes pas entendre ce genre de parole, alors que tu le fais toi-même. Pour le coup, c'était comme une partie de tennis, mélangé à du saute à l'élastique pour ton pauvre coeur. Serrant les poings, tu fis en sorte de ne plus le regarder, fixant juste un point derrière lui. Contrôle toi, nakht. Quand il frappa dans le mur, tu relâchas malgré toi ton souffle. Créant un long et bruyant soupire. C'était comme si tu te retenais de pleurer, alors que ce n'était pas vraiment le cas. Certes, tu te sens mal de devoir encaisser sa mauvaise humeur mais tu n'allais pas chialer pour autant. Au moins, il vidait son sac. C'était un bien pour un mal, non ? Fallait relativiser, Nakht. Même si tu aurais dû te la fermer. « Quelle importance... » venais-tu de marmonner dans ta barbe, détournant enfin ton regard. De toute, il ne sera pas toujours là pour t'aider et ... Non, tu ne veux pas penser à ça.

Cette larme, tu n'avais pu la voir. Au même moment, tu avais saisis ton portable dans ta poche pour vérifier tes messages. Un de ton père, un autre d'un ami. Rien de bien intéressant. Replongeant l'appareil dans ta poche, tu fus surpris quand il te tirait contre lui. à dire vrai, tu ne t'attendais pas à ça et c'est bien pour cela que tu te la fermais. Il l'a quand même fait. Chassant tes mauvaises pensées de ta petite cervelle, tu le suivis jusqu'à qu'il ouvre la bouche. « Pleurs pas, je te rembourserais l'entrée. Déjà, j'ai faim. » Tu avais dit ça catégoriquement, faisant en sorte de serrer ses doigts entre les tiens pour le tirer à ta suite. Première étape, sortir du vestiaire et retourner vers la foule. Vu l'heure, ils s'agglutinaient plus vraiment vers les stand de nourriture. C'était plus facile pour commander sans te faire bousculer. « Le reste est à ma charge. Pour les attraction, j'ai un laisser passer ~ » Tu avais repris ton grand sourire en sortant de l'ancienne pièce. Si tu te laissais dominer par tes sentiments, jamais tu ne pourrais être heureux. Bien que pour l'instant, tu lui proposais juste de manger un morceau... avant que tu fasses un malaise. « Aller, fais toi plaisir! Je compte pas me retenir parce que tu ne veux rien, hein. Et puis, vaut mieux que tu manges parce qu'on va faire du sport! C'est très physique de courir dans un parc, tu sais ? aller aller ~ » Il t'en fallait peu pour retrouver le moral et mettre de côté les choses qui te chagrine. Continuant à radoter ton 'aller aller' en lui secouant le bras, tu arrêtais subitement pour sourire et reporter ton attention sur le stand.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 11 Oct - 18:37


Je soupirais longuement. J'avais besoin d'air, de faire le vide. C'était comme s'il avait envie de se jeter au bout d'un élastique dans le vide, dans le néant. Ce Nakht, est-ce qu'il me remonterais, moi et ma pauvre carcasse des abysses ? Je commençais à en douter fortement. Avec le géant à tête turquoise, cela avait été toujours comme ça, c'était très étrange, bizarre. Et très franchement, entre nous, j'avais toujours l'impression qu'il y avait un énorme fossé, et il n'y avait donc jamais rien à y trouver. J'avais toujours été tout seul, pas seulement à ce moment là, mais même avant, dans l'enfance. Et lui. Ce gosse. Il n'avait jamais été là pour moi, et il ne le sera sans aucun doute jamais, il se fichait pas mal de ce que je peux ressentir. Oh, si. Après réflexion, il y avait bien un petit quelque chose : des reproches, toujours des reproches. J'en oubliais presque pourquoi on était amis, si encore on peut appeler ça comme ça. Je mettais souvent tout sur le fait de la naïveté, de son âge... Mais au fond, je savais parfaitement que je me voilais la face. Il ne m'aimait pas du tout, je ne pensais même ne pas être un ami pour lui. J'étais peut-être con et aveugle, il semblerait.

« Pleurs pas, je te rembourserais l'entrée. Déjà, j'ai faim. » Je le laissais alors me guider, gardant ses doigts au creux de ma paume, restant assez éloigné. Comme si tout ce qui s'était déroulé dans les vestiaires n'avait pas compté. Il avait cette sale habitude de passer à la seconde même à autre chose, mais pour moi, c'était quelque chose que je n'arrivais pas à faire. Ça me trottait continuellement dans la tête, jusqu'à ce que ça implose. « Le reste est à ma charge. Pour les attraction, j'ai un laissé passer ~ » dit-il. Je me contentais de sourire vaguement. En toute honnêteté, je n'avais envie que d'une chose, c'était de me cacher, ou de disparaître... Rentrer chez moi pour un minimum. C'est là que je regardais mon bras droit, celui encore libre. Mon pouvoir. Il venait de faire disparaître ma main. Je devais me ressaisir, ça arrivait tout le temps quand j'étais nerveux, énervé ou particulièrement quand j'étais triste ou mal à l'aise. J'agrippais alors ma manche pour la tirer franchement, masquant ainsi mon problème, en espérant que personne - et surtout pas le plus jeune qui se trouvait en face de lui - n'avais rien vu. Mais ça avait été, je ne pensais pas qu'il pouvais m'avoir vu.

Cependant, je tenais à lui faire plaisir, pour une raison qui m'échappais vraiment, je ne pouvais pas lui faire de mal. J'arriverais à encaisser et je m'y ferais. ... C'est ce que je me disais, en tout cas. « Aller, fais toi plaisir! Je compte pas me retenir parce que tu ne veux rien, hein. Et puis, vaut mieux que tu manges parce qu'on va faire du sport! C'est très physique de courir dans un parc, tu sais ? aller aller ~ » continuait-il en me secouant le bras. Enfin, j'affichais un sourire plus large, plus honnête. Cette petite tête toute mignonne avait eut encore ne fois raison de moi. Et puis, c'était pas la peine d'en faire tout un plat, au fond, même si s'était mal pris dans sa façon de faire, il ne voulait pas me blesser. C'est encore une fois ce que je me persuadais de croire... Quelque chose me pinçait alors le coeur, mais je n'en tint pas compte.

« Depuis quand, moi, je ne mange pas ? Il y a des cheesecakes ? N'importe quoi, mais avec du fromage ! » m'écriais-je. J'ai du me ramasser quelques mauvais regards, j'avais été plutôt bruyant, même si dans la foule de gosses, on ne l'avait sans doute pas vraiment entendu. De toute façon, dès qu'on parlait de mon péché mignon, je ne pouvais que me réjouir. Je souriait comme un idiot, balançant à son tour son bras avant de le tirer vers le stand. « Ppali, ppali, Nakht ! J'ai faim maintenant. » dis-je. Il m'avait mit l'eau à la bouche. Je vous laisse imaginer ma déception quand je vis qu'il n'y avais absolument rien au fromage. Des crêpes, des gaufres, des gâteaux et même des glaces MAIS pas de fromage ! Nulle part, pas de fromage du tout. Tu avais soudainement envie de pleurer. « Il y a pas de fromage... » Je tirais alors une moue malheureuse en le regardant, attrapant mon visage dans une main en me penchant un peu. J'avais vraiment l'air d'un gros nigaud absolument débile, oui !



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 11 Oct - 19:43


Au fond, que cherches-tu tant à faire tout ça ? De la compassion, un regard, son amitié ? Qu'il soit toujours là, qu'il te voit d'un autre oeil ? Tu ne sais pas. Quand tu avais eu cette idée d'invitation, c'était juste pour passer un bon moment avec lui comme le ferait deux amis. Mais quand il hausse la voix, quand tu lui fais des reproches, quand il en vient à taper dans les murs... Oui, tu as vraiment un doute. Et si, ce sur quoi tu tenais tant, n'est rien d'autre qu'une simple illusion ? Tu crois lui faire plaisir mais en fait, tu l'embêtes. Peut-être qu'il ne veut pas être ici, dans ce parc avec toi ... C'est sûrement la raison de son retard. Il a du se sentir obligé, en prétextant être inquiet. Pourquoi l'as-tu invité, déjà ? Tu ne sais plus. En ayant cette idée, tu avais juste imaginé son sourire, sa joie, ta joie. Pas que vous vous bouffiez la gueule à savoir qui est le plus stupide des deux. Ce serait sûrement toi, à jouer avec lui comme un gosse joue avec un jouet. Mais tu ne voulais pas lui faire du mal, au contraire. C'était partit d'une bonne attention, au départ. Mais son retard t'avait légèrement mit en tension et à présent, tu lui parlais de trop. C'était prévisible, malgré que tu puisses regretter d'être ainsi. Mais il y a énormément de chose que tu regrettes dans ta vie, comme ta mère, ton problème cardiaque, la relation en ton et cette femme. Pourtant, tu ne peux rien y faire. ça se passe sans que tu puisses intervenir, comme un spectateur devant un film.

Fallait à tout prix changer cette atmosphère qui s'était faite pesante dans le vestiaire. Si ça continuait ainsi, Jordy risquait de te laisser, de se barrer et ça, franchement, tu ne le désires pas. Peut-être que tu ne montres pas tes sentiments, que tu caches ce que tu ressens mais tu n'as jamais été autrement. Quitte à le blesser en étant si indifférent ou idiot. C'est ainsi que tu passais du coq à l'âne, rangeant l'ancien épisode dans une petite partie de ton cerveau. C'est toujours comme ça quand tu veux avancer sans regarder derrière. Comparé à Jordan, tu ne restes pas enfermé dans le passé, tu ne veux plus te soucier de chose qui font souffrir. L'inviter, payer, proposer. Fallait que tu essayes différentes cartes pour revoir son sourire sur son visage. Le tiens était rapidement revenu illuminer ta face de poupon. Allez savoir, il ne semblait pas si heureux d'être là avec toi. Courage, Nakht. Faut y croire pour y arriver. Et c'est avec cette pensée en tête que tu tiens bon pour lui faire passer un bon moment et qu'il efface ses mots. Après, il dira qu'il était heureux d'être venu et qu'il a passé un bon moment. Oui, tu en es persuadé! Pour toi, ça devait être sa plus belle journée de sa vie, et non la pire. Donc, fallait commencer par un truc important... Manger. C'est donc naturellement que tu le guidais dans la foule, connaissant le parc sur le bout des doigts.

Les mots quittaient tes lèvres avec une grande facilité. Tout ça pour lui dire de manger et d'éviter de ce privé. Car toi, tu ne le ferais pas. Et puis, tu comptes bien lui faire découvrir ton lieu de travail. Le lotte world. Donc tu insistais en secouant son bras, profitant enfin d'un sourire tant attendu. Il te suffit de peu pour être heureux. Le coin de tes lèvres s'élargissant d'avantage alors que tu le regardais, enfin silencieux. Tant qu'il est bien, tu l'es aussi. Bien que son histoire de fromage te laisse perplexe. Tu doutes fort qu'il y est du fromage dans ce parc... Mais comment dire... Il était juste heureux en parlant de ça, bien qu'il crie légèrement en attirant les regards. Tu t'en fou de ce détail, ça te fait même rire tandis qu'il secoue à son tour ton bras. C'est d'ailleurs ce que tu fis en voyant sa petite mine face à un stand entièrement sucré. « Ne soit pas déçu, jojo ~ En même temps, c'est un parc d'attraction, tu sais ? C'est fait pour manger des trucs sucrés, mignons, addictif pour grossir... Pas du fromage. » Disais-tu en riant doucement. Il semblait bien déçu mais pour le coup, tu ne pouvais pas faire de miracle. Le vendeur posa son regard sur vous, te reconnaissant assez vite. Comparé à ton ami, il était bien heureux de voir ta tignasse bleuté. « Tiens, le petit raccoon! Servez-vous, c'est offert par la maison! » Lui aussi, il avait la voix qui portait mais il était tellement gentil. Ils l'étaient tous dans ce parc, et c'est bien pour cela que tu aimes bosser ici.

« Aller jordan ~ Fait plaisir au monsieur ~ C'est pas tout les jours qu'il t'offre ce que tu désires. Sauf du fromage, évidemment... Mais on trouvera quelque chose de mieux! » Tu mettais le plus d'enthousiasme que tu pouvais, lui prenant à nouveau le bras pour qu'il choisisse quelque chose. Pour ta part, tu n'avais pas de réel préférence. Gaufre, glace, bonbon, gâteau. Tu t'en fichais pas mal, tant que tu calmais le grognement devenu effrayant de ton estomac. D'ailleurs, tu en souriais encore plus, n'étant en aucun cas gêné d'un tel bruit. En même temps, tu es rarement embarrassé. Le temps qu'il se décide à faire une croix sur son fromage, tu zieutais l'énorme dôme proche de vous. Maintenant que tu y penses, il devait aussi avoir des stand à l'intérieure. « OH! prenons ceci! » Lâchais-tu soudainement en prenant des sucettes roses et blanches, tirant à nouveau sur le bras de ton ami. « Allons à l'intérieure! Ils auront peut-être du fromage ? » Oh oui, c'était de l'appâtage là. Mais tu avais peut-être raison ? Entre centre commercial et stand, il trouverait quelque chose avec du fromage. Ou pas.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mar 16 Oct - 18:12


« Ne soit pas déçu, jojo ~ En même temps, c'est un parc d'attraction, tu sais ? C'est fait pour manger des trucs sucrés, mignons, addictif pour grossir... Pas du fromage. » prononçait le jeune blondinet à la mèche turquoise qui me faisait presque chavirer le coeur à cause de son petit sourire. Parfois, je le trouvais vraiment horrible et cruel, il savait parfaitement que je ne pouvait pas m'empêcher de craquer pour ce délicat petit haussement de lèvres, l'éclat de ses dents ainsi que ses petites pupilles pétillantes, dans un regard qui parfois, me restait intriguant. Je n'ai jamais prétendu connaître par coeur Nakht, mais très souvent, j'ai vu des parties de lui-même qui m'ont rappelés certaines choses de mon propre passé. Il était très souvent comme moi, et c'est sans doute ce qui facilitait nos approches : je me sentait toujours poussé à devoir le protéger et à être là pour lui quoi qu'il advienne. S'il partait de ma vie un jour je ne pourrais sans doute jamais m'en remettre, soyez-en sûr...

