▬ why she's so serious ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

NEWS : UN NOUVEAU DESIGN AVEC LA SUBLIME KIM HYUN AH & UN ÉVÈNEMENT QUI VIENT TOUT JUSTE D'OUVRIR SES PORTES ! SOYEZ NOMBREUX !

Partagez | 
 

 ▬ why she's so serious ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: ▬ why she's so serious ?   Lun 8 Oct - 23:38





did she lose her mind ?
i hold back tears, move in the right direction, face my fears.

Comme d'habitude, ce foutu métro venait de s'arrêter en cours de route. C'était parti pour une ou deux heures de retard. C'était comme ça tout le temps, pour ne pas dire tous les jours. Et toi, pauvre Hyun Soo, tu soupirais longuement, ton baladeur MP3 sur les oreilles et un capuchon sur la tête pour te faire le plus discret possible. Oh, oui. Toi qui n'aimais pas les bains de foule, tu allais malgré toi être servi pour aujourd'hui ! Ce n'était pourtant pas une heure de pointe... Profitant d'un instant, tu décidais alors de changer de wagon, te faufilant à travers les gens comme un petit chat. Tu gardais cependant la tête basse, te frotter ainsi et sentir toutes ses odeurs te donnaient faim. Terriblement faim, tu sentais déjà tes pupilles rougeâtres montrer leurs horrible - à ton goût - couleur rouge et tes canines sortir lentement de tes gencives.

Le rosaire avait beau être puissant, avec autant d'humains dans les parages, c'était peine perdue et le pauvre petit bijou ne pouvait pas tout contenir longtemps. Heureusement, tu arrivais alors dans le wagon d'à côté, il semblait moins chargé de monde - même si ce n'était pas tout à fait vrai, ça te suffisait. Tu tendit le bras et t'accrochais au barreau au dessus de ton crâne, fermant les yeux un petit instant pour te concentrer, par ailleurs, tu avais coupé ton baladeur MP3, la foule plus la musique avait le don de te donner un mal de crâne intense. Une fois tes pulsions vampiriques calmées, tu releva la tête et regardait autour de toi, vaguement, tu remarquais que tu étais juste à côté d'une certaine personne que tu connaissais bien. Tu étais alors un petit moment troublé, elle n'avait rien vu, non ? Peut-importe, tu n'allais pas rester planté là à la regarder droit dans les yeux comme une quiche, non ? Tu déglutissais.

« Oh. Euh... S-Salut. » prononçais-tu d'une voix un peu enrouée, levant l'index et le majeur en signe de "peace" vers sa direction. Oh, et pour la voix ? La faute d'avoir pas mal hurlé sur un mec à l'école. Ce qu'il pouvait t'agacer celui là ! Déjà il approchait ta petite Hyun Rin, mais en plus il avait le don pour te faire chier : ça allait jusqu'à te prendre ta voix. Tu te raclais alors la gorge. C'était clair que tu n'étais pas le plus timide au monde, mais il y avait une sorte de malaise étrange. Et puis bon, si elle ne te répondait pas, qu'elle aille se faire voir la jolie blonde, tu remettrais tes écouteurs et l'ignorerais le temps qu'il faudrait non ?


Spoiler:
 




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Mar 9 Oct - 10:43



Les transports en commun. C'était une galère sans nom. Je ne savais pas ce qui se passait en ce moment, mais le métro faisait des siennes. Bref, nous nous sommes retrouvés bloqués, encore. Ce n'est pas comme si j'avais quelque chose d'important à faire, non, mais c'était vraiment énervant. J'étais debout, je me tenais à la barre latérale au milieu du wagon, en face des portes. On était encore pris dans un tunnel, il faisait tout noir autour. Super ! Je ne faisais pas grand chose, si ce n'est tapoté sur mon écran de téléphone pour regarder l'heure … Toutes les trois secondes. Comme si ça allait changer quelque chose. Bien sûr, ma fille, on y croit !

Je soupirai bruyamment, apportant les regards sur moi. Quoi ? On a plus le droit de montrer son mécontentement ? J'entendais une vieille femme au bout du wagon qui se plaignait bien plus que moi, comme un mouton enragé. Mais comme elle était âgée, personne ne lui disait rien, à elle. Enfin bref, j'en avais marre et décidai d'aller m'asseoir à l'une des places libres, mine de rien, j'avais mal aux pieds aussi.

C'est alors que je m'étirai doucement que mes yeux se posèrent sur l'individu qui venait de pénétrer dans mon wagon -oui, maintenant, il est à moi !-. Même sous ses vêtements qui lui cachait une grande partie du visage, je le reconnaissais entre mille. Il avait des traits que l'on oubliait pas, surtout après avoir autant pris le métro en sa compagnie. Cependant, aujourd'hui, quelque chose n'allait pas … Il avait une expression étrange, tirée.

Sans m'en rendre compte, je le fixais, droit dans les yeux. Je l'ai seulement remarqué quand son regard a croisé le mien. Il y avait un malaise. Non, sans rire … Et quand il ouvrit finalement la bouche, je sortis de mes pensées. « Oh. Euh … S-Salut. » a-t-il dit, la voix enrouée. Je détournais le regard, gênée et mal à l'aise. Je n'osais soudainement plus soutenir son regard. Attendait-il une réponse, seulement ? Il se racla la gorge, ce qui me fit me décider. « Bonjour, Hyun Soo ... » lui soufflais-je doucement, comme de peur qu'il m'entende. « Tu … Tu es malade ? » Mes doigts faisaient glisser les applications sur mon écran, comme pour me rassurer, ou relever la tension que je ressentais. Dans le fond, j'étais inquiète qu'il ait pu lui arriver quelque chose. Pffouh … Il fallait que je me calme. Sinon, quelle catastrophe allais-je bien pouvoir provoquer ?

Spoiler:
 



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Mar 9 Oct - 18:33


Tu avais fini dans cet autre wagon, tout ça parce que les services d'entretiens du métro n'étaient pas foutus de bien faire leurs boulot. Il y avait quand même rien de bien complexe non ? C'était franchement chiant, surtout que ce n'était pas la première fois que ça arrivait. « Bonjour, Hyun Soo ... » soufflait-elle. Tu eu un étrange frisson, comme si tu avais ressenti un souffle soudainement froid autour de toi. L'atmosphère avait beau être tendue, ce n'était pas la raison de ce froid brutal qui te "glaçait" le sang - encore si c'était possible - dès que tu étais en présence de la jolie blonde. Tu tentais de ne pas en tenir compte puis tu soupirais à tout tour, la jeune demoiselle à côté de toi semblait avoir tout découvert, ou du moins, elle se doutait de quelque chose. « Tu … Tu es malade ? » dit-elle alors. Elle venait en cet instant de confirmer tes doutes, cependant, elle n'avait rien dit de louche, tu gardais alors une attitude calme, même si ton esprit était particulièrement chamboulé.

Tu posais discrètement ta main sur tes lèvres, les pressant un peu pour vérifier que tes attributs de vampires n'étaient plus présents, à ton grand soulagement. Tu finis par lui sourire un peu, histoire de changer le sujet et surtout de détendre l'atmosphère. « Cette ligne de métro me bouffe particulièrement les nerfs. » lâchais-tu. Tu tentais alors de te retourner, seulement à ce moment là, un foutu gamin insolent vint volontairement te pousser en hurlant, il chahutait avec un de ses amis du même âge. Il ne s'excusa d'ailleurs pas, il avait disparu à l'autre bout du wagon avant que tu ne puisse voir son visage... « Je ne suis pas malade, ne t'en fait p- ... » glissais-tu juste à temps avant d'être donc interrompu par la bousculade soudaine. De toute façon, on va dire que tu t'étais retrouvé dans ce beau draps, tu n'avais pas le temps de t'occuper de lui...

