un titre ...



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

NEWS : UN NOUVEAU DESIGN AVEC LA SUBLIME KIM HYUN AH & UN ÉVÈNEMENT QUI VIENT TOUT JUSTE D'OUVRIR SES PORTES ! SOYEZ NOMBREUX !

Partagez | 
 

 un titre ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: un titre ...   Jeu 15 Nov - 19:01


« Hey Nat! » Premier appel, aucune réception. Cela faisait au moins la dixième fois que ce pauvre enfant criait ton nom. Et il ne fut sûrement pas le seul. En à peine cinq minutes, le petit groupe réunit pour jouer au foot n'avait cessé de t'interpeller, croyant capter ton attention. Mais tu étais ailleurs, complètement perdu dans tes pensées. Au bout d'un certain temps, ils avaient arrêté de faire attention à toi, te jugeant de pas bien. Tu ne savais pas trop pourquoi tu étais ainsi. Peut-être parce que tu ne l'a pas vu aujourd'hui ? Vingt quatre heures sans voir ses yeux, sa bouche, son visage. vingt quatre heure sans sentir ses lèvres, son parfum, sa présence. Vingt quatre heures de solitude, de cauchemar. Si pour beaucoup ça ne paraît rien, pour toi, c'est une épreuve difficile à surmonter. Mais tu ne pouvais le retenir trop près de toi, le forcer à rester à tes côtés. Sans oublier que tu avais tes cours et lui, son boulot. C'est justement cela qui vous séparait l'un de l'autre, pendant tant d'heure. Même au lycée, tu n'arrives plus à te concentrer. Déjà que ton cerveau se distrait vite en général, mais là, ça devient de pire en pire. Comme maintenant. Tandis que tu es assis sur un vieux banc d'un terrain vague. Pendant que tu rumines dans ton coin, les enfants jouent au foot, s'attendant à te voir avec eux, pour courir après la balle. Mais tu n'avais pas la foi de bouger autant, ni même de penser à jouer. Alors tu restais à l'écart, rêvassant. « attention! » Le temps d'entendre l'avertissement du gosse qu'une douleur fulgurante te prit à la tête, le choc te faisant tomber du banc. Plus de peur que de mal, vu la force des mômes mais ton coeur s'était emballé comme s'il faisait une chute libre. Paniqué, toute la petite bande s'était précipité vers toi, cherchant à savoir si tu n'avais rien. Tu avais ris, comme un idiot, en leur rendant leur ballon.

Ils reprenaient leur jeu, te laissant à nouveau dans ton coin. Après ce retournement, tu pris conscience que rester avachit sur un banc ne t'aiderait. mais tu t'ennuies tellement. Et jordy ne peux même pas te rejoindre pour passer l'après midi avec toi. On est mercredi, quand même. Seul jour où tu as ta demi-journée de libre. Alors que lui, non. ça te donnerait envie de pleurer, pire, de te jeter sous un bus -à l'arrêt-. Mais qu'importe. Tu quittes juste ta place pour aller te promener, laissant les enfants à leur match. Laissant le terrain derrière toi, tu reviens vers la population, parcourant les rues gangnam en traînant des pieds, les mains dans les poches. Les boutiques autours de toi attirent légèrement ton attention, t'occupant comme tu pouvais. à dire vrai. Tu mourrais d'envie d'aller voir Jordan, mais l'idée de le déranger te traversait à chaque fois l'esprit. Si tu te présentais devant lui, sa journée serait gâché. Il voudrait sûrement laisser tomber son travail pour rester avec toi. Et ça, ce n'est pas pardonnable. Alors tu fais en sorte d'éviter l'endroit où il est, marchant simplement comme un zombie. façon de parle. Tu ne fais que parcourir les trottoirs, fixant le sol ou les vitrines. Parfois, tu t'attardes dans un magasin, examine les rayons. Mais rien de plus. Tu t'ennuies sévère tout seul. Tout tes potes ont décidés de faire un truc, mais toi, tu as refusé. Quel idiot. Vois le résultat, tu erres comme un revenant. Ignorant le regard des autres, celui des filles ou même des gars.