Je n'avais pas l'habitude de ce genre de chose, je n'étais pas dans mon élément. C'était toujours comme ça, je finissais bêtement par péter les plombs quand il s'agissait du plus jeune et cela devait faire des mois et des mois que j'y pensais sans cesse. «Pfff. Il est nul ton parc... » disais-je, une mine boudeuse sur le visage, complètement fausse. Une seule et unique question trottait constamment dans ma caboche : Pourquoi ? Pourquoi ceci, pourquoi cela... Tiens, par exemple, pourquoi lui et pas un autre... Puis finalement : Pourquoi pas ? Quoi que je pensais, j'étais toujours perdu et au final, je n'arrivais jamais à avancer. Tout tournais autour de lui, ça au moins, je pouvais en être sûr. Qu'était-il vraiment pour me torturer ainsi ? Est-ce que mes question auront des réponses un jour ? Je ne le savais pas, et je ne le saurais sans doute jamais. Mais quel serais le but de la vie s'il n'y avait aucune question ? Dans le fond des choses, je devais bien admettre que cette façon de vivre et de ressentir ce genre de sentiments grâce à lui, ça me plaisait bien, vraiment. J'avais juste cette amère impression de rater quelque chose avec lui, et cette mauvaise impression ne me quittait jamais : et ce que je passe vingt ou quarante-huit heures avec lui...

« Aller jordan ~ Fait plaisir au monsieur ~ C'est pas tout les jours qu'il t'offre ce que tu désires. Sauf du fromage, évidemment... Mais on trouvera quelque chose de mieux! » insistait-il. Toujours dans l'incapacité de lui résister, je fini par hocher la tête après avoir succombé et mémorisé chaque détails de son petit sourire. Il tirait encore sur mon bras et moi, j'avais bien fini par porter mes pauvres yeux sur les sucreries... Dieu ... Que je n'aimais pas vraiment ça du tout... « OH! prenons ceci! » disait-il. Bon, je n'eu même pas le temps de prendre quoi que ce soit, ni même de comprendre ce qu'il m'arrivait que je me sentais tiré vers l'arrière. Je commençais à tirer une nouvelle fois une moue. Il poursuivit : « Allons à l'intérieure! Ils auront peut-être du fromage ? » ... Autant vous dire que mon sang ne fit qu'un tour ! S'il y avait du fromage, c'était pour moi et rien que pour moi, croyez-le sur parole ! ♥

Pour la peine, je m'empressais, tirant un peu sur son bras. « Dépêches-toi avant qu'il n'y ai plus de fromage, sinon, crois-moi, mais je vais te massacrer sur place ! » Je rigolais un moment avant d'arriver devant le grand dôme. Ma tête se décomposait presque immédiatement en lisant la pancarte. Il s'était moqué de moi, je ne risquait pas de trouver un quelconque fromage dans une maison hantée... Hormis s'il existait un fromage fantôme ou un fromage mutant, un fromage zombie - excusez-moi de ma superbe imagination, mais cet infâme de Nakht aurait pu nous ramener à ponémagic land, là où les fromages pourraient pondre des fleurs et faire caca en rose en faisant des bébés avec des marshmallow à corne tout en se roulant dans des dunes de sucre... Mais non, ce géant turquoise n'aimait décidément pas me faciliter la vie et me rendre les beaux jours. « Nakht.... » dis-je.

Décidément, je ne la sentais pas venir, là. Moi, rentrer là dedans ? J'avais franchement du mal à y croire. Si je détestait bien quelque chose c'était les maisons hantées et Halloween - et oui, ça va de pair, merci de me le rappeler. « Si c'était drôle, tu me dis quand je dois rire. Allez, viens, on va dans le labyrinthe. » Il fallait bien essayer de feinter non ? Il ne devait pas savoir que ma pire phobie était les araignées... Il y avait toujours des araignées, même fausses, dans ce genre d'endroit... Alors très peu pour moi !



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 17 Oct - 10:11


Des efforts, ce n'est pas ce qu'il te manquait. C'était une réelle épreuve de faire abstraction de son humeur pour tenter de faire de cette journée, quelque chose d'inoubliable. à première vu, ça ne semble pas réussit. Jordan ne réalise pas que sa façon d'agir à un impact important sur toi. Non seulement tu es sensible mais cela devient pire quand c'est lui. évidemment, ce serait trop bête de lui faire comprendre et tu finirais simplement par te faire du mal. Un peu comme si tu fonçais dans un mur, tête la première. Oui, parfois il est comme un mur, dure et impossible à franchir. ça te rend dingue. Un peu comme avec ton père, quand ce dernier veut toujours avoir raison sur un sujet qui te répugne. La différence avec Jordy, c'est qu'il n'est pas ton père. Il ne t'a pas fait, il ne te supporte pas depuis la naissance. Qu'importe. Ton objectif était un simple sourire. Ce sourire que tu aimes tant voir sur son visage, au coin de ses lèvres. Une expression joyeuse, un air ravi. Qu'il soit bien avec toi, sans se prendre la tête à la moindre de tes paroles. Certes, tu n'as aucun tact quand tu parles mais il devrait être habitué. évidemment, tu es loin d'être dans sa tête à saisir ce qu'il ressent, que se soit quand tu parles, tu ris, tu souris ou n'importe quoi d'autre. De ce point de vue, tu es assez égoïste et cela te perdra bien vite.

Ce parc avait le don de créer un sentiment rare chez toi. Une sorte d'euphorie et de joie, que peu de chose dans ta vie arrive à te transmettre. Sauf la danse et quelques personnes, comme Jordan. Bien qu'il soit aussi instable qu'une balance, en fonction du poids qu'il porte. Par exemple en ce moment, il était dure d'avoir le juste milieu. « Il est pas nul mon parc... c'est toi qui es nul. » Répliquais-tu en prenant vaguement le même air boudeur que lui, dans une tentative désespérer de l'imiter. Décidément, fallait toujours qu'il vienne briser ce petit moment rêveur que tu te faisais chier à construire pièce par pièce, avec des remarques énervante. Ce parc, il était parfait. Les enfants, autant que les adultes, ils s'amusaient, ils riaient, ils profitaient d'une atmosphère différence de la ville et ses contraintes. Pourquoi se plait-il à toujours râler ? N'aime-t-il vraiment pas ce parc pour tirer cette tronche ? Pourtant, tu fais tout pour qu'il en pense le contraire. Franchement, c'était vexant d'entendre ce genre de phrase, quelle soit fausse ou pas. C'est d'ailleurs pour cela que tu soupirais bruyamment, sans le regarder pour autant. Qu'il cesse de s'enfermer dans sa mauvaise humeur et qu'il se bouge rapidement à partager ce moment avec toi, sinon .. sinon ça va faire mal. La patience, c'est loin d'être ton fort. Et là, il appuie largement sur la détente.

Au stand, le vendeur se montrait d'une gentillesse exemplaire avec toi. Sûrement par qu'il te connaît, vu ce surnom affectif. Du coup, tu faisais en sorte que Jordan choisisse quelque chose, pour ne pas blesser le monsieur. Non sans le secouer le bras comme un prunier avec un sourire extra large et rayonnant. Au final, il tombait vite dans le panneau. C'est assez simple de le manipuler et faire ce que tu veux de lui. Mais bon, ce n'est pas trop ton genre. ou pas. Tes yeux s'étant un instant posé au loin, une idée avait fleurit dans ta tête. et c'est sans lui laisser le choix, après avoir prit un truc rapidos, que tu t'empressais déjà de t'éloigner sans le lâcher. Connaissant Jordy, il finirait vite par se rebeller si tu ne trouves pas une excuse bidon pour le traîner avec toi. Le fromage. C'était un point faible pour lui, qu'il le sache, mais au moins, il te suivait sans rechigner. Pire, il prenait même les devant. Sa naïveté était adorable, tellement mignonne que tu baissais la tête en te pinçant les lèvres, te retenant vivement de sourire. au final, son pas se fit moins pressé, jusqu'à qu'il s'arrête complètement. Relevant la tête, tu regardais l'endroit où il était aller ... C'était pas le bon dôme mais ça ferait bien l'affaire. Une maison hantée. Pourquoi tu n'y as pas pensée plus tôt ? Avec ta taille, tu voyais le dôme du centre commercial, avec patinoire, billard, bowling, manège en tour genre et vie. Mais lui, il avait vu ça. Autant dire qu'il venait lui même de se jeter les deux pieds dans le plat. Le son de sa voix te ramenait durement à toi, ton regard se posant lentement sur lui. C'était sa faute, pas la peine d'être en colère.

Cet idiot venait te mener vers un endroit que tu adores, autant que le gros château au centre de l'île relié par ce grand pond. évidemment, il ne faisait rien pour égayer ta journée... Ce qui, malheureusement, te rendait un peu exécrable. « Si tu riais un peu plus, cet endroit t'attirerait sûrement. » Ta voix fut légèrement et nettement moqueuse, alors que tu resserrais tes doigts sur sa main, le tirant vers la maison hantée. Ghost House était écrit en gros sur une façade, juste à côté d'une entrée étrange surplombé d'une tête de mort géante. « Oublie ton labyrinthe, on n'est pas dans Alice aux pays des merveilles. » Cette façon sarcastique de lui répondre quand il voulait à chaque fois contrecarré tes plans. Mais tu ne lui laissais pas le choix, le tirant fortement vers l'entrée. Ton badge bien en vue, tu fis un sourire à l'homme avant d'aller à l'intérieure, te plongeant rapidement dans une pénombre amusante et réjouissante pour quelqu'un qui aime ça. Mais tu n'avais pas du tout pensé à Jordy, ni même s'il avait peur. Pour toi, tu croyais juste qu'il n'aimait pas. C'est d'ailleurs pour cette raison que tu voulus lui lâcher la main, histoire de ne pas te faire de fausse idée toi-même... Quand tu y penses, il y avait beaucoup de couples qui testait sa peur dans ce genre d'attraction ...

« Je vois pas ce qu'il y a de bien méchant à faire un petit tour là-dedans ... regarde! C'est juste un masque! » Lâchais-tu quand quelque chose venait soudainement d'apparaître sur votre côté. Pour plus de réalisme, tu poquais dessus en souriant, montrant que c'était faux. Enfin, ça s'était avant qu'une main attrape ton poignet en faisant un drôle de bruit. Sur le coup, tu avais fais un bond, surpris. Si tu voulais rassurer ton ami, c'était loupé.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 17 Oct - 15:11


Définitivement : je détestais cet endroit. Non, c'était bien trop rose, bien trop amusant. Je trouvais ça louche d'être entouré d'autant d'hypocrisie, c'est vrai quoi : le monde réel n'était et ne serais jamais ainsi La vie serait si simple et si belle, que sans ses aléas et ses problèmes quotidiens... Qu'elle en deviendrait très vite emmerdante et elle ne serais franchement pas bonne à être vécue. Mais si il y avait bien quelque chose qui me répugnait le plus, c'est qu'il y avait toujours un endroit ou deux dans ce genre d'endroit qui s'approchait trop près des ténèbres et du noir... Et je crois bien que c'est le pire endroit de la planète, j'aurais encore préféré finir dans la maison de Barbie, quoi ! « Si tu riais un peu plus, cet endroit t'attirerait sûrement. » Sa voix me réveillais un peu et elle me sortait de mes pensées. C'est vrai que je n'étais pas agréable depuis le début, je devais bien faire un effort, non ? Rah, mais c'était vraiment difficile pour moi, tout ce monde là n'était pas franchement fait pour moi. J'étais plutôt mal à l'aise de toute façon. Je me contentais donc d'acquiescer vaguement de la tête en détournant le regard : il n'avait pas tord. « Oublie ton labyrinthe, on n'est pas dans Alice aux pays des merveilles. » Hein, comment, où, qu'est-ce, quoi ? Non ! Non !

Je n'eut malheureusement pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit, il avait déjà pénétré l'enceinte bizarre, où une musique étrange et lugubre venait grésiller dans mes oreilles. J'en frissonnait, non, non. Je détestais ses endroits, j'avais déjà peur de ma propre chambre la nuit, alors imaginez dans une maison hantée. Je devais vite sortir. « N-Nakht... S'il te plait... Pas là dedans... » dis-je, serrant sa main. J'avais d'ailleurs nettement ralenti la cadence, voyant quelques têtes de mort décorative. Je savais que tout était du faux... Mais j'avais horreur de ça et je ne voulais pas paraître nul devant lui... Certainement pas devant lui, quoi ! « N-N... Nakht. » Il ne m'écoutait définitivement pas, je tirais un peu sur sa main pour insister. Une fois, deux fois... La troisième fois ne parvint qu'à lui arracher une petite phrase moqueuse. « Je vois pas ce qu'il y a de bien méchant à faire un petit tour là-dedans ... regarde! C'est juste un masque! » dit-il.