Les yeux rivés dans les siens, les mains posées sur le dossiers du métro, les lèvres entrouvertes et l'effet de surprise t'avait complètement figé. Tu te retrouvais à quelques centimètres. Tu ne respirais pas, alors la première chose que tu sentis fut ce souffle glacial contre sa peau. De gêne, tu te relevais alors brusquement, détournant le regard en te pinçant les lèvres. « D-Désolé. » dis-tu. Même si ce moment n'avait duré qu'une fraction de secondes, tu avais l'amère impression que cela avait duré un temps fou. Et ce souffle... C'était assez étrange, même si tu savais déjà pour ce détail chez la jeune blonde, ça t'intriguais à un point surprenant. « Aish, ces foutus gamins, ils n'ont jamais appris la politesse ? Aigoo. » jurais-tu. Tu eu droit à quelques regars néfastes, mais peut-importe. En dernier geste de gêne, tu te grattais alors la tête, cherchant un sujet pour la divertir et passer à autre chose.

« Tu rentres chez toi ? » C'était une question idiote, non ? Tu connais pourtant déjà très bien la réponse, idiot.

Spoiler:
 




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Mar 9 Oct - 21:46


Soudainement, je pouvais sentir que je commençais à devenir froide, autant dans mes paroles que physiquement. Il ne faisait pourtant pas froid, mais je pouvais voir un léger nuage de dioxyde de carbone sortir de ma bouche. Ça m'arrivait souvent depuis le fameux orage qui avait eu lieu à Séoul, trop souvent à mon goût. Depuis cet orage, la glace était devenue comme qui dirait ma meilleure amie, une partie de moi que je ne pouvais pas éviter, ni faire disparaître. Je ne savais pas si ça m'arrangeait ou non, mais une chose qui ne m'arrangeait pas du tout était que je n'avais pas encore un total contrôle là-dessus. Savez-vous seulement ce que ça fait de se retrouver à faire un joli bloc gelé autour du bras d'un ami sans le vouloir ? Moi, je le sais. C'était de ma faute.

« Cette ligne de métro me bouffe particulièrement les nerfs. »

J'avais simplement acquiescer de la tête. Et moi donc, avais-je envie de lui dire, mais je pense que, finalement, il le savait déjà. Plus moyen d'arriver à l'heure quelque part dans cette ville. Franchement, quand je rentrais chez moi, en pleine nuit, ça me glaçait le sang -sans mauvais jeu de mots, hahaha-.

Alors que j'étais toujours dans mes pensées, un enfant percuta Hyun Soo. Le respect, de nos jours, ce n'est plus du tout ce que c'était. Mais … Euh … Hyun Soo, qu'est-ce que tu fiches aussi proche de moi ? Si ses yeux pouvaient tuer, je serais morte à l'heure qu'il est tellement son regard dans le mien était intense. J'étais paralysée, mon téléphone m'en glissa des mains pour atterrir entre mes jambes. Je n'eus pas plus le temps de réagir qu'il se releva, s'excusant. Etait-il embarrassé ? Etait-ce possible venant de lui ? Je n'avais toujours pas bougé. Je fixais la première chose qui me tombait sous les yeux ; une personne mangeant un fruit. Je fixais ce fruit, trop longtemps. J'avais encore dû faire quelque chose de mal, à la tête de son propriétaire.

« Ce ... Ce n'est rien. » répondis-je finalement à mon interlocuteur. Mes mains avaient trouvé le rebord de ma jupe et la froissaient désormais, un réflexe, encore. J'étais absente, mes réponses semblaient tellement … Automatisées. « Je ne sais pas comment leur parents s'y prennent pour les éduquer ... » J’esquissais un sourire, le premier depuis qu'il avait pénétré dans ce wagon. Cependant, il n'enlevait pas ce sentiment étrange en moi. Je n'étais pas tombée de la dernière pluie. Il fallait être aveugle, en pleine nuit, derrière un mur, à l'autre bout du monde, pour ne pas voir qu'il y avait quelque chose de bizarre chez Hyun Soo. S'il devait y avoir une définition rapide pour « bizarre », son nom devrait apparaître dans le dictionnaire. J'avais entendu des tas de choses, pas mal de bruits courraient les rues. Mais le pire, c'est quand nous-mêmes fréquentons les personnes responsables de ces bruits. Ils n'étaient pas comme nous, foudroyés, non. Ils étaient plus que nous. Et je commençais à me demander si ... Non. Si. Non. Peut-être. Je secouais la tête vivement.

« Ne sois pas si stupide. » me chuchotais-je pour me persuader.

« Tu rentres chez toi ? » Non, je vais à la pêche aux castors en Polynésie … Où voulait-il donc que j'aille ? Bien essayer la tentative de changer de sujet ! Mais il me connaissait plus que ça pour savoir que c'était comme accepter de déplacer un mammouth en plein milieu d'un carrefour. Les mammouths n'existent plus, je sais. C'est justement pour ça qu'on en vient à cette conclusion : c'est aussi impossible de changer la trajectoire de mes pensées, que de déplacer ce mammouth.

« Mh … Je rentre du travail. » si on pouvait appeler ça un vrai travail. Je n'étais là que pour aider, ce genre de choses. Je n'avais encore jamais été en mesure de diriger ne serait-ce qu'un seul des cours de la professeur de danse qui avait accepté de m'engager. Mais je ne désespérais pas cela dit. « Et toi ? » La politesse mesdames et messieurs, en exclusivité mondiale, rien que pour vous. Je posais délicatement ma main devant ma bouche en voyant un nouveau nuage froid se former. Pas besoin d'attirer l'attention des autres passagers sur moi quand celui qui était le plus important nous écoutait déjà. D'ailleurs, mes mains … Je tenais quelque chose dans mes mains … « Mon portable … », où étais-il passé ? L'objet en question tomba finalement par terre, à nos pieds. Catastrophe.

Spoiler:
 



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Mer 10 Oct - 2:10


Tu n'osais pas particulièrement la regarder, elle, pas son regard en lui même, mais plutôt cette lueur étrange, comme si vous étiez liés par quelque chose de tout aussi surnaturel que ta propre existence. Oui. Son corps et son souffle avait beau être extrêmement froids, tu avais particulièrement senti son odeur particulière - j'aime bien me répéter, ça fait genre je travaille vachement mes phrases et que j'fais du bon boulot quoi. Tu avais sans doute faim, mais elle sentait quelque chose d'agréable, une odeur de croissants ou de pain chaud. Tu te disais alors que son sang ne devait pas être sucré, au contraire, qu'il devait être particulièrement aromatisé, épicé, peut-être même salé. Au lieu de fixer son visage, tu avais particulièrement remarqué cette veine appréciable au niveau de son cou, elle avait d'ailleurs de très belles clavicules prononcées et un très beau départ de nuque. Tes pensées vampiriques te hantèrent alors une bonne moitié de minutes. « Ce... Ce n'est rien... » disait-elle, un peu sous le choc de l'évènement, elle aussi.

Intrigué, tu semblais cherchais son regard, mais elle était ailleurs, perdue quelque part où tu ne semblais pas pouvoir l'atteindre. Tu fronçais alors un peu les sourcils. « Je ne sais pas comment leur parents s'y prennent pour les éduquer ... » ajoutait-elle. Cela t'amusas un peu et te fis sourire. Tes oreilles perçurent d'ailleurs son léger murmure qu'elle eut quelques temps plus tard. Tu n'en tenais alors pas compte et posais la question la plus idiote au monde, dont elle finit par y répondre. Le malaise ne se dissipait pas, et cela commençait un peu à t'agacer, tu gardais tout de même ton calme. « Mh … Je rentre du travail. » disait-elle. Elle n'avait pas l'air convaincu. Elle ajoutait par politesse un petit « Et toi ? » assez réservé, qui n'eut d'abord pour réaction que de te faire sourire d'avantage. Elle voulait savoir et il n'y avait rien de mal, cependant, tu préférais éviter de t'acharner sur un sujet où elle pourrait poser vingt-mille questions qui t'agacerais parce que tu n'aimais simplement pas parler de ça à qui que ce soit. Tu ne voudrais pas entendre des phrases de condoléances, de toute façon. « Je vais voir un ami. » mentais-tu.