Puis la nuit tombe. Et toi, tu n'as rien trouvé de mieux que prendre racine sur un muret, une canette de jus de fruit à la main. D'ailleurs, tu fixais cette dernière, te demandant si dans un monde parallèle, ils mettaient l'emballage après le jus. Réflexe con, mais plutôt intéressante pour toi. ça t'occupe et tu ne vois même pas le temps passer. Jusqu'à remarquer que le contraste est différent. Plus lumineux, par endroit plus sombre. Pas besoin de dessin, il fait nuit. En cette saison, il fait vite nuit de toute façon. Mais tu n'oses toujours pas appeler Jordan pour qu'il te rejoigne et passe la soirée avec toi. Et s'il te demande encore de retirer ton piercing et que tu désires aller plus loin ? Pas que cela te fasse peur, mais tu ne l'as jamais fait. Qu'importe. Tu dois te changer les idées, rapidement. En levant les yeux, tu remarques un tas de jeunes. Il y a aussi de la musique, une ambiance particulière qui anime le quartier seulement à une heure particulière. Les discothèques. En y pensant, tu as peut-être trouvé un moyen de t'amuser. Non pas d'aller danser ou quoi. Les videurs te refusent toujours le passage, en plus. Sauf là-bas. Avec le mot magique, ça devient si facile. Délaissant enfin ton muret, tu te décides à aller affronter les gros bras. Rien qu'à voir leurs têtes, ils sont sûrement surpris qu'un gamin débarque devant eux. « Je veux voir le boss. Voyez de quoi je parle, n'est-ce pas ~ » Tu leur faisais largement comprendre ton sous entendu. Allez savoir, mais ils n'ont pas insisté. Ont-ils comprit que tu sais pour leur patron, Il Jae ? à chaque fois que tu le vois, c'est pour le faire marcher. Genre, tu connais son pire secret, ce qu'il cache à la société, et toi. Toi, tu lui fais croire que ton père est flic et que tu pourrais le dénoncer sans aucun mal. Le hic. C'est que ton père est juste directeur d'un centre commercial, pas plus. Si Il Jae l'apprend, tu es dans la moise, jusqu'au cou. Mais tu te sens trop confiant pour y penser, allant juste vers lui pour lui passer le bonjour, l'air narquois. « Hello ~ » lançais-tu une fois en face de lui. Tu ne sais pas à quoi tu t'exposes en jouant autant avec le feu. Oh non.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the invisible lama.
avatar
Lee Il Jae
admin ⸗ the invisible lama.


∆ BLAZE : hyoena
∆ AVATAR : yong jun hyung (c) doo ♥
∆ messages postés : 118
∆ ici depuis le : 25/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : deux cent quatre ans ( vingt deux en apparence )
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : coréen
∆ JOB : serveur dans un restaurant cinq étoiles et proxénète
∆ CÔTÉ COEUR : sois ma pute on verra après.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : tu as cru que tu pouvais te ramener, comme si de rien n'était. t’introduire dans une société qui n'était guère la tienne et t'accaparer les fréquentations d'autrui. faire ton gentil, ton tout beau, tout doux pour t'attirer des faveurs que tu ne mérites guère. tout cela pour te venger d'une seule personne, parce que oui, tu es prêt à tout pour lui en faire baver comme il l'a fait avec toi par le passé. tu n'as pas tourné la page d'ailleurs tu ne la tourneras jamais même pas lorsqu'il agonisera à tes pieds. et cela ne fais que commencer, ta vengeance ne fait que débuter. oui iljae tu es un enculé de manipulateur mais ça personne n'est encore assez futé pour le remarquer.
MessageSujet: Re: un titre ...   Lun 19 Nov - 17:53