J'avais depuis longtemps sauté un pas en arrière. Il toucha le masque et alors je me rapprochais un peu, je n'aimais pas qu'il soit loin de moi dans un endroit pareil. Je n'avais qu'une envie, c'était me cacher ou rentrer chez moi et me terrer là bas le restant de mes jours, de honte ! Mais soudain, une grosse main velue vint se poser sur le poignet du plus jeune et son sursaut me faisait juste penser qu'au final : il n'était particulièrement pas crédible. « NAKHT !! ON VA SORTIR D'ICI JE TE DIS ! » hurlais-je presque en le tirant par l'autre main, me mettant à courir dans le sens opposé - pensant bêtement que je revenais sur mes pas, mais dans le noir, que voulez-vous, j'avais été dans le sens inverse et je m'étais encore plus enfoncé dans l'endroit démoniaque, bien sûr. Je trébuchais presque sur une marche, quelque chose de velu (pourquoi tout est toujours si poilu dans ce genre d'endroit ?!) venant toucher mon visage. J'eu un réflexe de surprise, m'arrêtant net avant de fixer la chose. Non... Pitié... Tout mais pas ça...

J'avais clairement pâlit, j'en avait même envie de vomir. Poilu, avec un nombre incroyable d'yeux, sans parler de la longueur de se patte ainsi que ses crocs, son gros abdomen... Et sans parler de toute ses toiles, partout. J'étais entrée dans la pire salle de toute la maison hantée, c'était clair. Je n'arrivais plus à bouger et mon corps tremblait. « A-Araignées... Il y a des... Araignées... » J'étais sur le point de m'effondrer, mais complètement pris de panique, je lâchais sa main et commençais à m'enfoncer dans les autres pièces, courant et bousculant certainement des choses - ou des gens - au passage. Je finis par tomber lorsqu'une sorte de fantôme déboula de nulle part, la lumière rouge qui clignotais me tapais sur le système, mais là où j'étais, je n'avais plus envie de bouger... Pas moyen que je retourne le chercher... Je me recroquevillais dans un coin pour m'y balancer comme je le faisais quand j'étais tout petit et que j'avais peur que mon père vienne encore me frapper alors que je n'avais rien fait. « Nakht... Naaakht... » Je tentais alors de l'appeler, mais les seuls sons qui sortaient de ma bouche était de légers soupirs.

Définitivement, c'était quoi cette journée pourrie ? Je sentais la pression retomber. Il faisait noir à nouveau, je ne savais pas où j'étais, si ce n'est qu'il y avait un cercueil juste devant moi et que je n'avais pas franchement envie d'aller voir ce qu'il s'y trouvait. Avec les rumeurs de ce moment, il se pourrait tellement qu'un vrai vampire s'y trouve, tiens. Je reniflais. Trop tard, les larmes coulaient. Oui, j'avais peur, et alors...?! « Je veux sortir de cette merde d'endroit... » J'enfouissais alors mon visage entre mes genoux et tentais d'attendre là, même si c'était difficile et que les sanglots venaient parfois m'entrecouper le souffle. Pourquoi, hein ? Pourquoi moi ? Je déteste tellement le noir... La solitude... Et les araignées ! Rien que de les imaginer à nouveau, j'avais envie de vomir.



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 17 Oct - 16:13


Pour toi, c'était l'endroit rêvé pour fantasmer comme un gosse à noël. Fantôme, zombie, araignée ou aller savoir quoi, tu adorais. ça te rappel des soirées entières passés devant des films d'horreur, seul dans ta chambre et dans le noir. Tu te souviens aussi de cette fois où tu as visiter un cimetière avec des potes, dans le but de relever un stupide défi. Cette maison hantée, ce n'était rien de plus qu'un jeu d'enfant pour toi. Tu as vu pire dans ta vie. Quand tu penses de véritable vampire existe autour de vous, c'est dure de se dire que ce truc fait énormément peur. Mais pourquoi avais-tu l'impression que Jordan pensait le contraire ? Il s'accrochait fermement à ta main, refusant pratiquement de rentrer avec toi. Bah quoi ? C'était que du plastique et des gens déguisés. Rien de plus, rien de bien effrayant. Bien sûr, pas tout le monde se nomme Nakht l'intrépide, Nakht le courageux. Tu ne disais pas qu'il était le contraire, mais c'était un peu ça. S'il pouvait s'accrocher aux murs, tu es sûr qu'il le ferait avec une rage particulière. Hors, chaque parcelle dur était recouverte de décoration hideuse ou fausses toiles d'araignées. Pour sûr, il n'allait pas s'approche de trop près. Sans oublier que tu le tirais vers l'avant, non sur les côtés pour raser les parois. Autant dire qu'il était prit en sandwich entre toi et sa liberté. Bien que dans le noir, elle se cache bien. Ne l'écoutant aucunement, tu fis preuve d'une certaine répartie en lui expliquant qu'il n'y avait rien de bien effrayant ici. Que ce n'était qu'un masque auquel tu pouvais taper dessus sans qu'il ne réagisse. Oui, tu faisais surtout mine d'être confiant et fière comme un coq.

Jusque là, tu assurais. Jordy s'était légèrement rapproché de toi, ton sourire était triomphale tandis que tu zieutais vaguement le masque face à toi, avant de regarder ton ami. C'était une partie plaisir. Oui, c'était, car une horrible main venait juste d'attraper ton poignet, te permettant presque de toucher le plafond. Ce n'était pas de la peur, juste une surprise désagréable. En l'espace de deux minutes, tu avais perdu tout crédulité, surtout devant lui qui commençait à paniquer. Okay, tu étais franchement nul, Nakht. Quant à ton camarade, il ne menait pas large en hurlant de frayeur, tirant sur ta main dans l'espoir de partir d'ici. « Attend Jo.. » Commençais-tu avant d'être traîner moins de la main et du masque, prenant un chemin que tu ignorais complètement dans le noir. Où allait-il comme ça ? C'était peine perdu alors que tu voyais à peine vos pieds. C'est limite si, en levant les yeux, tu pouvais voir le plafond.. Alors droit devant, impossible. Pourtant il courrait comme un lièvre, un peu hasard, faut dire. Et toi, tu n'avais d'autre choix que le suivre, sa main emprisonnant la tienne. Avec les évènements, tu n'avais su tirer un bon coup sur son bras pour qu'il se stop, puisqu'il venait de se manger une marche et de tomber à moitié. Sur ses talons, ton arrêt fut légèrement brutal. Seul ton bras se cogna dans quelque chose que tu n'arrivais à diagnostiquer dans la pénombre. Quant à Jordy, il était en proie à tu ne savais quoi de bien louche. Vu ses couinements, c'était des araignées. Dans un autre cas, tu serais surexcité de pouvoir les regarder mais là.

Le reste fut incompréhensible. Après sa petite voix à peine audible, monsieur avait prit ses jambes à son cou, te laissant seul comme un clochard. Sympa. Tu fis la moue, regardant autour de toi où tu pouvais bien aller. à présent, retrouver jordy était devenu ton principal objectif. Juste après te débarrasser des toiles d'araignées dans tes cheveux. Ce gars allait te rendre fou, encore plus que l'effet de cette maison. Encore ça, c'était un amusement particulier à tes yeux... Mais pour lui, c'était sûrement le pire endroit au monde. Quel idiot. Pourquoi tu l'as traîné ici en pensant que ce serait amusant ? Pour le coup, tu aurais préféré de taper la tête contre un mur en répétant cent fois que tu étais blond. Sans jeu de mot, tu l'es vraiment. Mais qu'importe, tu te devais de le retrouver dans l'immensité des lieux. Pendant que tu marchais en avant en regard ailleurs, tu ne manquais pas de marcher sur quelque chose de bizarre, de frôler un autre quelque peu gluant et te cogner le crâne contre une poutre plutôt basse pour un mec de ta taille! Chose sûr, tu en avais royalement marre d'être ici... Pire encore, tu avais envie de trucider Jordy pour être partit aussi vite. Pour la peine, tu aurais dû prendre une araignée et lui faire manger, plastique ou pas. Autant l'avouer, tu étais légèrement sur les nerf alors que tu parcourais les pièces, un peu à l'aveuglette.

Par réflexe, tu te servais de tes mains pour t'orienter, te fichant pas mal des choses qui frôlait ta paume. Mais quand on est paumé et à la recherche de quelqu'un, on ne fait pas trop attention. Sans le vouloir, tes doigts saisirent une corde qui tombait du plafond tandis que ton bras tirait brusquement dessus. Un bruit glauque retentit au dessus de ta tête et quelque chose se déversa sur toi, te trempant jusqu'au os. Comment traduire ce sentiment chaleureux qui se développait en toi ? « C'est quoi ce merdier ... Du rouge ? » Ce n'était pas du vrai sang, juste de l'eau avec un colorant assez tachant -qui partait au lavage- mais pour le coup, ce n'était pas marrant. Tes cheveux te collaient au front, ton haut à ta peau ... Haut qui venait de passer du blanc au rouge/rose. Tu maudissais cette maison, et jordan occasionnellement pour avoir fuit tout seul. « Jordan ... Si je te retrouve ... » Ralais-tu en t'essuyant le visage à l'aide d'un morceau de costume traînant dans ton passage. On se demande qui fait le plus peur, hein. Bref. Tes pas continuaient d'avancer, ton cerveau ne s'efforçant plus vraiment de suivre. Jusqu'à qu'un truc blanc te tombe dessus et t’arrache un léger cri. Décidément. Mais au moins, tu avais atterrit dans une pièce étrange, avec un cercueil. Cercueil que tu comptais examiner de plus prêt quand autre chose venait attirer ton attention.

C'était encore plus terrible que le reste, c'était quelque chose de semblable à un film d'horreur, c'était... Jordan. Ou ça devait l'être. Tu ne voyais qu'une silhouette recroquevillé sur elle, se balançant d'avant en arrière. Oui, ça faisait vraiment peur. « Jordy ? » Tu t'approchais alors de lui, reprenant doucement confiance en voyant que tu ne t'étais pas trompé. « Mec, t'es plus effrayant que la maison elle-même ... ça va ? » Demandais-tu en t'accroupissant face à lui. Ok, le message était passé. Il avait peur de ce genre de truc. Mais toi, tu avais surtout peur quand il se mettait dans un état pareil. Ton coeur s'était bien amusé à te torturer durant ton périple à le retrouver et maintenant, il te coupait complètement la respiration. C'était pas des choses à faire, vraiment pas. La panique, le fait d'avoir perdu ton ami d'un coup. Tout ça venait de fatiguer ce pauvre organe déjà bien mal en point. Passant outre mesure, tu portais ta main vers lui, frôlant son bras du bout des doigts. Au fond, tu voulais le rassurer mais surtout lui assurer que vous sortirez d'ici rapidement.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 18 Oct - 16:45


Je détestais cette sensation de vide, j'avais toujours constamment peur de quelque chose. La solitude était certainement ce qui me faisait le plus peur en ce monde... Mais le soir, j'avais aussi très peur du noir, de l'obscurité. Je déteste tout ce qui fait des bruits suspects ou simplement des détonations... J'avais une peur bleu de tout ce qui est insectes, et surtout des araignées. Je les trouvais dégueulasses, il n'y avait pas d'autres mots au monde pour les décrire, elle me donnaient tellement de dégoût que j'en avait envie de vomir à chaque fois que mon regard se posait sur leur corps velu et sur leurs huit pattes énormes... Et comment dire. En l'espace de cinq pauvres petites minutes, tout ce que je détestais le plus au monde venait de m'arriver. Pour le moment, je persistais à dire que c'était bel et bien la pire journée catastrophique de toute ma vie entière, c'était clair... Oh, mon Dieu. Ayez pitié de moi et laissez-moi sortir de cet Enfer. Je n'en pouvais vraiment plus... C'était au bout du rouleau que j'avais fini par craquer, comme un gamin, et si justement je n'étais pas âgé de dix-neuf années de merde, j'en aurais sûrement mouillé le pantalon. Pfff... Qu'est-ce que je pouvais être pathétique.

Et ce cercueil, devant moi... Il commençait à m'agacer, je ne le sentais pas. J'avais l'impression qu'on me fixait, je ne sais d'où et mes doutes se portaient instinctivement sur le cercueil. Il était louche et je ne savais pas vraiment pourquoi car il semblait scellé. Je me balançais en arrière, et surtout, les larmes coulaient le long de mes joues sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. J'avais beau les essuyer négligemment, elles s'écoulaient à nouveau par le même chemin, juste au dessus de celles fraîchement essuyées par mes manches. « Jordy ? » Nakht ? J'avais reconnu sa voix, oui, c'était bien lui. Mais je n'avais pas la force de bouger. Heureusement que l'on était dans le noir et je baissais la tête pour qu'il ne me voit pas dans un état pareil. Je m’immobilisais, pour ne pas dire que j'étais paralysé. Encore cette sensation bizarre, des sortes d'hallucinations, je fermais les yeux, mais rester trop longtemps dans le noir, ce n'était définitivement pas bon pour moi... « Mec, t'es plus effrayant que la maison elle-même ... ça va ? » Non, sans blagues ou tu déconnes ?