Tu pensais alors à ta bonne et chère mère que tu continuais à cacher au monde, tout simplement pour ne pas te fatiguer à expliquer des heures durant la même chose à un milliard de personne. On avait pas besoin de savoir que ta mère avait un cancer, c'était plus facile comme ça. Ton regard se vida de sa lueur un bref instant, perdu dans tes pensées, tu fixais avec lividité en direction de ses cuisses malgré toi. « Mon portable … » Sa voix te réveillais alors à nouveau, détournant le regard en voyant un peu mieux ce que tu fixais depuis tout à l'heure jusqu'à entendre un "clanc!" au sol. C'était le dit portable. Tu te baissais alors instinctivement, un geste plutôt digne d'un gentleman pour le ramasser. Tu n'imaginais pas un instant que ta main toucherais la sienne, tu tentais de ne pas trop y faire attention, relevant le regard vers elle pour lui donner le portable. « Fais-y attention. C'est pas donné, ces trucs de nos jours. » lâchais-tu.

Décidément, ce contact raviva d'autant plus tes sensations étranges, tu te sentais bien moins seul d'un seul coup. C'était agréable d'un sens, même si tu aurais préféré que ce ne soit pas le cas. La pauvre demoiselle devait être aussi malheureuse que toi... Après tout, être anormal et devoir toujours se cacher, ou porter, comme toi, un rosaire autour du coup pour pourvoir vivre et t'intégrer parmi ceux qui était il y a moins d'un an les tiens. Tu lui souris un peu. « Tu as quelque chose, là. » Tu tendais alors la main pour retirer une petite poussière sur sa mèche, touchant sa joue au passage de tes longs ongles. Tout ça commençait à tourner aux dramas à l'eau de rose, c'était au fond de toi particulièrement agaçant. Même si il y avait ce côté naturel et dominant qui te prouvais le contraire...




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Mer 10 Oct - 13:22


Un ami ... Pourquoi sa voix me semblait-elle si lourde, tout d'un coup ? D'habitude, j'aurais été du genre à insister pour en savoir d'avantage, mais avec lui, c'était différent. Je sentais que si j'en demandais trop, quelque chose s'envolerait, disparaîtrait. Bizarrement, je n'avais pas envie que cela se produise. Ce n'était pas parce que j'avais peur de perdre une amitié -les gens vont et viennent comme ça toute une vie-, mais plutôt ce lien spécial qui nous tenait l'un à l'autre. Aussi, je comprenais qu'il ne veuille pas tout me dire. Nous avons tous nos secret, après tout.

Moi aussi, j'ai les miens. Combien de personnes connaissent l'existence d'un frère ? Aucune. Combien savent que mes parents sont décédés dans un banal néanmoins tragique accident ? Aucune. D'ailleurs, je ne parlais jamais de ma famille. Il n'y avait rien à dire sur eux. Je ne pouvais même pas les porter dans mon cœur quand je ne pouvais mettre un visage sur leurs noms. Quand mes pensées allaient vers eux, j'étais comme anesthésiée, incapable de sentiments, si ce n'est celui d'abandon de la part de chacun d'entre eux ; quand ils sont partis aux Etats-Unis, quand grand-mère nous a envoyé à Séoul, quand Alex a disparu ... Je laissais simplement couler ce que venait de dire Hyun Soo, parfois, le silence est bien mieux.

Je crois que Hyun Soo est la personne qui m'a le plus observée dans ma vie toute entière, de la tête aux pieds. Moi, je ne savais pas très bien soutenir le regard des gens. Habituellement, ça me faisait rire. Lui, il me faisait peur, j'avais l'impression de devoir courir pour vite me cacher.

Lorsque mon portable est tombé au sol, nous nous sommes tous les deux penchés. Evidemment, le contact physique était inévitable et mes doigts rencontrèrent le dos de sa main, gelé. Il était tellement froid que j'en eus un frisson dans tout le corps. Il me rendit finalement mon téléphone que j'examinais rapidement avant de le ranger.

« Fais-y attention. C'est pas donné, ces trucs de nos jours. »

« Oui ! Si tu savais le temps que j'ai mis pour l'avoir ! » Ma remarque m'amusa toute seule. Qui s'en souciait ? Pas lui !

« Tu as quelque chose, là. » Je l'ai laissé faire et ses doigts glacés touchèrent mon visage. J'inspirai profondément alors que mon cœur menaçait d'exploser. Ce n'était pas ce que vous pensiez. C'était plutôt l'incompréhension. Cette fois-ci, ce fut mon tour de le fusiller du regard. Ce regard qui montre clairement qu'il y avait quelque chose de suspect. En l’occurrence, lui et sa peau encore plus froide que mon congélateur.

« Tu es sûr que tu vas bien ? » commençais-je en me levant. « Assis-toi avant qu'il ne t'arrive quelque chose. » Je le pris par le bras pour que l'on échange nos places. Seulement, voilà, monsieur était un peu ... tête de mule et refusa dans un premier temps. « Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour moi, ta pauvre amie qui s'inquiète de ta santé. » Et sur ces paroles, je le fis s'asseoir.

Je me tenais debout, face à lui, les bras croisés sous ma poitrine. J'affichais une petite moue sur le visage. Aussi étrange que pouvait être Hyun Soo, je ne tolèrerai pas une seconde de plus que la situation reste ainsi. Je m'accroupis et me penchais pour me rapprocher de lui. De l'extérieur, la scène aurait vraiment pu être mal interprétée mais vue le brouhaha ambiant, personne n'y prêta attention.

« Si tu me disais plutôt ce qui t'arrive. » chuchotais-je à son oreille. « Si tu ne veux pas qu'on t'entende, tu peux même me l'écrire. »



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Jeu 11 Oct - 16:07


Tu lâchais un rire, même si c'était particulièrement nerveux. Elle t'amusait à réagir si étrangement. C'était quoi au juste ce regard, elle se prenait pour une tireuse d'élite ? Si elle avait des kalashnikov - parce que j'aime les kalashnikov et parce que j'aime pas les fusils, moi d'abord. - à la place des yeux, tu serais certainement transpercé de toute part. C'était drôle, en fait, il y avait cette grosse veine qui battait sur le haut de sa tempe. En même temps, tu l'enviais. Son coeur battait, elle respirait, elle pouvait mourir et vieillir. Aussi peu de choses qui ne sont plus possible pour lui. « Tu es sûr que tu vas bien ? » dit-elle, en se relevant.

Oh que oui, tu allais bien. Juste un peu affamé par la foule. Tombant lourdement à sa place alors que le métro se remettait en marche doucement. Bon, elle le lui donnait volontiers, non ? Puisqu'elle avait tiré sur son bras... Mais tu refusais alors un moment, te redressant, par politesse pour laisser la place à une demoiselle, quoi. Mais elle t'y forçait alors et tu finis par céder pour ne pas rentrer dans un débat ... C'était chiant et lent ce genre de truc, tu préférais éviter de loin. « Assis-toi avant qu'il ne t'arrive quelque chose. » confirmait-elle. Elle se redressa et poursuivit alors, elle avait déjà l'air moins timide, ça te fit sourire. « Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour moi, ta pauvre amie qui s'inquiète de ta santé. » Une amie ? Elle était charmante, tiens donc. Ça sonnait presque comme un reproche. Tant pis.