Nous ne choisissons point. Notre destin choisit. Et la sagesse est de nous montrer dignes de son choix, quel qu'il soit. Il n’avait jamais pris de réelles décisions, tout lui tombait généralement dessus sans qu’il ne s’en rende compte, les rencontres, les sentiments, les défaites, les victoires, le désespoir, la folie … Il n’avait jamais été maître de lui, d’ailleurs il y avait de fortes chances pour qu’il ne le soit jamais et cela ne le gênait pas bien au contraire. Le jeune coréen avait cette habitude de reporter la faute sur autrui, il ne se produisait jamais quoique ce soit dont il pourrait être responsable. Le destin encore le destin. C’est fou comme il y croyait à cette connerie. Chaque personne qu’il croisait était intimement lié à lui, il en était persuadé, plus que convaincu. Il n'y a pas de déception sans attentes préalables, que celles-ci soient explicites ou non. C'est l'écart entre notre attente et ce que nous vivons en réalité qui produit notre déception. La déception permet donc, d'identifier nos attentes et des détails sur celles-ci. Le fait de préciser nos attentes peut être une première étape pour identifier plus clairement nos besoins. Cela peut aussi permettre de préciser dans quelle mesure nous en portons vraiment la responsabilité et combien nous la faisons porter à d'autres. Les émotions liées à la déception sont d'un grand secours et c'est pour cela qu'il est utile de les ressentir. Confortablement installée dans son fauteuil, les pieds posés sur son bureau, le jeune proxénète expira bruyamment. Il craignait la déception, la déception de ne pas obtenir ce qu'il désirait mais pire encore la colère que cette déception engendrerait. Il n’aimait pas se faire berner, et il sentait qu’il s’était fait avoir comme un novice et ce, par un gamin pas plus haut que trois pommes, bon d’accord il exagérait mais c’était tout comme. Pianotant du bout des doigts sur son bureau, le jeune loup releva la tête lorsque son bras droit pénétra dans la pièce. « Voici le dossier, vous aviez vu juste. » Se mordillant la lèvre inférieur, il s’emparait du dossier avant de ne faire signe à son interlocuteur de quitter la pièce. Qu’entendait-il par « avoir vu juste » ? Il détailla du regard l’avant-garde du dossier, aussi inintéressante puisse-t-elle être, iljae ne savait pas si l’idée d’ouvrir le dossier allait se révéler bonne. Ses doigts glissèrent sur l’avant-garde avant de n’ouvrir le dossier, laissant apparaître aux yeux de l’asiatique le visage d’un homme plus ou moins âgés, une petite cinquantaine probablement. Monsieur Jang, directeur d'un grand centre commercial. Le loup éclata de rire tout en sortant une cigarette de son paquet de clopes. La glissant à la commissure de ses lèvres avant de ne l’allumer à l’aide son Zippo, il leva les yeux au ciel, remerciant un dieu auquel il ne croyait guère. Il s’était royalement fait baisé, comment avait-il pu flipper devant les menaces d’un gosse et ce sans avoir pris le temps de vérifier ? Tirant une latte sur sa cigarette, il passa une main dans sa chevelure. Iljae ne laisserait pas ce petit bouseux s’en sortir aussi facilement. « Il y a quelqu’un pour vous monsieur Lee, désirez-vous que je le fasse entrer ? » Recrachant délicatement sa fumée, il acquiesça, posant ses coudes sur le bureau, fixant la porte d’entrée.