Sa main vint se poser contre ma peau... Même si l'attention était positive, moi j'avais plus l'impression que c'était des cafards qui courraient sur mon bras. Si j'ouvrais les yeux, je les verraient. Autant ne pas bouger. Par un réflexe, j'enfonçais ma tête entre mes genoux : je les entendaient courir contre le mur, et pourtant, je savais que Nakht ne les verraient pas. Je devais me taire, il me prendrait pour un fou, comme tous les autres avant. Et lui, il n'avait pas le droit. Il ne devait pas. Et moi je ne devais pas le décevoir d'avantage, je refusais qu'il parte et me laisse en voyant que je suis si nul que ça. « N-Nakht... » disais-je, je ne sais comment. C'était impossible d'articuler quoi que ce soit, alors je ne tentais même pas de le faire. Je tendais une main pour attraper son haut. Il était mouillé, pourquoi ? De surprise, j'ouvrais les yeux pour fixer mes doigts que j'avais ramené vers mon visage. Du rouge. Du sang ?! Mon sang ne fit qu'un tour, je relevais la tête et... Vision d'horreur, il était non seulement couvert de sang, mais en prime j'avais osé regardé sur les murs. Les cafards... Ils étaient là partout, je plaquais mes mains sur mes oreilles et je refermait rapidement les yeux. « N-Non ! Dégagez... M'approchez pas ! Vous êtes dégoûtants... » murmurais-je. J'étais incapable de dire s'il m'avait entendu ou non, mais c'était fort probable. J'étais ridicule et je devais l'effrayer, il n'y avait rien. Il ne pouvait pas les voir.

Par un élan de courage, je parvint à m'adosser au mur derrière moi, chassant des cafards "invisibles", puis je tirais doucement sur le bras de Nakht, le tirant contre moi. « Pardon d'être bizarre. J'ai ça depuis que je suis petit. B-Bouge pas, ça va passer... » Je fermais les yeux, nichant mon visage dans son cou, humant silencieusement son odeur et pensant à autre chose. J'avais passé mes bras autour de sa taille, restant immobile un petit moment, les yeux clos. C'était agréable, le temps semblait s'être arrêté. Je repensais alors au liquide rouge, j'agrippais son haut et le serrait entre mes doigts. « C'est pas du sang, hein ? » dis-je. J'étais hésitant, c'est vrai qu'avec une telle dose de sang, le plus jeune n'aurais pas pu le rejoindre ou quoi que ce soit. C'était mieux de lui demander pour que les choses soient misent au clair, non ? Doucement, je desserrais mon emprise et je laissais mes bras tomber contre le sol. J'avais l'impression que mon cerveau avait été shooté à je ne sais quel drogue... Mon coeur battait si vite, et je ne savais plus vraiment si c'était à cause de la peur. Une dernière larme coulait alors sur ma joue. Il était là, il était revenu, il n'était pas parti... Ça me suffisait. « Désolé... Nakht... » lâchais-je, je voyais son air sur son visage... Mais je ne saurais vous dire ce qu'il pensait.

J'avais plus peur qu'il parte en courant qu'autre chose. J'étais nul, le plus nul de tout les hyungs... J'étais tout autant bipolaire, je passais du rire au larmes en quelques secondes... Il devait décidément être bien paumé le jeune garçon... Aigoo.



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 18 Oct - 17:51


Ce n'est pas la première fois que tu viens ici. Généralement, tu profites de tes poses dans ton boulot pour choisir une attraction au hasard et t'amuser un peu. à plusieurs reprises, tu avais eu la chance de venir dans cette maison hantée, bien que seul, ce ne soit pas si grandiose. Avec Jordy ... ça comblait vaguement cette impression de lassitude à l'avoir toujours fait accompagné de personne. Dans ta tête, des milliers de films plausibles s'étaient déroulés comme une salle de cinéma grandeur nature. Rien qui ne ressemble à ça, en tout cas. En l'espace de cinq minutes, le 'manège' que tu appréciais le plus dans ce parc était devenu celui que tu regrettais amèrement. Si au départ Jordy était inquiet d'être ici, à présent il était complètement perdu. Ce serait un cauchemar, de voir disparaître un ami sans rien pouvoir faire. Franchement, tu ne savais plus quoi faire... Certes, le retrouver. Mais où, comment ? Voila les questions qui te revenait sans cesse en tête, tandis que tu subissais les farces de la maison. En sortant d'ici, la fraîcheur de la saison va vite de mordre la peau. Un peu comme un vampire. Tu te secouais pour chasser cette pensée de ta tête, avançant maladroitement devant toi. Au final, tu n'en pouvais plus d'être là. à la limite de la crise de nerf, trempé d'un liquide rouge abominable et encerclé de chose que tu ne pouvais voir. Sans parle de ce cercueil qui t'était apparut après qu'un fantôme est faillit te tuer d'une crise cardiaque. Ils seraient bien triste de perdre leur raccoon chéri! Mais qui sait, tu viendrais sûrement hanter cette maison pour la rendre un chouia plus réaliste. Trêve de plaisanterie.

Plus facile à dire qu'à faire. Tu te trouvais dans ton 'paradis' à toi, avec pleins de chose qui foutent la trouille. Ce serait sûrement toi le gars le plus étrange, à gagatiser devant une boite fermée et scellée. Que pouvait-il contenir ? Un mort ? Un vampire, peut-être ? Mais tu n'avais aucune envie qu'il te saute dessus pour venir aspirer ton sang si délicieux. Heureusement que ce bruit est venu te tirer de tes songes bizarroïdes, attirant vivement ton attention. Au moins, tu te sentais soulagé de trouver quelqu'un en boule dans un coin. à moins que ce ne soit encore une farce du genre, une femme avec une perruque qui te saute dessus en hurlant ? Ouais, tu n'es pas doué pour te motiver. Même si l'imaginer est excitant. à nouveau en train de secouer la tête, tu décides -contre ton gré- de t'approcher et d'analyser la situation. Jordan. Quel plaisir de le revoir après ce temps fou à le chercher un peu partout. Ton coeur pouvait enfin se décontracter et souffler un coup. Ce n'était pas le moment de plaisanter mais tu étais ainsi, toujours à dire les mots à ne pas entendre ou prononcer. Tu voulais juste le rassurer, montrer que tu étais là. Fallait pas croire que tu sois du genre 'connard' à te foutre de sa gueule. Certes, vous êtes différent entre l'un qui vouerait un culte à cette maison et l'autre qui la maudirait jusqu'à la fin de sa vie. Possible possible.

Hésitant, tu avais tendu ta main vers lui pour la poser sur son bras. Espérant simplement qu'il te regarde et te fasse confiance. Mais comment dire. C'était impossible ? Tu l'avais forcé à venir ici, il est clair que tu sois le méchant dans l'histoire. Et au lieu de te regarder, il enfonçait d'avantage sa tête entre ses genoux, refusant catégoriquement ton aide. à moins qu'il soit trop effrayé pour affronter la 'chose' face à lui ? Sans doute l'as-tu oublié mais tu es couvert de colorant rouge sang. Ce qui, pour toute personne normale -sauf toi- ferait peur dans une attraction nommé ghost house. Pourtant tu vis qu'il fit un effort, le son de sa faible voix remontant jusqu'à tes oreilles. Un sourire venait taper l'incruste au coin de tes lèvres, rassuré qu'il ne te pousse pas en criant. Jusqu'à qu'il tende sa main pour attraper ton haut, remarquant le rouge sur ses doigts puis sur toi. Oops. Sur ce coup, tu ne pouvais rien faire... Ou peut-être enlever ton haut ? Mais tu allais mourir de froid, si ce n'était pas déjà le cas. « Jordy ... calmes-toi... » Disais-tu d'un ton assuré, plutôt confiant. C'est ce que tu voulais lui transmettre, de la confiance et un chouia de courage. Mais au lieu de ça, il divaguait complètement dans un délire que tu ne pouvais partager avec lui. De quoi parlait-il ? à moins qu'il veuille que tu partes ? Tu n'es pas si dégoûtant que cela, si ? Forcément, tu aurais prit cette remarque pour toi s'il ne disait pas 'vous'. Ce n'était donc pas de toi qu'il voulait se débarrasser comme un fou.

étonné de son changement de position, tu écarquillais les yeux comme s'il allait se mettre à briller, prendre feu ou aller savoir quoi de plus extraordinaire. Tu avais surtout peur qu'il retombe dans un délire et que se soit pire qu'avant. Pas cette fois. Ton corps se pencha dangereusement en avant, sa main tirant sur ton bras. Tu avais eu cette impression de tomber avant d'entendre sa voix résonner en toi. Bizarre ? Des deux, c'était sûrement lui le plus normal. C'est surtout normal d'avoir peur... Bien que ta peur soit différente de la siennes. Doucement, la réalité te gagnait. La distance entre vous venait d'être réduit à quasiment rien du tout. Le visage de Jordan dans ton cou, ses bras autour de ta taille. Et toi, sombre idiot, à rougir comme une pivoine, te retenant au sol ou au mur avec tes mains. Un mouvement et tu t'écroulais sur lui, autant garder un minimum l'équilibre. « C'est du colorant ... » Disais-tu alors qu'il venait te saisir ton haut, sûrement effrayé que ce soit du sang. Avec cette dose, non seulement tu ne serais en état mais ça sentirait le cadavre. Qu'il se rassure, tu étais en parfaite santé, sain et sauf. En majorité, tout du moins. La seconde suivante, Jordy était aussi vivant que les squelettes en plastique dans la maison. à dire vrai, tu pouvais bien le comprendre. « Tu n'as pas à t'excuser ... J'aurai pas dû te forcer à venir ici ... » Tu baissais légèrement la tête, peiner de ne l'avoir écouté plus tôt. Reprenant courage, tu le regardais à nouveau, portant ta main à son visage pour essuyer la marque fait par ses larmes. C'était flagrant avec la lumière glauque des lieux. Puis tu laissais glisser ta main jusqu'à l'une des siennes, enlaçant tes doigts aux siennes. « Sortons d'ici. Je connais suffisamment le chemin pour être dehors dans une minute. Fait moi confiance... Et puis, je peux te parler durant le trajet, si tu veux ? » Tu tirais légèrement sur son bras pour lui faire comprendre de se lever.

« Ferme les yeux, je te guiderais jusqu'à la sortie. Après on ira où tu veux .... Promis. Alors laisse moi faire. » Tu faisais ton maximum pour être rassurant, pour qu'il te réponde par la positive. La sortie n'était pas loin. à force de courir au hasard, vous aviez parcourut quasiment plus de la moitié de la maison. C'était une bonne chose, non ? Et après, vous iriez trouver du fromage pour que Jordy se remette de ses émotions. Toi aussi d'ailleurs. C'était vraiment pas bon pour ta santé de t'inquiéter autant en si peu de temps. Mais tu ne disais rien, t'occupant de rester proche de lui.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 24 Oct - 22:22


Autant vous le dire tout de suite, jamais. Oh non, plus jamais, je ne mettrais les pieds dans cet endroit de malade. C’était véritablement une horreur cet endroit, non ? Enfin, moi j’étais juste perturbé, je ne savais plus quoi faire, et j’avais non seulement pété les plombs mais j’avais aussi perdu tout mes moyens. C’est un peu comme si on m’avait retiré ma conscience, et surtout que j’avais égaré ma raison je ne sais où, dans un trou perdu du monde. Et pour le dire franchement, ce n’était pas la première fois que j’étais ainsi. Si je n’avais pas un brin de réalisme, croyez-moi que j’en aurais fait des meurtres jusqu’à maintenant… Ma mère pour commencer, ou plutôt devrais-je dire la salope de femme qui me sert accessoirement de mère biologique. Si je devais lui rendre chacune des blessures et des cicatrices qu’elle m’a laissé, non… Même quand j’y pensais intensément, lui rendre toutes douleurs ? C’était impossible. Je n’étais pas un monstre, pas comme elle, alors je m’y refusais. Il en valait de même pour tous ceux qui s’étaient joués de moi ou qui m’avaient abandonnés après le collège. Si vous saviez comme je leur en veux… Terriblement.