« Mais je vais très bien, chère amie. » dis-tu, répondant à son tour sur le même ton et le même air. C'était comme ça avec toi : donnant - donnant. Et puis, pire que ça... Elle se tenait là devant toi, debout, à te juger longuement du regard, les bras croisés sous la poitrine. Elle s'accroupit soudainement, ce qui te fit perdre un peu ton sourire et surtout te faire hausser un sourcil. Que faisait-elle au juste? C'était assez gênant comme position, cependant, tu essayais de ne pas en tenir compte. « Si tu me disais plutôt ce qui t'arrive. » te chuchota-t-elle alors.. Décidément, elle ne lâchait pas le morceau avec ça ! « Si tu ne veux pas qu'on t'entende, tu peux même me l'écrire. » Tu soupira et se pencha à ton tour. « Qu'est-ce que tu ne comprend pas dans la phrase : " Je vais bien " ? » dis-tu.

Le métro freina d'un coup, c'était d'ailleurs souvent comme ça, mais cette fois, pire que tout, la lumière se coupa. Un élan de panique ? Quelques personnes s'agitaient et bien sûr, tu pouvais plutôt bien le voir grâce à ta vue nocturne. Mais du coup, où étais passé ton iceberg humaine ? « Raven ? » Tu la cherchais des yeux un moment avant de te rendre bêtement compte que tu la serrais contre toi. Tu n'osais pas bouger, au contraire. Tu la serrais contre toi, c'était juste agréable, de ne plus ressentir la chaleur humaine pour une fois et de ne plus se sentir si seul. « Tu te pose la même question que moi, non ? Pour la chaleur. La chaleur corporelle. » dis-tu. Tu te penchais alors pour presque poser tes mots au creux de son oreille, retirant d'une main ses cheveux, chuchotant alors. « Je ne peux rien te dire, tu ne comprendrais sans doute pas... Mais si on échange nos secrets, je te le dirais. Tu es tout aussi froide que moi. » dis-tu.

Bien sûr, elle devait sentir que tu ne respirais pas et que ton coeur ne battais pas. Mais bon, autant le dire à quelqu'un à un moment donné, non ? Tu étais persuadé qu'elle en valait la peine, et qu'elle finirait pas te comprendre. « Je ne suis plus comme toi. » dis-tu malgré tout. Ta seul crainte ? Qu'elle ne comprenne pas tout de suite et qu'elle prenne peur... Mais déjà, la proximité de son corps, sa nuque et son odeur te donnais faim. Tu te retenais. Est-ce que son sang était aussi froid que son corps ? Peut-être pas... Sinon pourquoi cette histoire d'odeur de petit pains ?




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Jeu 11 Oct - 21:55


A sa réponse, j'avais plissé les yeux, comme pour dire que j'étais un peu contrariée par ce qu'il m'avait dit. Quoi ? Je mourais d'envie de savoir, c'était dans ma nature, je n'allais pas changer quand même. Non, je ne change pas pour les autres, je fais simplement semblant pour leur plaire, mais il arrive bien trop souvent que le masque tombe, révélant une partie de moi, bien réelle. Néanmoins, je mentais tellement que parfois, je croyais à ces mensonges, ceux sur mon passé. Dans cette version, je suis fille unique et mes parents sont vivants. Dans ma version, tout allait bien, c'est simple. Et surtout, moi, j'allais bien. Mais quand je rentre chez moi et que je suis seule, tout redevient clair, et la vérité me frappe au visage. Mes milliers de messages sans réponses, mes milliers de larmes versées dans son répondeur. Tout.

Je pensais que j'allais peut-être couper court à cette conversation quand le métro avait redémarré. Je m'étais trompée lorsque d'un coup, d'un seul, il s'arrêta net, une fois de plus. On était plongés dans le noir, c'était comme à la maison. J'entendais quelqu'un appeler mon nom. C'était lui. Qui d'autre ? C'était idiot de se faire de fausses idées. Lui-même qui me tenait dans ses bras à cet instant. Je pensais que j'allais tomber en arrière, me cogner la tête. Pas un seul instant je n'avais imaginé cette situation. Il m'avait retenue. Et son étreinte, si serrée autour de moi. Avait-il eu peur ? C'était néanmoins … Embarassant. Je lâchais un petit bruit étouffé alors que mes bras prenaient appui de part et d'autres de son corps. C'est vrai, j'étais étouffée. Je relevai la tête, ça aurait été trop bête comme mort, quand même.

Bien sûr, je n'avais remarqué aucun changement dans sa tension. Normalement, après un événement comme ça, les battements de notre cœur accélèrent, ce genre de choses. Comme le mien. Mais lui, c'était le silence total, pas de signal radio à l'horizon. Comme si lui, contrairement à moi, était mort. Sauf qu'il était là, il me tenait dans ses bras, il parlait. Il n'avait rien d'une personne décédée, il était à des kilomètres de cet état. « Tu te poses la même question que moi, non ? Pour la chaleur. La chaleur corporelle. » avait-il dit. Evidemment que je me posais la question. J'avais l'impression d'être collée à quelqu'un qui n'avait qu'un t-shirt stupide sur le dos, en plein hiver. Je sentais ses doigts faire bouger mes cheveux et il lâcha à mon oreille « Je ne peux rien te dire, tu ne comprendrais sans doute pas ... Mais si on échange nos secrets, je te le dirais. Tu es tout aussi froide que moi. »

C'est vrai que je ne pourrais peut-être pas comprendre. On ne comprend que ce que l'on connaît, c'est ce que je me disais. Mais est-ce que lui comprendrait qui je suis ? Ou plutôt « accepterait » qui je suis. On ne peut sans doute pas comprendre, mais l'on peut accepter. C'est vrai, j'étais aussi froide que lui. Mais lui, n'avais pas de pou, je ne sentais pas non plus son souffle contre mon oreille. Je hochais la tête doucement. Etrangement, je me fichais du contact qui aurait pu se produire par ce mouvement. De toute manière, nous étions déjà en contact, justement.

Puis les mots qui firent mouche sortirent enfin. Il n'était pas comme moi qu'il disait. Plus comme moi plutôt. Alors que je pensais m'être préparée à tout, ses mots m'avaient prise de court. Faisait-il partie de ces gens dont j'avais entendu parler ? J'avais essayé de me redresser. Une fois. Puis deux. Mais il ne me laissait pas sortir de son étreinte. Plus tôt, j'avais eu ce sentiment d'étouffer et désormais, j'avais le sentiment d'être prisonnière. Mais je tournai ma tête vers lui, je cherchais le contact visuel. « Lâche-moi, s'il te plaît. » Mes mains allèrent trouver ses avant-bras. Cette proximité m’oppressait soudainement. Mais je ne percevais aucune force de ma part, comme si mon corps refusait de m'écouter. Bon sang !

Je lâchai prise. J'en avais marre de combattre contre moi-même. Ça me fatiguait, m'épuisait. « Tu n'es plus comme eux … Moi non plus … Je pense que tu le sens. » Je laissai le silence s'installer un instant. C'était la première fois que le courage me manquait. Ma tête tomba lourdement sur son épaule alors que ma main vint cacher une fois de plus ma bouche pendant que je soupirais. Je n'étais pas normale, et maintenant, j'en prenais encore plus conscience. Je ne prenais pas ça comme un don, je ne prenais pas ça comme quelque chose de bénéfique. Qu'est-ce qu'il y avait de bénéfique à s'amuser avec la glace ? Rien. Une fatalité. « Est-ce que toi aussi, parfois, ça te blesse de savoir que t'es différent ? » Moi, ça me faisait du mal de savoir que plus jamais ma vie ne serait comme avant. Ça me détruisait de savoir que je pouvais faire du mal aux autres. La lumière du wagon était toujours éteinte, et c'était encore comme à la maison. Si mon cœur se serrait, mes larmes ne couleraient pas, parce que la différence, c'est que je n'étais pas seule.