« Hello ~ » Tiens le bon dieu était décidemment de son côté aujourd’hui. Ironie ou non, voici que le jeune blondinet lui offrait la possibilité de se venger et se sans même avoir à bouger le petit doigt pour qu’il ne se ramène. Nakht venait de se jeter dans la gueule du loup sans même s’imaginer ce qu’il l’attendait et ce qu’il s’apprêtait à subir. Iljae était un enculé, les personnes qui lui étaient proche le savait, il ne pensait qu’à sa gueule et à sa foutu vengeance contre son frère, le reste lui importait totalement, autant dire que la vie d’un humain ne représentait pas grand-chose à ses yeux, cependant il ne comptait pas le tuer maintenant pas avant d’avoir joué avec lui. Sans compter qu’il manquait sérieusement de petite pute masculine. Il devait bien satisfaire l’intégralité de sa clientèle autant les hétéro, que les gays ou encore les bi. Oui tout le monde devait pouvoir prendre du plaisir dans son petit marché et nakht en prendrait bientôt très bientôt. « Assis toi, je t’en pries. » Oui assis toi face à iljae, qu’il puisse lire de plus près la frayeur qui parcourra ton regard lorsque tu réaliseras t’être fait piéger dans ton propre piège. Refermant le dossier avant que le jeune homme ne s’assoit, le proxénète le rangea minutieusement dans l’un des tiroirs de son bureau avant de ne faire signe à l’un de ses employés de lui servir un verre. « Tu es mineur non ? Ce ne serait pas raisonnable de t’offrir un verre si ce n’est guère du jus de pomme. » Un clin d’œil au blondinet et le voici qui tirait de nouveau sur sa cigarette, détaillant l’enfant de la tête au pied, alors c’était ce truc qui s’était joué de lui. Il avait honte de s’être fait avoir avec autant d’aisance, tellement honte. Il en finirait ce soir, histoire que rien ne soit ébruité, il avait une réputation à tenir. Lorsque les verres furent posés sur le bureau, iljae poussa celui de sa future victime devant lui, avant de ne s’emparer du sien et d’y tremper délicatement les lèvres. « Des nouvelles de papa ? Cela m’étonne que tu ne m’aies pas encore dénoncé, tu as encore une faveur à me demander c’est ça ? Une pute pour la nuit ? » Reposant son verre, il laissa un sourire moqueur se dessinait sur son visage tandis qu’il écrasait son mégot dans un cendrier. Il voulait le faire tourner en bourrique, juste un peu, juste le temps de le voir s’enfoncer, pour ce qui venait de la torture cela viendrait bien assez tôt. Pour l’instant jouons.




Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ el admin del fundo.
avatar
Jang Nakht
admin ⸗ el admin del fundo.


∆ BLAZE : ena • lemon
∆ AVATAR : Choi Jun Hong
∆ messages postés : 499
∆ ici depuis le : 01/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : 17 ans
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : Les pyramides, le nil, le sable, les dunes, tu connais ? Je viens du pays des pharaons, imhotep.
∆ ÉTUDES : 2ème année -lycée- science&maths
∆ CLUB(S) : Danse. Président du club, please.
∆ JOB : Mascotte à Lotte World pour les WE.
∆ CÔTÉ COEUR : "bonjour je suis dadan, je pourris le coeur et les pensées de mon nanak" saleté d'argentin.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : Est toujours en guerre avec sa famille. Reproche à son père la fuite de sa mère, et à Yurin de lui prendre sa place. A une malformation cardiaque qui l'empêche de faire trop d'effort -secret- . Abandonné par sa mère à cause de ça, à ses six ans -secretaussi- . Fait autant de danse qu'il peut, trouvant cela défoulant. Parle beaucoup pour ne rien dire. Garde toujours un taser et une paire de menotte dans ses poches. devient plus entreprenant sans son piercing à la langue.
MessageSujet: Re: un titre ...   Jeu 22 Nov - 19:33


l'assurance était un sentiment bien à part que tu pouvais ressentir chaque minute de chaque jour qui passe. Tu avais cette plaisance à te sentir sur de toi, à relever n'importe quel défi, à garder la tête haute qu'importe les évènements. Tu te dis juste que tu n'as qu'une vie et qui faut la vivre avec dignité et sans se presser, faisant les choses comme elles viennent sans jamais hésiter. Bien des gens sont morts en regrettant de n'avoir su se jeter à l'eau, d'avoir tenté sa chance sans crainte. Bien des personnes sont aujourd'hui dans l'incapacité de bouger ou de penser convenablement comme le trois quart de la population. Mais tu ne veux pas arriver à ce point pour te dire ne serait-ce "si j'avais fait ça". Jamais. Tu ne veux pas regretter éternellement d'avoir été un lâche et peureux. Bien que pourrir la vie des gens pour t'amuser ne soit pas une fierté. Pousser les gens à bout, non plus. comme leur faire croire la lune alors que tu n'atteints même pas les nuages. C'est comme avec ce Il Jae, qui à la tête de ce business dont tu ne veux savoir les détails. Tu le mène par le bout du nez pour t'amuser, pour ressentir quelque chose que tu ne peux obtenir autrement qu'en jouant avec le feu. tu le sais parfaitement. Un jour, tu te brûleras. Mais sûrement pas demain la veille, ou tu anticiperas pour éteindre le brasier avant qu'il ne grandisse. Encore une fois, tu es bien trop confiant pour être tranquille. Tu ne te doute de rien, ni même que ton petit manège risque de bientôt prendre fin. Regarde toi, tu souris comme un abrutis en te présentant devant l'homme de la discothèque, savourant son air surpris quand tu joues les caïd. Tu te délecte d'un sentiment qui ne te colle à la peau, qui ne te ressemble en rien. C'est juste une façon de t'amuser, de profiter. Tu ne te dis pas que le patron de cet endroit est assez intelligent pour étudier ton cas, se renseigner sur toi. Il découvrirait assez vite que ton père n'est pas un policier, et que tu n'as aucun pouvoir sur lui. Pourtant tu te présentes dans son bureau, toujours plus sur de toi qu'au départ. Ne craignant son regard ou son sourire. Dans ta tête, le scénario est déjà fait. Tu vas le faire marcher un peu plus, le faire courir même. Et après, tu rirais de ton sale coup, en dehors de cet endroit qui pue le tabac et l'alcool. Faut dire, tu es assez sensible à ces odeurs, même en te retenant de tousser quand il tire sur sa cigarette.