J’étais humain, avant toute chose, même si j’avais survécu à cette merde d’ouragan ou je ne sais pas ce que c’était réellement, mais. Ce truc m’avais rendu anormal pour le commun des mortels, certes, mais je restait qui possédait des sentiments. Et là, j’avais peur. Terriblement peur. Le noir me faisait toujours ressentir ça, et en plus vous imaginez l’environnement ? J’avais une aigreur sur l’estomac et si je ne me contrôlerais pas un minimum, j’aurais sûrement vomis quelque part. « Jordy ... Calmes-toi... » Ah oui. C’est vrai, je me rappelais où j’étais. Dans ses bras, humant silencieusement son odeur. J’étais rassuré, un peu plus qu’avant en tout cas. Sa voix était si douce, c’était un peu surprenant de la part de Nakht… Je n’allais pas m’en plaindre. C’était juste … Agréable. Mais ses vêtements étaient rouge… Je devais avouer que j’avais peur, et un peu de remords sur le moment ; Je l’avais abandonné pour m’enfuir comme un lâche après tout. « C'est du colorant ... » Il me rassurait vraiment. Je continuais cependant à m’excuser sans cesse… Mais je n’y pouvais rien, vraiment rien. J’étais continuellement accusé, depuis ma naissance, de faire des choses qu’il ne faudrait pas, alors au moindre problème, je remet automatiquement la faute sur ma petite-personne. C’était automatique…

J’avais conscience d’être chiant, mais je ne voulais pas qu’il bouge. « Tu n'as pas à t'excuser ... J'aurai pas dû te forcer à venir ici ... » Il était gentil, hein ? C’était étrange de sa part, mais je n’allais certainement pas m’en plaindre. Au contraire. J’hochais la tête et le lâchais un peu pour le rassurer… Il réussit à me voler un tout petit sourire même si j’étais toujours sous l’état de choc. Normal. « Sortons d'ici. Je connais suffisamment le chemin pour être dehors dans une minute. Fait moi confiance... Et puis, je peux te parler durant le trajet, si tu veux ? » Quoi ? Il délirait complètement, ou alors c’était moi. Bien sûr que c’était moi, j’en faisais peut-être tout un plat, mais.. Il fallait se lever ? Retourner dans les autres pièces alors que je ne savais pas ce qui m’y attendais ? Non, je refusais ! C’était la mort assurée, c’était ce que je me disais. J’avais figé, le regardant faiblement avant de baisser la tête, attrapant son poignet. Je ne pouvais pas bouger ici, c’était hors de question… Je tenais trop à la vie, ici, ça irait… J’avais complètement perdu la raison, ça c’était clair. « N-Non… On va mourir, hein ? » lâchais-je alors… Qu’est-ce que je devais être idiot…

Il tirait sur mon bras et il voulait visiblement que je me lève… Mais je n’en avais aucune envie. Mes jambes refusaient d’obéïr. « Ferme les yeux, je te guiderais jusqu'à la sortie. Après on ira où tu veux .... Promis. Alors laisse moi faire. » Fermer les yeux ? Certainement pas. Dans un élan de force, je tirais sur son bras un peu, le faisant comprendre de se rebaisser. Je devais paraître tellement idiot à ses yeux, je détestais cette sensation. J’étais sans doute tellement nul à ses yeux qu’il devait sans doute vouloir me lâcher ici. Et mon Dieu, que je le comprenais, quoi ! Je sentis un frisson d’effroi me parcourir l’échine. Je ne voudrais jamais qu’il m’abandonne, non ça jamais… « N-Nakht… Attend…Comme on va mourir… » disais-je hésitant. Oui, je croyais vraiment qu’on pouvait mourir dans une attraction de ce genre, quoi. Et si un meurtrier se cachait dans les décorations, comme dans les films, on ne savait jamais quoi ! Et puis ce cercueil… Avec toute ses histoires de vampires… On ne savait jamais ! J’avalais ma salive et me pinçais les lèvres avant de relever la tête vers lui, un air très sérieux sur le visage. « Il faut que tu saches que je t’aime, voilà. E-Et que si tu avais attendu un peu, je t’aurais proposé de venir vivre chez moi… J’ai économisé pour un appartement à moi tout seul, et… Comme ça ne va pas avec ton père… Tu aurais pu venir… Mais… On va mourir, ne ? » J’avais dis tout ça d’un trait, pour vider mon sac.

Je ne pensais pas un instant que mes phrases pouvaient avoir une répercution quelconques, et je ne remarquais pas ma gêne tout de suite. Je baissais un instant encore la tête. Qu’est-ce qui m’avait pris de lui dire ça comme ça ? Il allait définitivement me fuir, c’était sûr… Aigoo… Je soupirais et me redressais enfin, tremblant un peu. J’attrapais sa main dans la mienne et me glissais dans son dos, m’y collant en posant mon front contre son omoplate… J’avais presque oublié comme il était grand, ce dadet… Etant persuadé d’aller vers la mort, j’inspirais avant de le poussais un peu pour lui faire comprendre d’avancer. « Je peux mourir la conscience tranquille ... Maintenant que tu sais… ça. » Je me disais que j’avais beaucoup trop espéré depuis longtemps. C’est vrai… Je pensais toujours à lui ; cette histoire d’emménagement, par exemple. Dans le fond, je ne cherchais pas tant à aimer Nakht en tant qu’ami… Je réalisais que c’était autre chose, quelque chose de plus complexe… Cette même chose que je n’avais pas même reçu de mes propres parents, cette chose que je n’avais pas pu rendre la première fois… Cette chose que je n’aurais sans doute pas en retour… J’avais des doutes, j’espérais juste qu’il prenne tout ça à la rigolade… Comme un petit frère l’aurais fait avec son grand frère… Je devais l’étouffer au final, c’est surtout ça.



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Mer 24 Oct - 23:30


En venant dans cette maison, aussi bête que cela puisse paraître, tu avais la chance de connaître une autre facette de Jordan. En traînant avec elle, en restant simplement avec lui, tu voyais toujours le même gars confiant, sympathique mais parfois emmerdeur, qui te pousse souvent à bout. Bien que tu t'énerves contre lui ou que tu lui reproches certaines choses, tu l'apprécies énormément. C'est le genre de personne que tu ne pourrais te passer et s'il venait à disparaître, alors tu perdais quelque chose de précieux. Et là, dans l'immédiat, tu venais de lui découvrir un truc que tu ignorais jusqu'à aujourd'hui. Cette partie sensible, qui a peur du noir et des araignées. Ce garçon fragile et adorable, même si le voir se recroqueviller dans un coin en criant aux cafard, te faisait légèrement flipper. Dans ton entourage, peu de personne se montrerait ainsi, même devant leur peur. Ils feraient les fière pour impressionner la galerie, cachant qui ils sont vraiment. Pas Jordy. Jordy, il te montre qui il est, sans vraiment faire attention. Mais de ton point de vue, tu aimes ce gars comme il est, avec ses phobies et ses délires. C'est d'ailleurs pour cela que tu ne l'as pas abandonné ici, et c'est aussi pour cette raison que tu es venu jusqu'à lui. Il ne mérite pas que tu sois aussi dure, il ne mérite même pas un regard noir. Tu n'y penses même pas, tentant une approche douce et calme. Manquerait plus qu'il prenne à nouveau ses jambes à son cou. Certes, on départ tu voulais l'étrangler pour t'avoir laissé, mais plus maintenant. Parce que tu pouvais le comprendre. Même si tu n'avais pas cette peur au fond de toi. D'ailleurs c'est idiot d'aimer ce genre de chose en ayant peur de la mort. Tu dirais aimer un cimetière pour son allure glauque et sinistre mais d'un autre côté, ce lieu te rendra mal à l'aise... L'idée d'y crécher un jour te met dans un état pas possible.

Pour l'instant, tu étais dans une maison hanté, prenant ton ami dans tes bras dans l'espoir de le rassurer. Tu aurais voulu qu'il t'écoute et se referme pas comme une huître. Mais comprend-le, nakht. C'est difficile de battre son soi intérieure. Pense au tiens, celui qui te cloue les pieds sur terre à chaque fois que tu veux aller au delà du réel, de la vie quotidienne. Tu tentais de le rassurer, te montrant aussi doux qu'un agneau. C'est dure de l'être pour une personne trop honnête comme toi, qui a tendance à jouer de la situation. Tu aurais pu te moquer de lui, lancer une ou deux vannes pour détendre l'atmosphère mais impossible. Fallait que tu te montres patient, chose rare chez toi. Il s'excusait, sans cesse. tu aurais préféré que la peur lui coupe le sifflet, qu'il arrête de se confondre en excuse. Il n'y était pour rien. C'est plutôt qui devrait ouvrir ta bouche pour lui demander pardon. Après tout, il est là par ta faute. C'est ton truc, de mettre les gens dans des situations pas possible. Comme avec ton père quand tu lui balance qu'il n'avait été capable de garder ta mère. Ou comme avec ta belle mère quand tu lui dis que c'est une sorcière. Tu pousses les dans leurs derniers retranchements sans te dire que c'est mal ou nuisible. Et tu aurais sûrement fait la même chose avec ta mère biologique si elle se trouvait en face de toi. Sauf que elle, tu ne sais jamais si tu dois la pousser dans un gouffre sans fin ou l'aider à s'en sortir. C'est flou. Et personne n'est là pour t'aider à choisir. De toute, seul toi peut le faire.

Tu t'éloignes du sujet. Te perdant dans tes pensées alors que Jordy tremble comme une feuille. Tu avais faillit l'oublier, cherchant seulement à retracer les traits de son visage, tentant juste de te rappeler qui elle était. Mais en regardant le jeune homme face à toi, l'image de cette femme s'envolait. Rien qu'avec un regard, ce gars t'aide à faire le vide en toi. Il est bénéfique pour toi, tu en as vraiment besoin pour avancer. Qu'est-ce donc ? Pourquoi penses-tu ainsi, et maintenant ? Sa voix te ramène à toi, clignant à plusieurs reprises des paupières. Quoi ? Mourir ? Tu étais perdu. Paumé entre tes pensées et la réalité. Un appel au secours se lisait doucement dans tes yeux, tandis que tu cherchais à le fixer. « On ne va pas mourir. » Tu ne savais quel ton prendre, partagé entre l'envie d'être réconfortant mais persuasif aussi. Tu avais peur de le blesser en étant trop froid, mais tu craignais aussi qu'il reste dans son coin si tu ne le bougeais pas un peu. Douceur et tendresse n'était pas bon pour te décrire. Alors tu adoptes la manière forte, tirant sur son bras pour qu'il se lève. évidemment que tu voulais le faire sortir d'ici, avec ton aide. Il n'aurait qu'à s'imaginer un autre monde pendant que tu le sors de là. Pourquoi il ne te faisait pas confiance pour cette fois ? Il avait peur que tu l'abandonnes pour fuir ? Non, bien sûr que non. Fallait juste qu'il se confit à toi, qu'il te laisse faire. Malheureusement, ce n'était pas le cas. Jordan se bornait à rester immobile, refusant de faire mouvement. Il tirait même sur ton bras, à l'inverse de toi pour que tu restes à son niveau. Sans le vouloir, un soupire quittait tes lèvres. Ce n'était pas à mal mais il te compliquait la tâche en se montrant si têtu. Peut-être qu'une petite claque ... Non, nakht. Ne va pas le brutaliser pour obtenir quelque chose, prend ton mal en patience. Mourir, mourir. Tu aurais voulu le réprimander, avant qu'il pose ce regard sur toi, après s'être pincé les lèvres.

Quel effet peut avoir une bombe en heurtant la terre ferme ? Sûrement un énorme cratère et des millions de morts. C'est justement cela que tu venais de ressentir à ses mots. Je t'aime. C'est d'ailleurs la seule chose qui s'était infiltré jusqu'à ton cerveau. Je t'aime. Il défilait en boucle dans ton esprit, se marquant à jamais dans ta mémoire. Je t'aime. Tes yeux ne savaient même plus où se poser. Ils avaient commencés par le fixer, puis par s'abaisser au sol. Tes dents torturant ton piercing, sans réaliser. Je t'aime. Ton coeur fit un bruit étrange, comme un clic signification. Que ce passait-il ? Tu n'arrivais plus à analyser le reste, encore moins sa demande à vivre avec lui. Mais merde... Se rend-t-il compte que vous n'allez pas mourir ici, que vous allez sortir de cette maison ? Pourquoi tu stresses, Nakht ? As-tu peur d'affronter ses mots ? Vivre avec lui... Ton père ... Tes disputes habituelles.... Lui... Toi... Vivant dans des mêmes pièces... Se voyant dès le matin... Juste lui et toi... C'est quoi, au juste ? Un rêve ? Un mauvais tour de ta conscience ? Mais tu ne savais même pas ce que tu éprouvais pour lui ... Tu étais comme un idiot au centre d'une bâtisse enflammé, pris entre l'envie de fuir ou de résister. Perdu, seul, comme un con. Et ton cerveau qui te répétait sans cesse 'que faire ? que faire ?'. Tu ne sais pas, bon sang. Il abuse de te dire ça, là, comme ça. Et ce fut pire en sentant sa main contre la tiennes. Tout tes muscles se crispèrent, affolé par ce contact. Même ton âme frémissait, engloutit par ton incompréhension. Mais fallait avancer, lever le pied et sortir. Comment tu pouvais y arriver à présent, lui coller dans ton dos ? Autant dire à un aveugle de voir ou un muet de parler. IL VA PAS MOURIR. Faut-il que tu lui dises de vive voix ou va-t-il percuter seul, bon sang ?