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Lun 15 Oct - 12:16


Tu la trouvais parfois ennuyeuse, c'est vrai qu'elle n'était pas la fille la plus drôle de la planète, mais parfois, tu en venais à te dire qu'elle était certainement la plus ennuyeuse du monde. En tout cas, tu pensais que c'était une pure fainéantise de sa part, elle était plus ou moins comme toi. Elle était sûrement drôle, dans le fond, tu n'en doutais même pas, le seul truc, c'est que tu étais la cause de ce blocage. En fait, tu te disais juste qu'elle n'avait aucune envie d'être drôle avec toi, et c'était plutôt compréhensif : tu étais un mec particulièrement froid, que ce soit ton corps ou ton attitude. Tu étais quelqu'un qui n'étais plus le même, tu avais énormément changé en l'espace d'un an, tout ça à cause de ce que tu es devenu. Tu la laissais agir comme elle le souhaitait, de toute façon, ce n'était pas comme si tu avais envie d'avoir une emprise dessus : à quoi cela te servirait ? Sans doute à rien.

« Lâche-moi, s'il te plaît. » disait la jeune femme que tu tenais alors entre tes bras. Tu aurais voulu lui rendre sa liberté, puisque c'est ce qu'elle souhaitait, mais tu ne pouvais pas, pas du tout. Pourquoi ? Parce que tu sentais son bracelet en argent sur ton bras te brûler et ainsi te paralyser. Tu grimaçais, c'était particulièrement douloureux, tes crocs sortirent de leurs cachette, c'était plus fort que toi, sa nuque était si proche, son odeur réveillais la faim que tu avais réussit à retenir endormie depuis tout à l'heure. C'était pas bon, ce n'était vraiment pas bon. Elle semblait se débattre faiblement, puis elle cessa. « Tu n'es plus comme eux … Moi non plus … Je pense que tu le sens. » dit-elle.

Tu soufflais alors longuement. Elle avait bien raison. Tu acquiesçais doucement de la tête, même si elle ne pouvait pas le voir. Être différant ? Non, ce n'était pas fondamentalement ça le problème. C'était plus de ne trouver aucun sens à ton existence actuelle. Tu étais mort, ils étaient vivant... Et pourtant, tu pouvais te tenir là, parmi eux, en échange de quoi tu devais encore te nourrir de leur sang. « Oui, je sais... » dis-tu, poursuivant rapidement « C'est sans doute parce que tu me ressembles sur quelques points que j'ai commencé à t'apprécier. » finit-il. Bien sûr, elle n'avait pas que ça, beaucoup d'autres choses t'intriguais. Tu en saurais plus un jour où l'autre. Le silence régnait alors entre vous pendant que toi, tu tentais d'ignorer la douleur et la faim, pendu là, juste en dessous de ton nez.

« Est-ce que toi aussi, parfois, ça te blesse de savoir que t'es différent ? » Franchement ? Oui, terriblement. Mais tu t'étais fait à l'idée, tu t'étais habitué, et surtout tu t'étais déjà dis un milliard de fois que tu ne pourrais plus jamais rien y changer. Tu te perdais dans tes pensée, peu à peu. L'idée de voir ta mère mourir, d'avoir une petite amie qui vieillira, alors que toi tu resteras à jamais tel quel, que tu puisses avoir des enfants qui vieilliront eux aussi et deviendront plus vieux que toi... Tout ça pouvait t'effrayer d'un point, tu t'étais bêtement dis que tout ça, c'était définitivement terminé pour toi. C'était douloureux, oui. « Ce n'est pas quelque chose que je pourrais changer, même si je le voulais... » finis-tu par dire.

Elle avait l'air si triste, tu pouvais le ressentir, même si tu n'éprouvais plus autant de sentiments qu'avant, tu tentais de rester le plus humain possible. « Tu finis par t'habituer à ce genre de chose, t'y es de toute façon forcé. » Tu baissais la tête, frôlant sa peau de tes crocs, elle risquait de le sentir, peut-importe. Tu finis par fermer les yeux. « Tu peux retirer ton bracelet de mon bras, l'argent me brûle... » dis-tu avant de te sentir de nouveau libre, tu te redressais rapidement. Peut-importe ce que tu étais, la jeune demoiselle ferais bien mieux de ne plus t'approcher, pour sa propre sécurité. Tu étais affamé, la faim réveillée, heureusement qu'il faisait sombre, personne ne te verrais ainsi, les crocs dégainés.

« Ne m'approche plus... J'ai juste envie de te- ... » dis-tu. Tu ne devais pas en dire plus, alors tu te coupais. La phrase pouvait avoir maintes et maintes double-sens, mais tu pensais simplement qu'elle comprendrait qu'il n'y avait rien d'obsène. Pour te rassurer, tu te tournais vers elle. « ... Te mordre. » ajoutais-tu. Tant pis, ça te faisait juste du bien qu'elle puisse être plus ou moins au courant. Si elle avait peur désormais ? Tu n'y avais pas pensé, et d'un seul coup, tu te sentais plutôt mal à l'aise. C'était le risque à prendre, et puis, c'est elle qui avait cherché à savoir, non ?




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Jeu 18 Oct - 14:52


De quoi avions-nous l'air, sérieusement ? De deux pauvres idiots qui, intérieurement, voulaient remonter le temps et refaire leur vie ? Pour moi, c'était le cas. Et si j'avais été si différente de lui, m'aurait-il appréciée ? Et si j'avais été une humaine totalement normale, sans histoire, m'aurait-il appréciée ? On se croiserait dans le métro, ou ailleurs, et puis, on ne s'adresserait même pas un regard, pas un mot. Pas un bonjour et pas une seule expression. Deux étrangers. Chacun aurait fait sa petite vie de son côté et aucun n'en aurait rien su. « Ce n'est pas quelque chose que je pourrais changer, même si je le voulais... » me dit-il, comme pour confirmer que nos retours en arrière étaient totalement impossibles.

J'étais mal, terriblement. Pour moi, certes, mais surtout pour lui, à vrai dire. Je n'avais pas pitié de lui, ce n'était pas vraiment mon genre. Mais disons que j'étais compatissante. « Tu finis par t'habituer à ce genre de chose, t'y es de toute façon forcé. » Oui, sans doute avait-il raison. Ca faisait un moment que je subissais les caprices glacés de mon corps, et j'avais l'impression de ne toujours pas me dire que c'était une partie de moi. C'était comme un virus, il est là, mais c'est un corps étranger qui se balade en nous. C'était pareil. Sauf que là, ça n'allait pas partir, ni avec des médicaments, ni avec quoi que ce soit d'autre.

« Tu peux retirer ton bracelet de mon bras, l'argent me brûle... » me fit-il alors, me sortant de ma réflexion. Un bracelet ? Quel bracelet ? Ah oui, celui-là. Une gourmette, en fait. Pas la mienne, celle de l'autre abruti qui m'avait lâchée. Je ne l'enlevais jamais, elle était toujours à mon poignet. Et pourtant, parce que ça avait l'air d'avoir un mauvais effet sur Hyun Soo, j'allais pour la première fois la retirer. Je la mis dans ma poche et j'eus comme un sentiment de libération. Comme si ce poids devenait moins lourd. Pourtant, je savais que ce n'était que factice, que quand je sortirai de ce métro, il reviendrait à sa place. « Ca va mieux ? » lui demandais-je alors, pour être certaine que seule cette gourmette le faisait souffrir. J'aurais dû me poser des questions, du genre « pourquoi ? », mais ça n'avait même pas traversé mon esprit. En fait, j'en avais marre de m'interroger.

