times like these.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

NEWS : UN NOUVEAU DESIGN AVEC LA SUBLIME KIM HYUN AH & UN ÉVÈNEMENT QUI VIENT TOUT JUSTE D'OUVRIR SES PORTES ! SOYEZ NOMBREUX !

Partagez | 
 

 times like these.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
human ⸗ i'm just a normal one.
avatar
Shim Myung Hee
human ⸗ i'm just a normal one.


∆ BLAZE : yiiie.
∆ AVATAR : jessica jung.
∆ messages postés : 33
∆ ici depuis le : 03/11/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 19 ans
∆ DE SEXE : Féminin
∆ NATIONALITÉ : « italo-coréenne, née à Florence ma ville préférée donc aucune critique sinon j'te mange une oreille ou une autre extrémité »
∆ ÉTUDES : « économie&commerce en 3e année, par obligation »
∆ JOB : « travaille dans l'entreprise de mon paternel. youpi ? »
∆ MY CRAZY SPELLBOOK :
MessageSujet: times like these.   Jeu 8 Nov - 20:06


KAZE & MYUNGHEE

❝ times like these ❞

daechi-dong - piscine - 17h12
« Pouvez-vous me montrer votre carte de membre ? » Encore une nouvelle. Décidément, ils changeaient très rapidement de personnel dans cet établissement. La semaine dernière c'était un élégant mâle à la peau légèrement hâlée qui l'avait accueilli, celle d'avant une ravissante chinoise avec un accent prononcé et de grandes dents, et elle ne pouvait pas oublier la femme bodybuildée à la mâchoire carrée du mois d'octobre. Voilà qu'une truffe lui faisait face, avec des yeux de loutre et un air innocent. La cible idéale. La coréenne poussa un soupire de mécontentement. Bon il était tard, elle avait passé une journée horrible et ce n'était pas le moment de s'énerver sur quelqu'un d'autre. Myung Hee tendit une carte sur laquelle on pouvait lire "premium" à la jeune femme pour attendre plus ou moins patiemment devant le comptoir d'accueil de la salle de sport. Ses ongles s'abattaient en cascade sur la surface transparente. Son regard ne quittait pas le visage un tantinet crispé de la nouvelle. Elle lui adressa un sourire faussement poli tout en continuant de tapoter sur son clavier miniature, comme une parfaite hôtesse. « Désolée je ne vous vois pas dans notre fichier » La charmante brune ne quittait plus l'écran de son ordinateur et avait l'air intriguée, le contraire de Myung Hee qui sentait le sang lui monter à la tête. « Êtes-vous certaine de faire partie de nos membres ... » Et là, c'était le drame. La coréenne n'hésita pas à lui couper la parole et à hausser le ton face à cette pauvre femme qui ne faisait que son travail. Elle pointa du doigt ce qu'elle prenait pour de la stupidité ainsi que la mauvaise gestion de la boîte mêlée à un irrespect insupportable de la clientèle fidèle. Elle n'avait pas tort sur un point : elle venait au moins une fois par semaine depuis trois ans, si ça ce n'était pas une cliente fidèle, qu'est-ce que c'était ? En tout cas la coréenne ne mâcha pas ses mots. La crise prit fin quand le patron daigna faire son apparition. Ce dernier se confronta à la cliente en colère en lui déballant un flot incessant d'excuses diverses, n'hésitant pas à se mettre en cause mais surtout, à déplorer la maladresse de son employée qu'il qualifiait sans la moindre langue de bois "d'immature" et "d'incompétente". Après plusieurs minutes de discussion et quelques compromis, il décida de renvoyer la femme de l'accueil pour la remplacer immédiatement par une autre jeune femme toute aussi belle et peu naturelle. Satisfaite de son coup d’État, Myung Hee passa la porte automatique du hall d'entrée, son sac sous le bras, pour se diriger vers les vestiaires. Cette journée ne se terminait pas si mal finalement. Ce soir il n'y avait pas grand monde. C'était le moment parfait pour s'entraîner tranquillement ou se prélasser dans l'eau chlorée sans avoir peur de se faire éclabousser par un quelconque moustique passager. Oui, il n'y avait aucun gamin, aucun vieillard. Quasiment que du jeune. Du sportif habitué au simple passant. Myung Hee se hâta hors des vestiaires des femmes avec sa serviette éponge aux couleurs de l'Italie sur ses épaules en direction du grand bassin. Elle posa sur un transat qui lui semblait libre ses quelques affaires puis s'installa au bord de la piscine. La piscine était quasiment vite. Un seul nageur se confrontait aux cinquante mètres du bassin en enchaînant les allés et les retours comme si un requin le coursait pour lui arracher son maillot. Myung Hee ricana et s'apprêta à entrer dans l'eau lorsqu'une main vint lui saisir l'épaule. « C'est à vous ? » Déclara la personne en anglais. L'asiatique sursauta puis pivota rapidement. Un homme blanc, environs quarante ans et occidental, lui montrait du doigt sa serviette étalée sur une chaise-longue. L'italienne hocha la tête puis sortit ses jambes de l'eau et se leva pour faire face à son interlocuteur. « Vous avez un problème avec mes affaires ? » L'étranger paru interloqué par tant d'insolence de la part de cette femme qu'il cligna deux fois des yeux. « Vous avez posé vos affaires sur mon transat ». L'asiatique regarda autour d'elle, il y avait des dizaines de places de libres et il ne pouvait pas tout simplement changer ? Elle se mit à comprendre qu'il jouait dans la même catégorie qu'elle : c'était un gros connard. Un faux sourire apparu sur son doux visage puis se dernier se dispersa dans une horrible expression de neutralité. « Je suis certaine que votre gros derrière supportera un transat que vous n'aurez pas réservé » Lui lança-t-elle en coréen. Peut-être avait-il compris. En tout cas l'occidental s'éloigna, l'air vexé, laissant Myung Hee qui avait déjà plongé son corps dans l'eau fraîche de la piscine. Le premier bain détendit tous ses muscles endoloris par sa journée mouvementée. Elle fit quelques brasses aux côtés de l'autre nageur, sans pour autant l'égaler côté vitesse. L'asiatique se dirigea vers le bord pour faire une pause après avoir parcouru deux-cent mètres. Quelle ne fut pas la surprise lorsqu'elle s'aperçut que sa serviette et quelques affaires sans valeur avaient disparu. « Oh putain » S'exclama la jeune femme sans la moindre délicatesse. L'inconnu aurait-il osé s'en prendre directement à elle en cachant ses affaires ? La coréenne s'extirpa de l'eau sans prendre la peine de monter l'échelle pour partir à la recherche de ses effets personnels.