Sa déclaration te mettait doucement sur les nerfs. Ce n'était pas vraiment de sa faute, juste que tu ne savais comment agir en sachant cela. Oui, il est beaucoup pour toi. Oui, tu ne peux vivre sans lui. Oui, tu pourrais crever pour l'aider. Oui, tu ferais voeux de chasteté pour ne pas le rendre triste. Mais ... Est-ce de l'amour ? Est-ce quelque chose de bien ? Dieu, qu'importe lequel, donnez lui une réponse. En attendant, aucun son n'avait quitté tes lèvres depuis sa déclaration. Rien, même pas un 'ah' ou un 'oh' peut convainquant. Tu étais trop troublé pour cela, trop .. perturbé. Alors tu te contentais d'avancer, n'arrivant même pas à serrer d'avantage ses doigts entre les tiens. Tu avais peur, peur d'une chose que tu ignores. N'est-ce pas stupide ? Pourtant tu continuais de marcher, te fichant pas mal du mec à la hache qui te tombe dessus ou des fausses chauve-souris dans un cri perçant. D'un coup, tout cela était comme invisible. Au final, tu avais réussis à trouver la sortie sans même t'en rendre compte. Réalisant simplement quand tes yeux durent s'habituer à la clarté du jour. « Nous voila dehors... vivant. » Surtout vivant. Quelle ironie, après ce qu'il venait de te dire. fallait vraiment détendre l'atmosphère, parce que tu étais aussi coincé qu'un manche à balais. Figé sur un évènement perturbant, choquant.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 25 Oct - 1:40


« On ne va pas mourir. » Allez, fais-toi une raison, Jordan. Il avait raison, dans le fond, non ? C’était encore moi qui pétais un câble pour rien, je le savais terriblement bien… Je me sentais si mal à l’aise à cause de ça. Mais je ne pouvais rien faire contre, j’agissais sur le moment, me laissant aller à mes émotions et mes sentiments, ne les contrôlant pas le moins du monde. C’était toujours comme ça de toute façon quand il s’agissait de Nakht, je perdais tout mes moyens dès que ses petites prunelles étaient posées sur moi… Ou même pire, dès qu’il était mêlé à quelque chose : que ce soit directement ou indirectement… C’était devenu habituel, à force et je commençait bien malgré moi à prendre le pli, plus les jours passaient. J’essayais en vain de me répéter ses quelques mots, les laissant raisonner dans ma tête… Mais c’était plus fort que tout et mes tremblements prenaient facilement le dessus. D’une main incertaine, j’agrippais son haut, au niveau du ventre. Il avait alors commencé à marcher vers ce que j’appelais alors : la mort. Il tentait de se faire rassurant, je pouvais l’entendre et dans le fond ça me touchais plus que cela ne me rassurais… Finalement, quitte à mourir, autant que ce soit à ses côtés.

J’avais quand même lâché le fond de mes pensées… Et il n’avait pas réagit. Il marchait et je le suivais, me contentant de me coller de plus en plus à son dos, le freinant de temps en temps, effrayé. J’étais incapable de fermer les yeux très longtemps, j’inspirais et soupirais, poussant des petits cris quand je voyais quelque chose de louche qui ressemblait à une araignée. Je ne remarquais pas que je lui broyais presque la main, tellement j’étais effrayé… Non, bon. Pour être honnête, c’était pas avec ma petite force de mouche que je pouvais lui faire du grand mal… Cependant, avec la peur, j’estimais tout de même avoir le double de ma force. Je finis par voir la lueur de la sortie… Attendez. Si je suis pas mort… Je lui ai dis tout ça pour… Pour rien ?! … Dans le noir, ça allait encore, parce que je ne voyais pas son regard, j’en avais oublié combien c’était agréable de le regarder… Je plissais les yeux pour m’habituer à la lumière mais je n’osais bouger. J’étais si bien dans son dos… J’avais sans doute peur de revoir son regard. Surtout à cause de ce que je lui avais annoncé il y a maintenant quelques minutes.

Mon cœur battait la chamade, peut-importe qu’il le sente ou non… Et il devait sûrement le sentir. Je n’étais pas habitué à ce genre de sensation, c’était juste agréable. Je fermais les yeux un moment, écoutant sa respiration pour me calmer, mes jambes et mes membres tremblants encore un peu. « Nous voila dehors... vivant. » Il m’arrachait un sourire, j’étais plus ou moins beaucoup plus lucide que dans la maison hantée, j’avais retrouvé une grande partie de ma raison, et je commençais peut à peut à avoir les pieds sur terre, comme avant. Je finissais ensuite par desserrer mes doigts de son haut, ne lâchant pas sa main pour autant. Ma main glissa, longuement, le bout des doigts frôlant son haut, trempé. Il allait attraper froid comme ça… J’avais toujours été très protecteur avec lui, autant que je continue comme avant… Et si j’ignorais ? Il n’avait pas répondu, c’était que tout allais bien, non ? Pourtant, je n’arrivais pas à en placer une. C’est comme si j’avais perdu tout moyen de communication avec le grand blondinet. Un long soupire s’évaporais alors dans les airs. Je m’agaçais moi-même, alors imaginez un peu comment je devais l’agacer : lui.

« Tu vas attraper froid… » J’arrivais enfin à articuler quelque chose de potable. Je mettais un peu reculer, j’avais remarqué le nombre de regard sur nous… Vous imaginez un peu ? Deux garçons collés ainsi, avec ce silence pesant et cette rigidité incroyable, dont l’un sort complètement trempé, le second avec les joues humides et complètement apeuré… C’était clair qu’ils devaient nous prendre pour des fous. Je fixais son dos un petit moment encore. Qu’il ne se retourne pas. J’espérais un peu trop, sans doute. Bien sûr qu’il allait se retourner… J’appréhendais tellement sa réaction. Je n’avais pas un instant pensé à lui. J’étais vraiment un égoïste dans le fond, mais… Terriblement, je m’en voulais à nouveau. J’aurais sans doute mieux fait de me taire. Il devait être choqué, c’était ça. Il était devenu si distant d’un coup, est-ce que je le dégoûtait ? C’était sans doute cela… Il allait partir, maintenant. Son Hyung était…Amoureux de lui. C’était quelque chose d’horrible et j’en avais conscience. Il n’allait jamais accepter une telle chose, qu’est-ce qui m’avait pris… ? J’avais une fois de plus tout ruiné. C’était de ma faute s’il partait.

Je gardais le silence un long moment, lâchant sa main pour poser ma veste sur ses épaules. Tant pis. Je ne voulais pas le perdre. « Tiens prend ça, elle est un peu petite pour toi, je crois… Mais tu n’attraperas pas froid, c’est mieux que rien. » J’affichais alors mon grand sourire habituel, faisant le tour pour le contourner et le regarder. Qu’il oublie tout s’il le préfère… Qu’il n’y pense plus. Je ne voulais pas le perdre, jamais de la vie. Il devait rester à mes côtés, c’était comme ça et pas autrement. Mes joues étaient sans doute si pourpres que ça devait l’effrayer. Je cachais tout ça derrière un large sourire, très faux. J’avais peur. J’avais peur qu’il parte en courant… Qu’il me repousse. Qu’il soit écœuré, dégouté de ce que je suis. Il a dix-sept ans et j’en ai bientôt vingt, il est un garçon et j’en suis aussi un… C’est impossible, n’est-ce pas ? Pourquoi mon cœur était si douloureux ? Pourquoi fallait-il que cela tombe sur lui ? J’étais lancé, je ne pouvais plus faire marche arrière, n’est-ce pas… Alors autant me jeter dans la gueule du loup et tout lui avouer. J’essayais intérieurement de me persuader… Ca irait… Ouais, ça irait…

Hésitant un bref instant, j’attrapais sa main et tentait déjà de le tirer vers une attraction. Changeons le sujet, j’espérais qu’il passe à autre chose… Encore une fois, j’en demandais trop… Forcément qu’il voudrait des explications, et si ce n’était pas maintenant, ce serait plus tard… Et en attendant, je sentais ce froid désagréable entre nous deux. J’aurais mieux fait de fermer ma gueule, non ? Des yeux, je cherchais le premier stand à la ronde, c’était des machines à peluches… Je détestais les peluches, c’était beaucoup trop mignon, quoi… Tant pis, ça ferait l’affaire pour s’occuper l’esprit. Je devais aussi m'éloigner très loin de cette maison hantée, quoi. « Viens ! Je veux jouer à ça, j’ai toujours voulu le faire depuis que je suis petit, mais… J’avais pas l’argent. » … Sous-entendus que je regardais les couples jouer avec envie mais que je n’avais pas de petite-amie à qui offrir ses horribles peluches. C’était un bon sentiment au départ, c’était un cadeau… J’affichais un grand sourire et tentais d’ignorer son long regard, le tirant vers les machines à pinces. « T’aime bien les nounours ? Regarde, il y en a un marron et un blanc. Tu veux lequel ? » Pour montrer ma bonne fois, je sortais quelques pièces – car il faut forcément miser un certain nombre de parties avec de l’argent. J’espérais qu’il passe le reste de la journée beaucoup mieux que le reste… J’étais vraiment le pire des hyung, croyez-moi… Aigoo.



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 25 Oct - 10:20


Tout c'était si vite passé. Au départ, tu le trouvais mignon à avoir peur de tout ça, alors que toi, c'était un peu ton terrain de jeu. Quand il avait fuit, tu avais fait le maximum pour le retrouver en vitesse, pour le rassurer et lui dire que la sortie n'était pas loin. Jusque là, le scénario était parfait, pas d'ombre sur le tableau, rien qui ne puisse te faire perdre ton sourire. Bien que tu t'inquiète pour lui et son état de choc, tu n'avais pas faiblis un instant en pensant à la suite. Dans ta tête, tu te voyais déjà en dehors de cette attraction, faisant des milles et des cents pour lui redonner le moral, pour revoir un sourire aussi minime soit-il. Oui, tu avais déjà pensé à tout, à partir du moment où il veuille te suivre sans piper mot, sans te faire de grand discourt sur la mort et ce qu'il éprouvait pour toi. ça, ce n'était même pas dans tes plans, ni tes pensées, ni rien du tout. Pour toi, Jordan était impossible de te dire cela, de le ressentir même. Au fond, tu l'apprécies plus que tu ne le devrais mais maintenant ... Que faire ? Que dire ? Comment agir ? Tu n'arrives même pas à ouvrir la bouche, ni à produire un seul bruit. Paralysé, statufié, piégé. Oui, tu te sens pris au piège dans une roue infernal. Et tu te surprend à regretter cette aventure dans cette maison hantée, tu regrettes de l'avoir poussé de force à te suivre, seulement pour le voir ainsi. Quant à ses mots ... Ils ont le don de coupé tes circuits, comme un robot sans batterie.

Il t'aime. Big, il t'avait sortit cela comme on le fait dans les films. Genre, on va mourir, autant te le dire. évidemment que tu étais choqué, évidemment que tu n'arrivais plus à rien. Pour lui, il s'imaginait mourir dans la minute suivante, alors il vidait son sac sans même penser aux conséquences. Tu étais perdu, complètement à l'ouest. Que pouvais-tu lui dire ? Tu n'avais aucune réponse à lui fournir. Ni même le temps pour y réfléchir. Et c'est bien cela qu'il te faut, du temps et encore du temps. Mais combien au juste ? Tu as peur de trop hésiter et de le décevoir. Malgré qu'il t'est dit ça, tu ne veux pas le perdre... Tu ne veux pas t'enfuir...Ni l'abandonner... Alors comment dois-tu agir en sa présence ? Faire mine de n'avoir rien entendu, d'avoir oublié en cours de route ? Impossible et tu le sais. Ta mémoire est faite pour que tu te rappelles de cela pendant des années et des années. Et tu maudis ton cerveau d'être si sadique. Que cette journée se termine bien ou pas, l'épisode de la ghost house se répétera en boucle dans ton esprit, comme marqué au fer rouge. Il t'aime. Ce n'est pas rien. Il a prit sur lui, sur sa peur pour t'avouer cela. Et toi, toi tu es aussi froid qu'un glaçon. Même en le sachant dans ton dos, collé contre toi, tu n'arrives tout simplement à rien. Pour le coup, tu te déteste de ne savoir être plus réceptif. Lui dire d'attendre, parce que c'est la seule pensée qui te trotte en tête. Tu ne peux lui fournir une réponse si rapidement, sans même peser le pour et le contre. C'est sûr, rien qu'être avec lui serait une histoire incroyable à vivre ... Mais fallait que tu réfléchisses. Et ce n'est pas avec sa main broyant la tiennes que tu pourrais le faire. Sans oublier la lumière du jour qui vient agresser tes yeux, te chamboulant d'avantage. On aurait presque dit un poisson hors de l'eau, qui ne sait plus respirer.

Vivant. Vous étiez vivant et libre. Plus d'araignée ou de pénombre effrayante. Juste des gamins qui couraient de partout, des couples qui riaient joyeusement et vous, l'un contre l'autre. Son coeur entonnant un rythme particulier que tu connais bien, en l'ayant déjà ressentit. Mais le tiens se fait régulier, se posant sur ta respiration bizarrement calme et lente. Ainsi contre toi, il peut l'entendre et ça te gêne. Dans un autre cas, si ton coeur s'était subitement affolé, il aurait pu le remarquer. Pourtant tu ne faisais rien, ni le repousser, ni l'accepter pour autant. Avec tout ça, tu en avais oublié ta tenue désavantageuse pour ce milieu de saison frais et humide. Ton haut était trempé et sentir ses doigts le frôler, te donnait des frissons. Sans oublier que sa main tenait toujours la tienne, mais que cela, tu semblais l'avoir négligé avec les évènements présents. Qu'allait-il se passer ? Tu n'étais même pas capable de parler, toi la pipelette de service. Il te poussait dans ton dernier retranchement, te coupant carrément la parole. C'était dure, très dure. Mais si tu commençais à discuter, le sujet serait tendu, limite blessant. Autant que tu te la fermes et sache, pour une fois, garder un peu de tact. Même si le silence n'est pas une preuve de franchise.