Quand il se redressa, je le lâchai enfin, sortant de ses bras qui avaient été presque réconfortants. Je cherchais le mur, pour me relever, mais je crois que je suis plutôt tombée sur son visage. Mes doigts proches de sa bouche et de … ses … dents. Quoi ? « Ne m'approche plus... J'ai juste envie de te- ... » me lança-t-il alors que je laissai vite son visage pour me redresser. Paniquée. Dans un autre contexte ça aurait été la chose la plus bizarre du monde. Me quoi ? Me quoi ? Comme s'il avait lu dans mes pensées, il termina sa phrase. « ... Te mordre. »

Sur ces mots, la lumière du wagon se ralluma. Oh mon Dieu. Ses dents. Ses dents ! Plus pour le protéger de la vue des autres, je revins à lui et le pris dans mes bras de façon à ce qu'on ne voit pas ses dents toutes sorties. Un vampire. Un foutu vampire. Affamé. C'était clair maintenant, trop clair. Ce n'était pas un film, là. Et moi, j'avais la trouille de ma vie, mais imaginez la réaction des gens s'ils avaient vu ça. Ca aurait été pire, et Hyun Soo n'avait pas le droit de subir ça.

« Tu me fais peur, okay. » lui chuchotais-je. « Mais sérieusement, mords-moi si tu veux, pourvu que tu ne ressembles plus à un monstre sanguinaire. » Par pitié, pensais-je. Je me jetais dans la gueule du loup -oh le mauvais jeu de mots-, certes. Mais il était évident que je ne faisais pas ça pour moi. Et ce n'était pas un service rendu. Enfin, disons que s'il pouvait éviter de se faire tuer par les gens du métro qui crient au scandale et à la fin du monde, ce serait franchement pas mal. Mais ce n'était que mon avis. Peu importe à quoi il ressemblait. Peu importe ce qu'il était. Peu importe à quel point j'avais peur. Il n'en restait pas moins une personne.

Spoiler:
 



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Dim 21 Oct - 18:45


Que cherchais-t-elle à faire ? Tu étais perplexe et tu ne savais pas franchement comment réagir. Tu venais de lui dire carrément que tu voulais la mordre. Bien sûr qu'au départ, elle aurait pu penser que tu n'étais qu'un sale petit pervers... Mais honnêtement, tu ne voyais plus le bout ni la sortie de ce métro. Il y avait trop de monde et tu avais terriblement faim. Le problème n'était pas franchement que tu ne puisses pas te retenir, non... C'était juste que tu étais incapable de résister à la tentation. Alors tant pis, tu t'étais bêtement jeté à l'eau. Les lumières s'étaient alors rallumées et par réflexe, tu avais posé ta main sur tes lèvres pour cacher ses deux canines pointues que tu pouvais tant détester. « Tu me fais peur, okay. » Tu arquais un sourcil. Il n'y avait rien d'étonnant là dedans, tu ne t'attendais pas à ce qu'elle le prenne bien et qu'elle te saute au cou. Cependant, tu fus particulièrement surpris de sa réaction suivante.

Tu n'avais pas remarqué tout de suite qu'elle t'avais attiré contre elle, et à vrai dire, sur le moment, tu ne comprenais pas vraiment son but. Si tu lui faisais peur, tu ne voyais pas pourquoi elle restait près de toi. Elle pouvait bien fuir, si tu la poursuivais ce serait pour lui expliquer et la rassurer... Si cela arrivait et qu'elle avait vraiment peur de toi, tu serais prêt à abandonner une précieuse personne que tu vois comme une très bonne amie - même si tu ne la connais pas beaucoup, tu en sais assez pour savoir qu'elle est une bonne personne et que tu es très chanceux de la connaitre. Tu ne pourrais pas lui faire de mal, ce n'étais pas dans ta nature. « Mais sérieusement, mords-moi si tu veux, pourvu que tu ne ressembles plus à un monstre sanguinaire. » se justifiait-elle.

Tu affichais un large sourire, posant une main sur la vitre derrière elle, pour mieux se maintenir maintenant que le métro avait redémarré et qu'il commençait à prendre de la vitesse. Tu enfouissais ton visage contre la peau de sa nuque, posant ton nez presque parfaitement droit contre sa nuque. « Désolé d'être ce que je suis... Mais n'ai pas peur, je ne te ferais rien. » disais-tu calmement au creux de son oreille. Autant être clair sur le sujet : tu ne voulais définitivement pas la mordre, même si l'envie et la tentation était là. Tu souffla dans son cou de ton souffle inutile, tu n'avais pas besoin de respirer, mais pour paraître humain pour les autres, tu devais t'efforcer de faire semblant. Cette fois : c'était sorti tout seul.

« Si tu ne bouges pas, on n'y verra rien. Tu me fais confiance, non ? » Tu disais ça, mais tu savais parfaitement que c'était devenu particulièrement difficile de te faire confiance. Un suceur de sang comme toi ne méritais sans doute pas grand chose de la part d'une humaine, peut-importe qui elle pouvait bien être. Tu passais ton second bras, celui qui servait à ta main pour cacher ta bouche, autour de sa taille, relevant la tête pour fixer lividement à travers la vitre, fixant le défilement des lumières. Finalement, c'était une sensation étrange. Elle était tout aussi froide que toi, mais tu entendais de tes oreilles fines le battements de son coeur, son souffle que tu sentais également se perdre au niveau de ton cou : elle vivait, tout simplement. C'est comme si cela allait durer une éternité, et franchement ; cela ne t'aurais pas dérangé.

Spoiler:
 




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Sam 27 Oct - 19:02


Nous étions l'un contre l'autre, et ce n'était ni désagréable, ni dérangeant. Je n'avais pas la sensation d'être envahie. Vous voyez, l'espace vital, tout ça. En même temps, j'étais celle qui l'avait attirée jusqu'à moi, alors forcément, ça aurait été bête que je sois mal à l'aise. Enfin, si, je l'étais, mais … Pas parce qu'il était proche de moi. « Désolé d'être ce que je suis ... Mais n'ai pas peur, je ne te ferais rien. » me dit-il en enfouissant sa tête dans mon cou. Dire ça, et faire ça, sérieusement, je trouvais ça complètement ironique … C'était une blague, quoi. Les vampires nous mordent le cou, non ? Quel mauvais timing. Dans un sens, il était désolé de sa nature, et en même temps, ce n'était pas vraiment de sa faute. Il avait dit qu'il n'était plus comme nous donc, il avait dû l'être, avant.

Je lui avais lancé un regard qu'il n'avait évidemment pas dû voir. A moins qu'il ait des yeux derrière la tête, et ça, j'en doutais fortement. Et si c'était le cas, alors, j'étais prête à courir à l'autre bout du wagon pour me cacher derrière la vieille qui n'arrêtait pas de se plaindre quelques minutes plus tôt. Ça aurait été encore plus flippant, quoi. Comble du malheur, il souffla dans mon cou. J'avais frissonné. Ça souffle, un vampire ? C'est pas, genre, mort, un vampire ? Et puis, il respirait pas, tout à l'heure. Crédibilité : zéro. « Si tu ne bouges pas, on n'y verra rien. Tu me fais confiance, non ? » Non. Enfin, si, mais pas beaucoup.

Je m'étais tendue, parce que, bon, me dire ça après m'avoir balancé qu'en gros, s'il voulait me vider de mon sang là, tout de suite, maintenant, il pouvait le faire. Ouais, c'était ça, à peu de choses près. Je pense que, dans un sens, il espérait pas vraiment que je lui dise que j'avais totalement confiance en lui. Ce serait ridicule, un peu. Puis, ça voudrait dire que je suis masochiste. Je suis pas masochiste. Quoi que … Oui, mais non.