Myung Hee passa discrètement la porte de la dernière salle qu'elle n'avait pas fouillé : les vestiaires des hommes. Elle ouvrit les casiers vides, regarda dans les recoins, puis s’accroupit pour voir si elles n'étaient pas sous les casiers. Peu probable, cependant la demoiselle voulait retrouver sa serviette. Ses genoux humides glissèrent douloureusement sur le carrelage, des gouttes d'eau perlaient de sa nuque, roulèrent le long de sa colonne pour s'introduire dans la matière douce du maillot. Elle avançait au fur et à mesure. Rien. Quand tout à coup, la jeune femme aperçut une étoffe qui ressemblait étrangement à sa serviette. Myung Hee tendit le bras le plus loin possible. Elle n'arrivait pas, son bras était trop court.



LE DÉSIR S'ACCROIT QUAND L'EFFET SE RECULE




Dernière édition par Shim Myung Hee le Dim 11 Nov - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vampire ⸗ i am a blood sucker.
avatar
Yang Kaze
vampire ⸗ i am a blood sucker.


∆ BLAZE : ash.
∆ AVATAR : park jun ho.
∆ messages postés : 20
∆ ici depuis le : 05/11/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 307 ans, ou 28 physiquement.
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : coréenne mais j'ai des origines japonaises du côté paternel.
∆ JOB : serveur dans un café plutôt connu dans le quartier. le lieu de rendez-vous de tous les couples et des fonctionnaires.
∆ CÔTÉ COEUR : rien de bien intéressant et ce n'est pas le sujet que je préfère aborder.