Qu'importe. Tu es à présent face à lui, assurément assuré. T'imaginant déjà la scène comme une pièce de théâtre. Tu t'éclates, tu joues, tu le fais marcher à ton allure, tu ris, tu profites puis tu te casses aussi tôt. Oui, c'était le plan parfait dans ton esprit en ébullition. Tu étais bien loin de te dire qu'il pourrait te faire descendre plus bas que terre, pire encore, te faire rejoindre ses rangs de prostitués cachés derrière son image de patron de boite de nuit. Non. Tu ne penses à rien de cela. Te disant que tu sembles bien trop innocent pour finir ainsi. Pauvre enfant. Tu vas vite te rendre compte que le père noël n'existe plus depuis belle lurette. Faudrait arrêter de rêver et cesser de voir la vie comme un jeu stupide. à force de jouer, tu vas tout perdre. Et la chance n'appartient pas à tous, que tu te lèves tôt ou pas. Il Jae te sommais de t'asseoir, ce que tu fis sans un mot. Tu prenais tes aises, zieutant du coin de l'oeil ses faits et gestes. Il venait de ranger un dossier mais cela ne t'inquiétait pas plus que ça. C'était ses affaires, tu n'avais pas à t'occuper de cela. Même si tu n'étais pas là pour prendre le thé et manger des biscuits à la tradition anglaise. Il se moque de toi, jouant de ton âge contre l'alcool. Mais il n'a pas tord, tu ne supportes en rien les boissons aussi forte. « Pourquoi me poser la question si tu le sais. » Arrogance pour arrogance. Tu ne faisais que lui répondre sur le même timbre de voix, un sourire en coin. Tu es trop sûr de toi, Nakht. Tu ne dis rien jusqu'à être servit, Il Jae poussant ton verre dans ta direction. Tu le pris délicatement entre tes doigts, l'examinant de plus près. Qui sait, il veut peut-être t'empoisonner ou te droguer ? Marrant. Mais même en pensant à ça, tu en bois une gorgée. Tu as quand même soif, mine de rien. Même pour te rassasier avec du jus de pomme à la couleur du champagne. Il te parlait de ton père, n'égayant en rien ta curiosité. Tu ne faisais que lui répondre à la suite, sans réfléchir. « Pourquoi le ferais-je aussi vite ? » Une question pour une question, ignorant la dernière qu'il t'avait posé. Non, tu ne désirais pas une pute. Tu étais loin d'être venu ici pour ce genre de chose. Jordy te suffit pour combler n'importe quel sentiment. Autant affectif que sentimental. Pourquoi avoir une pute ? Qu'importe. Tu lui faisais comprendre que tu n'étais pas là pour ça. Mais tu n'allais pas non plus lui dire que tu étais venu pour passer le temps d'une quelconque façon ? En même temps. Tu pouvais lui quémander ce que tu désirais. Mais tes yeux se posèrent sur sa cigarette écrasé dans le cendrier. « J'ai envie de m'amuser. » lâchais-tu finalement, tout sourire. Qu'il t'occupe un peu pour passer ton ennuie. C'est fou, complètement idiot, de venir dans un tel endroit pour passer le temps. Mais tu aimes le goût du risque, le danger.