Tu vas attraper froid. Avec ton chamboulement, tu avais même oublié ta tenue rouge et trempé. Les gens allait te prendre pour un fou psychopathe en étant ainsi vêtu. Mais Jordan avait su te tirer de tes pensées, te ramener à lui sans le vouloir. Même ainsi, tu n'avais eu l'audace de faire volte-face pour l'affronter, pour le regarder en face. Non, tu restais droit comme un piquet, remarquant les regards étranges autour de vous. Deux hommes collé l'un à l'autre dans ce genre d'état, c'est louche. Toi même tu pouvais le comprendre. Mais sentir la chaleur de Jordan t'abandonner ... C'était encore plus étrange. Ton corps s'était habitué à sa présence, bien que ton cerveau reste dans le brouillard. Pourtant, si tu te retournais et le regardais les yeux dans les yeux, tu es sûr qu'aucun mot ne franchirait tes lèvres. Le choc de sa révélation t'avait mit dans le doute. Pourquoi est-ce si difficile de le regarder, de lui parler ? Tout semblait si compliqué quand ses mots te taraudait encore. Si seulement tu pouvais faire pause, figé le temps et en profiter pour l'examiner en détail. C'est idiot, tu n'arrives à rien et pourtant, tu penses ainsi. Qu'importe que tu attrapes froid, tu voudrais être plus courageux quand il s'agit de ce genre de sujet. Il a fait un effort, même forcé, pour te le dire. Et toi, tu perdais tes moyens. Que pensait-il de toi ? Un lâche, un bon à rien, un salaud ? Même pas capable d'articuler quelque chose pour ta défense. Décidément, tu es nul, Nakht.

Un déclic te fit réagir. Sa main ne tenait plus la tienne et ce détail t'affolait. Ton coeur n'eut le temps d'être perturbé qu'il déposait déjà sa veste sur tes épaules. Malgré que tu sois si froid et distant, il pensait encore à ton bien. ça te désole vraiment de te montrer ainsi alors qu'il fait un effort surhumain. Pourtant, même comme ça, tu baissais les yeux en te mordant la lèvre. Tu étais peut-être plus grand mais pas plus au gros, bien au contraire. Tu pouvais facilement entré dans sa veste, bien que comparé à lui, elle ne t'arrive pas au même niveau. Qu'importe, elle te tient suffisamment chaud pour ne pas mourir dans ce fabuleux parc. D'un coup, il était face à toi, ton regard croisant le siens. étrange, très étrange. Et si ses joues étaient rouge, alors les tiennes étaient pire. Mais sur le moment, tu avais eu envie de tendre ta main pour caresser sa peau, savoir si c'était vraiment chaud comme il le décrive dans les films ou les bouquins. Mais non, tu ne faisais que le regarder, l'air étonné. Il te sourit, et tu es surpris. Idiot, va. En attendant, tu n'avais pas fuit, certes, tu ne servais pas à grand chose en restant figé, mais tu étais toujours là. L'idée de prendre tes jambes à ton cou ne t'avait effleuré l'esprit le moins du monde. Au fond, tu savais que tu tenais quand même à lui, qu'importe ce qu'il te dit. Mais pour l'instant, tu n'avais de réponse à sa demande. Imaginer était bien, le vivre était autre chose. Même si ton coeur s'emballe avec lui, ce n'est pas une raison pour te précipité. Il doit juste te laisser du temps et toi, tu dois lui faire comprendre. Pour l'instant, tu ne veux pas trop y penser, tu veux juste continuer cette journée pour qu'elle se termine bien. Tu auras suffisamment de jours et d'heures pour revenir sur le sujet.

Sur ce, il reprenait ta main pour te tirer loin de cette maison. Ce n'était pas plus mal. Tes pas suivaient les siens, inconsciemment. Le froid perdurait entre vous, créant la gêne. Tu te sentais bête d'être aussi inutile et peu communicatif. C'est comme si ton cerveau avait décidé de faire grève, te laissant te débrouiller seul. Mauvaise idée, tu risques de faire une bêtise. Pourtant, en arrivant devant ce stand de peluche, ton regard fut tout autre. Tu adorais ça. C'était mignon, adorable, si doux. Tes yeux pétillaient de bonheur devant autant de peluches. Doucement, tes lèvres s'étirent en un petit sourire. Sur le coup, tes idées avaient légèrement changés. à l'entendre, tu avais l'impression qu'il aimait bien ce genre de jeu.. Mais... Il n'aimait pas les trucs comme ça, si ? Faut dire, tu n'arrives même plus à le cerner avec tout ça. « Vraiment ? » lâchais-tu en posant rapidement ton regard sur lui. Il venait de toucher un point sensible. Il sourit à nouveau, décrochant le mal être en toi. Mais pas le temps de tirer la tronche qu'il te traînait vers les pinces. Nounours ? Marron ? Blanc ? Tu regardais les peluches, les trouvant vraiment jolie. à te voir, tu avais tout d'un gamin émerveillé. Et grâce à ça, tu pouvais passer à autre chose. « Le marron, le marron! Mais... Tu sais jouer à ça ? Je croyais que tu n'aimais pas les peluches... C'est... Mignon et doux. Pas du tout ton genre... » calme-toi, nakht. Réalisant que tu pouvais reparler quasiment avec normalité, tu reportais ton attention sur les peluches, les pointant du doigts. « Ne ~ Jordy-hyung ~ Ce sont des peluches par couple, tu sais ? Si tu réussis à m'attraper la marron, tu devras avoir la blanche. Tu le sais, ça ? » Fallait pas te laisser abattre. Aujourd'hui, ce doit être sa plus belle journée, pas la plus mauvaise. Alors tu rangeais sa déclaration dans un coin de ta tête, te disant simplement que tu y réfléchirais plus tard, au calme. Pour le moment, tu veux t'amuser, rigoler un peu mais surtout, faire le vide. Alors tu poussais légèrement le jeune homme, lui faisant comprendre de jouer. Il devait, non, il avait l'ordre de gagner les deux peluches... et de garder la blanche pour lui.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Ahn Jordan
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : jung dae hyun. ♥
∆ messages postés : 129
∆ ici depuis le : 24/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : vingt-et-un ans.
∆ NATIONALITÉ : argentin, si, si. mais dis-moi, petit bambino des plaines... tu connais... chorizo ?
∆ POUVOIR : invisibilité, tu sais le truc de débile qui sert à rien et qui te rend inexistant aux yeux des autres - ou qui peut faire tourner en bourrique des gens, quoi.
∆ JOB : serveur de restaurant. un putain de restaurant mexicain, mec ! mais au moins, ils pigent l'espagnol ... ces foutu jalapeño...
∆ CÔTÉ COEUR : hein ? non, mais. pourquoi vous regardez nakht d'abord. celui qui l'approche, je le bousille, non d'un pépito.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
Spoiler:
 
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Jeu 25 Oct - 16:23


Je poussais alors un long soupire, je me disais que c’était de ma faute. Comme toujours, je culpabilisais toujours de tout, quoi que je fasse et quoi qu’il advenait. J’avais été en état de choc durant de longues minutes et je prenais naturellement mon temps pour récupérer. Et autant le dire tout de suite : le sentir contre moi m’apportait un sentiment de sécurité que je ne saurais expliquer. Le fait qu’il restait muet désormais. Ouais, ça me perturbais réellement, je ne savais pas foncièrement comment le prendre. Devrais-je être blessé par son silence ou plutôt être compréhensif et lui laisser le temps ? Peut-être encore qu’il ne me prenait pas au sérieux. J’y avais encore une fois été un peu fort avec lui, j’avais été profondément égoïste, quoi qu’on puisse en penser. Et si j’étais soulager ? Intérieurement, oui. J’essayais de ne pas le laisser paraître, mais de toute façon, ce n’était pas comme si Nakht ne pouvait pas aisément lire en moi comme dans un livre ouvert. J’étais incapable de lui mentir, d’être hypocrite et ce… Même si il vaudrait parfois mieux pour moi de fermer ma bouche, de me taire et de continuer à vivre comme je le faisais au départ. Je me sentais désolé, de lui faire subir ça, mais surtout de lui rendre la vie et surtout cette journée en particulier, si dure et si pénible. On me l’avait souvent dit que j’étais un fardeau, une sale petite merde : je confirmais juste ça une fois de plus.

Le contournant doucement, je lâchais momentanément sa main avec le plus grand regret. Je quittais sa main si chaude, si protectrice pour me retrouver devant son visage choqué, perplexe. Je n’aurais jamais imaginé qu’il le prendrait ainsi. Il semblait plus gêné qu’autre chose, et moi, pour ne pas arranger les choses, je prenais cet air naïf et complètement abruti. Ce sourire habituel que je laissais trainer sur mon visage pour essayer de changer la situation. Ca n’avait jamais marché avec qui que ce soit, mais pourquoi ne pas espérer que le sourire du beau blondinet refasse surface sur son petit visage…Il fallait que j’arrête de lui causer du tord, quitte à m’en faire à moi-même. Je n’aimais pas cet endroit, tant pis. Je n’aimais pas les enfants, tant pis. Je n’aimais pas les choses mignonnes, tant pis. Tant pis pour tout. Je passerais par tout les manèges qu’il désirera s’il me permet de le voir heureux au moins une fois. J’étais capable de le rendre heureux, c’était tout ce que je pouvais souhaiter au monde, de toute façon. Il pouvait même oublier ce que je lui avais dit, il pouvait tout ignorer, peut-importe au combien ça me ferais mal : je voulais qu’il soit heureux. Je tirais alors sa main et finalement, il finit enfin par répondre : « Vraiment ? » Il se moquait de moi ? Je tirais alors une moue. Ouais, vraiment.

Je savais à quel point il aimait les peluches, alors ce stand était au bon endroit au bon moment ! J’haussais un sourcil, le regardant en prenant un peu de distance. Il était à nouveau comme avant, ça me faisait tellement plaisir que je ne put retenir mon véritable sourire, bien différent de mes précédents, un peu trop forcé si vous voulez mon avis personnel. « Tu sais très bien que j’ai pas toujours eut de quoi manger tous les jours. » Je n’avais pas dis ça pour lui reprocher quoi que ce soit, au contraire. Je justifiais et répondais juste à sa question, un peu stupide certes, il m’arrachait une petite moue beaucoup trop adorable avant que je tendais une main maladroite vers sa mèche turquoise, histoire de lui ébouriffer un peu les cheveux à ce gamin. Un signe d’affection qu’il pourrait aisément prendre mal, avec que je lui avais dit précédemment… Cependant, je classais cette partie de ma journée dans un trou noir au fin fond de mon crâne. Il fallait avancer, persévérer et passer à autre chose. On se relève toujours de ses échec et de ses erreurs, non ? Ouais, c’est ça Jordan, parle toujours. Je regardais brièvement les peluches présentes… Étrangement, j’étais sûr à l’avance qu’il allait choisir les oursons car… Ils étaient simplement les plus mignons de tout l’étalage. J’aurais pu espéré qu’il choisisse quelque chose de moins… Adorable. Surtout que le panneau clignotant au dessus des machines me surprit cependant, c’était indiqué clairement que c’était réservé aux couples.

Je le regardais alors qu’il avait sans doute presque oublié ma présence et que ses yeux brillaient en regardant les peluches. S’il pouvait me regarder comme il regarde ces objets hideux… « Le marron, le marron! Mais... Tu sais jouer à ça ? Je croyais que tu n'aimais pas les peluches... C'est... Mignon et doux. Pas du tout ton genre... » Aigoo, ce sale gosse ! Il se moquait encore de moi. Je tirais une nouvelle fois cette tronche dépitée, posant ma main libre sur ma hanche, remarquant alors à ce moment que ma main était toujours présente au creux de la sienne… Et qu’il me la tenait, en retour. Je sentais alors mon cœur s’emballer à nouveau, c’était un peu beaucoup d’un coup…Son sourire, sa main tenant la mienne, les peluches de couple, le lieu… Bref ! Ca allait ressembler à un rendez-vous, quoi. J’étais gêné et un peu plus mal à l’aise, prit au piège. « Je ne sais pas jouer à ça, non. Alors tu vas me montrer. Mais je pari que je peux mieux faire que toi, tiens. » C’était amusant de jouer comme ça avec lui, autant se prêter au rôle qu’il voulait bien m’accorder, peut-importe lequel c’était. J’étais prêt à tout accepter venant de lui. Il savait maintenant, je n’avais pas à le précipiter. Je lui laisserais le temps, tout le temps qu’il voudrait : même si cela devait se compter en mois ou en année…Ou même s’il me refusait. Je ne voulais juste pas qu’il parte, qu’il me laisse seul. S’il voulait que je sois juste son hyung… Alors je le serais.

Il souhaitait avoir tiré un trait pour le moment, même si il semblait toujours très affecté par mes paroles. J’essayais de faire croire que je ne voyais rien, même si le plus jeune devais bien savoir que je savais quasiment tout lire dans son comportement. Rien ne m’échappait jamais : sa tristesse, sa colère, sa gêne, sa honte, son bonheur… Bref : tout. « Ne ~ Jordy-hyung ~ Ce sont des peluches par couple, tu sais ? Si tu réussis à m'attraper la marron, tu devras avoir la blanche. Tu le sais, ça ? » Non, sans blagues ? Je sentais mes joues se teinter un peu. J’avais l’amère impression qu’il n’attendais que ça, me rendre complètement mal à l’aise. C’était amusant, je ne le laisserais pas gagner. Et puis son histoire de défis, tout ça pour ne pas avouer qu’en fait il voulait juste que j’ai la même pour penser à lui, hein. Il me prenait pour quel con né de la dernière pluie là ? J’affichais un air de conquérant, comme si rien ne pourrait jamais m’arrêter : je relevais le défi, non de Dieu ! « Ah ah ! Tu te crois plus fort que moi ? C’est moi ton hyung, je te rappelle. Tu vas voir ! Montres-moi comment on joue, et je te pari ce que tu veux que j’ai la peluche blanche en moins de dix parties ! » Bon c’est sûr que pour la crédibilité, c’était perdu d’avance. Je n’avais jamais joué à ce jeu, il pouvait aisément me battre et dans le fond, c’était un peu ce que je recherchais. Il serait heureux de me battre, comme toujours. Je ne lui arrivais pas à la cheville, et je le savais. Je préférais m’enfoncer tout seul et faire comme d’habitude. Si ça l’amusais, alors autant le laisser gagner facilement, non ? Je le laissais jouer en premier, lui donnant la monnaie pour qu’il joue. Je me reculais, bien plus captivé par son visage concentré et amusé que par les pinces et les peluches. Je riais avec lui, plus parce qu’il était heureux et que la journée se passait enfin comme elle devait se dérouler. Décidément… Il en fallait de peu pour nous satisfaire, non ? Surtout moi. Je sentais toujours les battements de mon cœur et au final, je m’y habituais. C’était agréable.