MessageSujet: Re: times like these.   Jeu 8 Nov - 23:26



« ce poids est dix fois trop lourd pour toi, tu vas pas tenir sur quatre séries. » kaze esquissa un sourire, taquin, avant de s'asseoir sur la machine d'à côté. Les jambes légèrement écartées et les coudes appuyés sur ses genoux, il se pencha un peu pour voir le visage de son camarade de plus près, insistant. « tu vas finir écrasé. » le jeune homme un peu trop ambitieux, qui peinait depuis quelques minutes à soulever les altères, laissa échapper un soupir. « arrête d'essayer de me déstabiliser, je vais y arriver. » le vampire se redressa alors, laissant son ami tranquille (il était surtout impatient de voir ce que cela allait donner.) Le brun souffla un bon coup avant de pousser ses mains vers le plafond, déjà aussi rouge qu'une tomate. Passant sa langue sur ses lèvres, shadow se retint de faire une nouvelle remarque tandis qu'il croisait le regard décidé de l'asiatique. Rien à dire, il était vraiment motivé et c'était le plus important même si il prenait des risques en surestimant ses capacités. Mais son camarade était du genre borné et argumenter n'aurait mené à rien si ce n'est à un énervement mutuel. « je vais aller nous chercher à boire, vas-y doucement pendant que je suis pas là. » oui, il était tout de même préférable qu'il reste dans les parages pour rattraper les barres, au besoin, si son ami n'avait plus la force de les soulever. N'ayant pas d'argent sur lui, le vampire se dirigea vers les vestiaires afin de retrouver son fidèle et vieux porte-monnaie datant d'un siècle. Quelle fut sa surprise lorsqu'il y pénétra (...) Kaze fronça légèrement les sourcils : qu'est-ce que cette fille faisait là et, surtout, pourquoi était-elle dans cette position ? Un court instant, il s'étonna lui-même à s'imaginer qu'elle ne cherchait simplement qu'à rendre ce carrelage impeccable. Image ridicule qui s'en alla aussi vite qu'elle était venue. Cette asiatique devait être à la recherche d'un précieux objet qui avait sans le moindre doute glissé sous un meuble. Voilà qui semblait cohérent. Un sourire aux lèvres, amusé par la situation dans laquelle il se trouvait (une jeune femme à quatre pattes dans les vestiaires des hommes on en croise pas tous les jours) le vampire lança « vous avez perdu quelque chose ou vous menez une enquête ? J'espère que vous avez un mandat. » le nous n'était autre qu'une façon d'englober tous les humains de sexe masculin qui s'étaient déshabillés et changés dans cette pièce puant la javel.

Appuyant son épaule blanche contre un des casiers gelés, il ajouta «  je ne pensais pas te croiser ici un jour, myung hee. Tu pouvais me demander mon numéro de téléphone directement, c'était pas la peine de me suivre. » taquin, ses dents se découvrirent un peu plus. Elle le mettait de bonne humeur, comme chaque fois qu'elle venait prendre un verre ou manger un bout au café. Il ne la connaissait pas depuis très longtemps mais il y avait un bon courant entre eux et c'était toujours un plaisir de la voir. De base, kaze n'était pas franchement du genre à s'arrêter sur chaque personnage qu'il rencontrait mais il faut dire que, elle, elle méritait une petite halte. Souriante, agréable, langue-pendue ; de quoi apprécier sa compagnie (du moment qu'elle ne passait pas la majorité du temps à colporter des ragots) étrangement, le suceur de sang ne fit aucune remarque sur la position plus que suggestive de la demoiselle, n'attardant même pas son regard sur son corps : il ne faut pas se mentir, oui, il y avait jeté un coup d'oeil. Mais en même temps, comment passer à côté ? Elle était là, à moitié offerte, en maillot de bain. Respectueux, il avait viré ses pupilles au plafond, sa tête venant rencontrer le meuble en un mouvement lent. Soupirant, il lâcha « à moins que tu sois en train de jouer à cache-cache avec ton homme pour pimenter vos jeux sexuels. » joueur, il conserva son sourire. Si elle avait un petit ami ? Il n'en savait rien et, en toute honnêteté, ça ne l'intéressait pas plus que ça. Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. C'était un principe de shadow : il était important que tout le monde conserve son jardin secret. Pourquoi ? Pour éviter qu'un jour on ne vienne lui cracher à la gueule que c'est de sa faute si monsieur X est au courant que sa femme le trompe avec le caissier (parce qu'elle est trop lâche et égoïste pour lui avouer elle-même), qu'il aurait dû la fermer pour pas que madame Y fasse la bêtise de faire piquer son chat (décision qu'elle n'arrivait pas à prendre seule et pour laquelle elle a sûrement torturé tout son voisinage pendant des jours pour avoir des conseils) ou encore, qu'on ne vienne lui jeter le cruel  occupe-toi de ce qui te regarde.  c'est vrai, cela n'avait jamais été une bonne idée que de se pencher sur la vie des autres. Ces derniers avaient, et ont toujours, tendance à trouver une tête de turc lorsque les choses dégénèrent dans leur petit train-train quotidien. Ils se débrouillent donc pour trouver quelqu'un sur qui remettre la faute ; bande de merdeux. Se décollant du casier d'un coup d'épaule, kaze se pencha vers sa jeune connaissance. « tu as peut-être besoin que je t'aide ? »



i drive girls crazy cos' i'm lazy, i don't give a damn.


Revenir en haut Aller en bas
 

times like these.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before The Dawn; :: we are burning the night together. :: ⸗ gangnam east. :: daechi.-