« Qu'est-ce que ... » Je ne saurais pas décrire ce que j'avais ressenti quand il avait passé son bras autour de ma taille. Mes yeux avaient sûrement dû sortir de leurs orbites. Charmant. Très charmant. C'était un acte purement familier. Dans un sens, on avait beau être des amis, on ne se connaissait pas vraiment. Bien que j'étais le genre de fille sans-gêne par rapport aux autres coréennes, c'était toujours un peu surprenant. Il avait relevé la tête, dans un sens, j'avais carrément la trouille que quelqu'un tourne la tête et voie ce qu'il était. Et à quel point je devais être folle pour rester, comme ça, avec lui.

C'était tout d'un coup devenu silencieux entre nous, deux. Comme si le fait de dire quelque chose allait, tout simplement, tout ruiner. Comme si son annonce n'avait pas déjà tout ruiné. Était-ce le cas ? Très bonne question. Pas vraiment, en fait. Enfin … Non. J'avais reculé un peu, histoire d'avoir un appui contre la vitre, l'entraînant avec moi. Parce qu'essayer de garder l'équilibre en se tenant à une personne, c'était la pire chose au monde. Et puis, je sentais que le trajet allait encore être long.

Puis je me souvenais qu'il m'avait, finalement, dit cette chose qu'il cachait, bien que je pensais qu'il en cachait d'autres, comme tout le monde. Tandis que moi, je ne lui avais absolument rien dit. Il l'avait fait, je pouvais le faire. Et puis, il fallait bien que je lui dise quelque chose en retour. « Tu … Tu as sans doute entendu parlé de cet orage, l'année dernière … » Je me jetai doucement à l'eau. « Je faisais partie des foudroyés. »

En fait, je n'osais même pas en dire plus. C'était déjà assez étrange, une fille qui se fait foudroyée, et qui s'en sort sans rien … Enfin, sans rien. Pas morte, ou avec le cerveau en compote. Je savais que je n'étais pas la seule dans ce cas-là, hors j'ignorai légèrement si les autres avaient entendu parler de ce qui nous étaient arrivé précisément. Et autant moi, j'avais peur de lui, autant, je n'avais aucune idée de comment il allait prendre la chose, alors je préférais attendre, quitte à ne finalement rien lui dévoiler.



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com
admin ⸗ the dirty ice prince.
avatar
Lee Hyun Soo
admin ⸗ the dirty ice prince.


∆ BLAZE : ramyeon | malon.
∆ AVATAR : kim myeong su.
∆ messages postés : 164
∆ ici depuis le : 09/09/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : dix-neuf ans.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : made in korea.
∆ ÉTUDES : 3ème fucking année, en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : musique & danse.
∆ CÔTÉ COEUR : freeze.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :

« JE CROIS QUE J'AI UNE PASSION POUR LES CAROTTES, MA VIE EST FOUTUE... »
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Jeu 8 Nov - 15:27


Au fond, Hyun Soo, tu étais quelqu’un de chiant. Oh, oui. De profondément chiant. Tu avais faim et ne désirais pas mordre n’importe qui, et celle que tu convoites depuis le début te propose de la mordre et tu refuses ? Tu n’es qu’un misérable emmerdeur, Lee Hyun Soo. Tu laissais alors s’échapper alors un léger soupire, c’était presque un supplice de devoir lui résister à ce point. Et pourtant, si tu le faisais ici et maintenant, elle saignerait et qui dit saigner dit attirer l’attention. Tes morsures étaient encore très maladroites, tu pourrais tout aussi bien la tuer comme la blesser. Et ce n’était pas ce que tu désirais. La serrant contre toi, tu devais t’efforcer de garder un minimum de contrôle en toi, et croyez-le ou non, c’était plus difficile à faire qu’à dire. Son parfum se précisait alors. Non, ce n’était plus une odeur de petit pain… C’était plus exquis encore… Mh ? Comment on appelait ça déjà ? Tu ne te souvenais plus, tu étais presque obnubilé par cette odeur. Pas mégarde, tes crocs se pointèrent alors à nouveau et tes pupilles prirent un tain plus rougeâtre. Non, non. Pas maintenant.

Tu soufflais dans son cou, bien sûr, tu ne maîtrisais pas encore parfaitement la respiration dite artificielle, ce qui devait normalement t’aider à ne pas te faire cramer par les humains. Bon, pour ce coup-ci, c’était raté. Bref, peut-importe, tu n’avais juste pas encore compris le principe et donc, ce n’était pas naturel pour toi de respirer. Difficile à avouer pour quelqu’un qui était encore un de ses faibles humains il y a seulement un peu plus d’un an, non ? Quand soudain, la jolie demoiselle se mettait à parler. « Qu'est-ce que ... » Un silence s’était installé. Elle allait sans doute te poser une question, mais tu comprenais qu’elle soit effrayée, inquiète. C’était normal, mais aussi incroyable que ça pouvait le paraître, c’était que tu avais gardé un minimum de respect pour la vie, la race humaine. Tu voulais peut-être te nourrir, mais tu refusais de tuer qui ou quoi que ce soit : c’était comme ça. Doucement, avant qu’elle ne reprenne la parole, tu ajoutais. « Tu n’as pas a avoir peur… Parce que je ne te tuerais pas. Même si je te mordais, je prendrais juste un peu de ton sang, et jamais l’intégralité. J’ai juste… Peur. Peur de mal te mordre et de te tuer sans le vouloir. Je suis pas habitué à mordre, encore. »

Remontant une main, tu la posais sur l’arrière de sa tête, caressant ses cheveux d’ange, tout aussi froid que le reste de son corps. En fait, tu ne pouvais pas dire que tu sentais sa froideur, tu ne ressentais juste pas cette sensation habituelle avec les autres, le recul au contact de sa peau. Elle, elle était différente : elle n’avait pas peur de son corps continuellement glacé, elle comprenait une grande partie de sa souffrance. Même si elle ne s’imaginait pas une seule seconde à quel point ta vie était encore plus dure que la sienne. Sans que tu ne le demande réellement, elle t’apportait une information supplémentaire, une réponse à une de tes nombreuses questions. Oui, vous ne vous connaissiez pas tant que cela, et pourtant, tu semblais vouloir croire le contraire. « Tu… Tu as sans doute déjà entendu parler de cet orage, l’année dernière… » C’était ce jour là où tu étais mort, forcément que tu en avais entendu parler. Ton visage se durcissais alors un peu à l’entente de ce jour, te rappelant malgré toi des choses horrible. Tu te souvenais parfaitement de ta mort, tu n’avais absolument rien oublié. La voiture, l’impact, ton corps, les gens qui hurlent… Et ce foutu vampire dans l’ambulance. Tu pensais d’ailleurs qu’il n’avait rien à faire là. Pourquoi c’était-il proclamé membre de ta famille ? Tu ne le connaissais pas, non.

« Je faisais partie des foudroyés. » Cette phrase résonnait alors comme un aveux dans ta tête. Elle te disait ça pour te rendre aussi simplement ce que tu lui avais avoué ? C’était plutôt appréciable. En fait, ça t’avais même un peu touché, tu étais sans doute un des seuls au courant de son petit secret et c’était réciproque. Instinctivement, tu la serrais un peu plus fort contre toi. Alors comme ça, il y avait des gens qui avaient survécus à cette sorte orage, où ils avaient été foudroyés. À la suite de ça, ils auraient eut des pouvoirs particuliers ? C’était toujours mieux que d’être un foutu vampire, dans un sens. Ils gardaient leurs humanité, ils pouvaient mourir et ils ne devaient pas voler la vie des autres pour leur propre petite survie. « Tu devrais t’estimer heureuse de ne pas avoir succombée, au fond, non ? Tu restes humaine, tu mourras un jour, tu ne tues pas… Et tu reposeras en paix, sans avoir à te rappeler ta mort horrible. T’es chanceuse. » Tu ne disais pas ça pour la vexer ou la blesser, ainsi tu ajoutais. « Pour moi, tu es la plus normale des filles dans tout ce foutu métro. » Non, tu n’étais pas le moins du monde effrayé. Pas du tout, au contraire.




it's just a thought, only a thought i've always thought that i would love to live by the sea, to travel the world alone and live more simply. i have no idea what's happened to that dream cos there's really nothing left here to stop me.