« T’as râté ! Roh, t’es nul, hein ! Non, en fait, c’est ce jeu qui est nul, c’est pas du jeu ! Tu l’avais gagnée d’abord. » La peluche allait tomber dans le distributeur… Et au dernier moment, elle s’était glissée de la pince, elle suspendait dans le vide. Je n’avais pas compté le nombre de partie, j’en avais déjà oublié le jeu. De toute façon, ce n’était pas important. Je riais, pas pour moquer, sautillant pour essayer de la faire tomber. En fait, je réalisais que ce n’était pas ce parc, ni les choses mignonnes que je détestait tellement… C’était d’avoir toujours été tout seul, à envier les autres de loin, qui me répugnait. Je m’en étais pris à toute ses choses, terriblement amusante et aujourd’hui, je n’échangerais ma place avec personne au monde. C’était clair : il n’y avait que Nakht qui m’avait permit de vivre des choses si exceptionnelles… Je riais, naïvement. J’avais réussit à faire tomber sa peluche dans le distributeur avec ma technique du " je sautille sur place et je triche en secouant les machines parce que je suis un argentin et que j’ai pas d’éducation " … Haha. C’est drôle comme nom, non ? Je me penchais et j’attrapais la peluche qui était alors tombée, la regardant. « Oh, l’arnaque. Son nez est décousu… » Je relevais le regard vers lui, ne lui laissant pas le temps de répondre. « Je sais coudre, je te le réparerais, ne ? » Je lui adressais un sourire et lui tendais la peluche, avant de lui faire une blague et de la reprendre pour le surprendre. C’était le genre de blague pas amusante qui agaçait bien les gens, vous savez ? Je riais naturellement avant de tenter de ne pas lui donner en la serrant contre moi. Qu’il essaye de l’attraper, tiens !



if today was your last day and tomorrow was too late could you say goodbye to yesterday ? would you live each moment like your last ? leave old pictures in the past donate every dime you have ?



Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   Dim 28 Oct - 15:30


C'était compliqué. Ta journée était devenu compliqué. Ayant poireauté des heures à l'attendre comme un gosse attend ses parents, tu n'avais rien trouver de mieux que lui reprocher cela. Après ça, tu voulais qu'il est le sourire, quitte à le traîner dans le parc entièrement. C'était devenu ta mission, ton objectif pour que tout soit parfait. Puis il y a eu la ghost house. Cette maison hantée que tu connais si bien, que tu adores. Cette fois-ci, elle fut encore plus effrayant que les dernières fois. Non pas à cause des choses à l'intérieur, ni même du comportement de Jordan -qui est, faut avouer, étrange- mais le fait qu'il est dit ça. Rare son les personnes qui ont voulu te le dire, avec sérieux et sincérité. Qu'il te le dise là, comme ça, par surprise... C'était bien trop pour toi. Tu ne savais comment lui répondre, comment l'encaisser et au final, tu te dis que ta façon d'agir le blesse. Comment faire ? Si tu restes dans le silence, forcément, c'est mauvais. Mais si tu l'ignores ou tente de changer de sujet, c'est mauvais aussi. Quant à lui répondre à la positif, c'est pour le moment impossible. Certes, tu l'aimes bien, tu l'adores même mais.. Tu doutes. Tu n'es pas certains de tout ça. Et lui donner une réponse fausse pourrait te causer autant de tord à toi, qu'à lui. Tant qu'à faire, autant qu'il soit vexé que déçu. Tu préfères le faire mijoter un peu le temps de te poser au calme, plutôt que le perdre en te précipitant. Seulement, peut-il le comprendre ? Tu t'égares, nakht. Tu vas réussir à ruiner cette journée simplement avec le fond de ta pensée. Ce n'est pas vraiment le moment pour songer à ça, bien que l'endroit soit mignon et romantique. Loin de cette maison, évidemment.

Qu'importe. Le froid semblait doucement prendre une autre tournure, se réchauffant lentement mais sûrement. Vous aviez abandonné la ghost house pour une attraction plus simple et moins dangereuse. Des peluches. Une chose que tu affectionnes particulièrement, même si tu en as peu chez toi. Certes, tu aimes ce qui est mignon mais ce n'est pas pour autant que ta chambre est rose bonbon, envahit de poupée et nounours. Non, loin de là. Ta chambre, il n'y a rien dedans, juste des meubles. Tu n'as jamais accroché à la déco, ni même à exposer tes passions. Bref. Pour le moment, tu étais dans un parc à savoir si oui ou non, tu pouvais passer au-dessus des évènements. Jusqu'à maintenant, tu t'en sors pas mal. Même Jordan a fini par sourire, retrouvant un peu le Nat' qu'il connaît. Il sait comment alléger ton coeur et c'est vraiment un miracle. « Oh. C'est vrai.... » Cette impression d'être entré en terrain miné était désagréable mais Jordy ne semblait pas offusqué. Au contraire, il tendit sa main vers tes cheveux pour les ébouriffer. En temps normal, tu aurais râlé contre lui mais là. Ton coeur fit des siennes, s'agitant brusquement. Boom boom. Il s'amusait aisément à te torturer, t'amenant à te figer sur place. Jordan ne se rend pas compte que chacun de ses gestes peut avoir un impact différent sur toi, surtout maintenant. Mais fallait que tu fasses avec, essayant comme tu pouvais de paraître normal. Ce ne fut pas dure en voyant les nombreuses peluches de la machine. Surtout les oursons. En fait. C'était pour les couples mais monsieur était tellement dans son monde, qu'il n'avait sûrement pas du voir. Au fond, tu t'en fou. Couple ou pas, les peluches te font rêver.

Au moins, tu ne pensais plus à 'si je lui dis oui' ou 'si je lui dis non'. Tout ça était passé au second plan quand tes yeux croisèrent les nounours blanc et marron. à te voir, tu n'étais qu'un gamin dans un parc d'attraction. Jordan aimait vraiment une personne comme toi ? Tu as un sale caractère et en plus, tu lui reproches souvent des choses. Est-il maso pour aimer ça ? Tu ne comprends pas vraiment. Mais soit, ce n'est pas le moment de revenir là-dessus. Comme un dingue, tu désignais l'oursons marron. C'est celui-là que tu veux, pas un autre. Quant au blanc. Haha, c'est simple. Des peluches de couple, ça va pour des couples. Alors le blanc lui revient de droit, même si vous n'êtes pas ensemble. Mais un truc te turlupine, le fait qu'il se montre si doux face à des choses ... comment dire ... qui ne lui colle pas à la peau. ça te semble étrange, quasi impossible. à moins qu'il est changé entre temps et qu'il aime bien ? Tu en doute, comme tu as oublié que ta main était dans la siennes. Ce geste était devenu une habitude, tu le faisais si souvent auparavant sans jamais te prendre la tête. Pourquoi le faire maintenant ? Tu ne t'imagines pas le repousser d'un coup. En fait, tu n'imagines rien du tout entre vous deux, et c'est ça le plus dure. Jordan jouait la carte de la provocation, ce que tu aimais le plus. C'était une sorte de défi, un 'je suis plus fort que toi' que tu voudrais bien démontrer. « Tu joues avec le feu ~ Tu ne pourras jamais être plus fort que moi. » Et tu ricanes, lui lançant un regard lourd de sens. Un novice, il n'est qu'un bleu pour toi. Après tout, il croit que tu t'occupes comment pendant tes pauses ? Que ce soit une attraction ou un truc dans le genre, ça revient au même. Tu t'amuses plus que tu ne te reposes.

La vengeance est un plat qui se manger froid. Tu voulais qu'il réalise ô combien il pouvait être idiot et qu'il devait aussi assumer ses paroles. C'est d'ailleurs pour cela que tu lui fis remarquer que la peluche blanche lui appartenait. Toi, chiant ? Pas qu'un peu. Jusqu'à maintenant, il avait fait en sorte de te mettre mal à l'aise, de t'égarer. à présent, on change les rôle. à toi de le gêner dans son comportement, de le toucher au coeur mais surtout, de lui faire comprendre ce que tu pouvais ressentir. Et puis, ainsi, vous auriez les même. Bah quoi ? Même si son aveux t'a troublé comme de l'eau, tu peux bien vouloir une chose aussi stupide ? C'est mignon, et il n'aime pas ça. Lui montrer comment on joue ? Il semblait si fière et sûr de lui, comment briser cela ? ça te redonnait vraiment le sourire, jusqu'aux oreilles même. Adorable, si adorable. Jordan ne s'en rend pas compte mais il peut être aussi enfantin que toi par moment. Mais ça, tu ne veux pas qu'il le perde. « Tu vas perdre, j'en suis sûr! Tu n'as jamais joué de ta vie et tu crois battre un habitué ? Fais-moi rire hahaha! » répliquais-tu pour le taquiner. Que tu gagnes ou que tu perdes, cela ne changera pas grand chose à la situation. Mais qu'il te donne de la monnaie te semblait bizarre. Avait-il oublié que tu n'étais pas pauvre, toi ? Ton père te filait de l'argent chaque semaine, en plus de ta paye. Mais si ça lui fait plaisir de payer, ne va pas le contrarié. La pièce inséré dans la machine, tu pris les manettes en main et fixa les peluches. La langue bloqué entre tes lèvres, on en voyait seulement le bout, te donnant un air encore plus sérieux. Tu t'amusais, tu n'avais pas besoin de te forcer pour y arriver. C'était instinctive, riant quand tu étais heureux ou faisant la moue quand ça n'allait pas. Plus le temps passait, plus tu te démêlais les pinceaux.

Malgré le temps que tu as passé sur ces machines, la peluche ne voulait pas sortir. Les pinces s'ouvrirent au dernier moment, lâchant l'objet si proche du trou. Tu rageais, voulant donner un gros coup de pied dedans. Mais le rire et les sautillements de Jordan te calmait aussi tôt, te permettant de ne pas t'exploser le pied. Raté ? Nul ? Il pouvait bien parler, tu voudrais bien voir comment il joue lui! « Ce n'est qu'une machine... Essaye de faire mieux pour voir! » S'il se croit si malin à fanfaronner, qu'il tente sa chance. Au final, Nakht, tu parles souvent pour rien dire. Comment il a fait ? Tu l'ignores. Mais l'ourson marron avait fini par tomber dans le distributeur, laissant place à un Jordy surexcité et invivable. Tenant la peluche en mains, sous tes yeux, le jeune homme remarquait de suite un défaut. à force que les gens s'acharne dessus, les pinces ont du en abîmer quelques unes. Mais c'était réparable, sûrement. Sans compter qu'il se proposait pour le recoudre. De nouveau, le coin de tes lèvres s'élargit. « Si tu sais le faire, alors je te le laisse. » Tu voulais que ce nounours soit en un seul morceau, et non avec un nez en moins. Mais tant que ça venait de lui, tu t'en fou. Ce dernier la tendit vers toi et comme un con, tu fis en sorte de la prendre.... Avant qu'il la retire subitement. Quoi ? Il jouait à ça ? C'était frustrant de te faire espérer comme ça pour la serrer contre toi. Il croit franchement que tu vas te désister pour si peu.

« Tu n'es qu'un gosse, Ahn Levy Jordan. Donne moi ça! » C'était limite une scène entre deux gamins, genre, "c'est la mienne!". Jordan qui ne lâchant plus la peluche et toi qui faisais en sorte de la récupérer. Lui tournant autour, cherchant une ouverture puis tu fis le plus simple, lui sauter dessus. Mais au premier contact avec lui, un électrochoc te forçait à reculer. Une crainte sourde qui t'avait stoppé. « C'est pas marrant .... Et puis, il te faut la blanche. » Une moue déforma ton visage, montrant que tu boudais. En vérité, tu n'avais aucune envie de te coller à lui juste pour reprendre la peluche. Tu avais surtout peur de déraper ou va savoir quoi. Du coup, tu faisais le gamin, en trouvant une excuse. Fouillant dans tes poches, tu sortis ton porte monnaie pour lui montrer que tu avais ... des billets... Mince. Où pouvais-tu faire la monnaie ? Que tu es bête. « Attend-moi là! Je reviens ~ » Et sur ces mots, tu le laissais en plan pour aller demander de l'argent à la femme qui s'occupait du manège le plus proche. Elle te connaissait bien, donc elle le fit sans se plaindre et en te pinçant la joue. décidément.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Welcome in wonderland ♥   




Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome in wonderland ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before The Dawn; :: boys & girls, get your crayon ! :: ⸗ welcome to seoul. :: autres ...-