Revenir en haut Aller en bas
thunderstruck ⸗ i've got the power.
avatar
Ahn Raven
thunderstruck ⸗ i've got the power.


∆ BLAZE : dalmuri (joe/kaz)
∆ AVATAR : park lizzy le kiwi zombie des after school. ♥
∆ messages postés : 351
∆ ici depuis le : 05/10/2012

♔ TICK TOCK ⸗ time flies, comes and goes.

∆ ÂGÉ(E) DE : l'âge qui affirme que je suis adulte, mais pas celui légal pour boire en corée. 19 ans, c'est balot.
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : americano-coréenne, la double nationalité, ouais, alors que j'ai jamais mis les pieds aux usa. magnifique.
∆ POUVOIR : mon taff, à moi, c'est de faire joujou avec la glace. genre, je te congèle, et je trouve ça marrant.
∆ ÉTUDES : 3ème année de bons et loyaux services en arts et littérature.
∆ CLUB(S) : danseuse aux gros sabots & journaliste super pas fiable.
∆ JOB : assistance dévouée en classe de danse moderne et contemporaine (vous savez, les danses de comédies musicales, tout ça ...)
∆ CÔTÉ COEUR : je suis zoophile. j'aime les chats. les bébés chats, surtout. mon coeur est un paquet de croquettes.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
my life:
 
MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   Mer 21 Nov - 23:54


Finalement, il avait autant peur que moi. Non ? Il ne voulait pas me tuer, mais en me mordant, il prenait un risque. Un énorme risque, en fait. Et moi, j'avais sorti ces mots sous le coup de la panique. Dans le fond, je ne pouvais pas juste soudainement m'écrier que je rêvais de me faire mordre par un vampire. Ce vampire. Lee Hyun Soo. Non. Je n'en prendrais, ni garderais, aucun plaisir, après tout. Ce n'était pas un fantasme, ce n'était même pas l'un de mes projets. Jusqu'à maintenant. C'était plus pour lui que je l'avais dit. Je n'avais rien à y gagner. N'est-ce pas ? Mais je voulais l'aider, tellement. C'était normal. Même s'il n'était plus comme avant, même s'il n'avait plus rien d'humain … C'était normal. Pour moi, en tout cas. Il avait peur pour ma vie ? Mais même maintenant, je la risquais. Je supposais que c'était le cas … Il fallait sûrement un grand contrôle de soi-même pour réussir à être entouré par autant d'humains, et ne jamais leur sauter à la gorge.

Sa main dans mes cheveux … N'était-ce pas trop familier comme contact ? N'étions-nous pas déjà trop familiers depuis le début, en fait ? Cette proximité aurait pu me déranger, du temps où j'étais encore à Busan, ou que je venais d'arriver à Séoul. En tant que coréenne, ça me choquait toujours un peu. Mais c'était mon frère qui m'avait un peu décoincée de mes manières de bonne coréenne. Il m'avait toujours expliqué qu'aux Etats-Unis, c'était différent. Que le contact physique était plus facile qu'ici. Qu'ils étaient plus tactiles que nous. Il m'y avait habituée. Hyun Soo était un ami, certes, mais il était assez étranger, pour moi. Qu'est-ce que je connaissais de lui ? Pas grand chose. C'était si peu … Mais je n'avais jamais été mal à l'aise. Lui dévoiler qui j'étais après qu'il l'ait fait, lui-même devenait logique. J'avais reçu des informations, c'était donc son tour. J'avais été foudroyée. Pourquoi étais-je sorti ce jour-là ? Pourquoi n'étais-je pas restée à l'intérieur de l'université ? Je ne me souvenais pas moi-même, à vrai dire. Le peu d'espace qui restait entre nos deux corps se restreint encore, devenant néant. Je n'avais pas protesté une seule seconde. J'avais l'impression qu'il me comprenait. J'avais l'impression que ça ne changeait pas vraiment son regard sur moi.

« Tu devrais t’estimer heureuse de ne pas avoir succombé, au fond, non ? Tu restes humaine, tu mourras un jour, tu ne tues pas … Et tu reposeras en paix, sans avoir à te rappeler ta mort horrible. T’es chanceuse. » C'était vrai, j'aurais dû m'estimer heureuse de toujours être sur cette Terre, de toujours faire partie de ce monde. Mais j'avais pris ce foudroiement comme une œuvre du destin, du karma. Mais j'aurais peut-être dû y rester, finalement. Ça aurait peut-être été mieux, autant pour moi que pour ceux qui m'entouraient. C'était vrai, comparée à lui, j'étais chanceuse. Et je me sentis soudainement mal à l'idée d'avoir voulu ne pas me réveiller quand lui aurait peut-être rêvé être comme moi plutôt qu'un suceur de sang. Avait-il déjà tué, justement ? Avait-il déjà pris la vie d'un pauvre innocent pour pouvoir se nourrir ? Je ne le saurais peut-être jamais. Je devrais certainement éprouver du dégoût pour lui à l'heure actuelle, pourtant, c'était loin d'être le cas. Ça faisait longtemps qu'il aurait pu me tuer, me dévorer, et il n'avait absolument rien fait. « Pour moi, tu es la plus normale des filles dans tout ce foutu métro. » ajouta-t-il.

« Chanceuse ... Oui, si on veut ... »J'aurais bien voulu le croire. Croire que je n'étais pas différente. Je soupirai doucement, sans vraiment de conviction. Ma main se resserra sur sa veste. Je regardais la vieille femme qui ne faisait que se plaindre. Les enfants qui couraient encore, plus tôt, dans le wagon. Tous ces gens. En quoi étais-je normale, comparée à eux ? « Je ne suis pas vraiment normale ... Pas vrai ? Tu veux que je te montre ? » lui demandai-je sans réellement attendre de réponse de sa part. Je me détachai doucement de son étreinte, pour avoir un peu de place, sans pourtant le lâcher. Juste assez pour que je puisse bouger. Je me baissais pour prendre mon sac et en sortis ma bouteille d'eau, encore liquide, jusque là. « Regarde. » lui fis-je pour attirer son attention sur la bouteille. La boisson incolore devint alors peu à peu congelée dans cette bouteille à mesure que je la fixais et que je la tenais dans mes mains. Je n'avais rien gagné à me relever après cet orage, c'était ce que je me disais. J'ouvris la bouteille et la renversais. Rien ne coulait. Et en même temps, ça m'avait amusée, parce que, si ça avait été le cas, nous serions trempés à l'heure actuelle. « Voilà. Un petit tour de magie. » ris-je. Un peu de bonne humeur dans tout ce que nous subissions, ça ne pouvait pas nous faire de mal. N'est-ce pas ? Je me demandais ce que j'avais encore à découvrir sur lui. Hyun Soo était un être plutôt intriguant, après tout.



“ i miss you. oh, i still do ... „



shine. ⸗ Remember when you tightly grabbed my hand and quietly our lips touched. I miss you. Oh, yes, I do. I remember your gaze that whispered love as you were on top of my feet.


Revenir en haut Aller en bas
http://karamelkeopi.tumblr.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ▬ why she's so serious ?   




Revenir en haut Aller en bas
 

▬ why she's so serious ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before The Dawn; :: we are burning the night together. :: ⸗ gangnam south. :: irwon.-