Revenir en haut Aller en bas
admin ⸗ the invisible lama.
avatar
Lee Il Jae
admin ⸗ the invisible lama.


∆ BLAZE : hyoena
∆ AVATAR : yong jun hyung (c) doo ♥
∆ messages postés : 118
∆ ici depuis le : 25/10/2012



∆ ÂGÉ(E) DE : deux cent quatre ans ( vingt deux en apparence )
∆ DE SEXE : Masculin
∆ NATIONALITÉ : coréen
∆ JOB : serveur dans un restaurant cinq étoiles et proxénète
∆ CÔTÉ COEUR : sois ma pute on verra après.

∆ MY CRAZY SPELLBOOK : tu as cru que tu pouvais te ramener, comme si de rien n'était. t’introduire dans une société qui n'était guère la tienne et t'accaparer les fréquentations d'autrui. faire ton gentil, ton tout beau, tout doux pour t'attirer des faveurs que tu ne mérites guère. tout cela pour te venger d'une seule personne, parce que oui, tu es prêt à tout pour lui en faire baver comme il l'a fait avec toi par le passé. tu n'as pas tourné la page d'ailleurs tu ne la tourneras jamais même pas lorsqu'il agonisera à tes pieds. et cela ne fais que commencer, ta vengeance ne fait que débuter. oui iljae tu es un enculé de manipulateur mais ça personne n'est encore assez futé pour le remarquer.
MessageSujet: Re: un titre ...   Sam 24 Nov - 23:58


Le mensonge est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce dernier cas on parle plus particulièrement de mensonge par omission). Il ne faut pas le confondre avec la contrevérité, qui désigne simplement une affirmation inexacte, sans préjuger du fait que son auteur le sache ou non. Le mensonge est une forme de manipulation qui vise à faire croire ou faire faire à l'autre ce qu'il n'aurait pas cru ou fait, s'il avait su la vérité. En général, le mensonge s'oppose à la véracité (le fait de dire le vrai), à la sincérité ou à la franchise. Plus précisément, mentir consiste à dire le contraire de sa pensée dans l'intention de tromper. L'intention de tromper permet de distinguer le mensonge d'autres usages faux de la parole, faits dans le but de divertir ou par pur procédé rhétorique (comme dans le cas de la litote). À ce titre, il est considéré comme un vice ou un péché par la tradition morale philosophique et religieuse. Le proxénète jubilait intérieurement, cela était tellement jouissif de voir cet enfant s’embourber dans le mensonge. Etait-il si simple d’esprit au point d’imaginer qu’un homme comme iljae ne ferait guère de recherches ? Il fallait le croire. Le blondinet puait la prétention, il n’avait que trop confiance en lui et le jeune loup n’avait que trop hâte de lui fermer le clapet. Mais pas encore, iljae aimait faire courir le lièvre avant de l’abattre, le laisser se la jouer puis paniquer avant de ne se faire bouffer. Le coréen ne s’en prenait guère facilement à autrui habituellement encore moins à des jeunes hommes ayant l’âge du blondinet, mais voyez-vous, il ne supportait pas qu’on le cherche, ce, dans le seul but de s’amuser, de se divertir. Car ici c’était lui le roi, le chef. Lui qui décidait de ce qu’on pouvait et ne pouvait pas faire. S’aventurer dans la tanière de l’ours n’était guère une bonne idée pour ne pas dire qu’elle était stupide, en un seul claquement de doigts, les petits toutous de l’asiatique s’occupaient de Nakht et le débarrassaient ainsi de cet emmerdeur. Emmerdeur qui actuellement le divertissait affreusement bien. Comme si il s’imaginait pouvoir faire s’agenouiller son aîné par de simples menaces. Portant son whisky a ses lèvres, il en ingurgita un gorgée avant de ne reposer son verre sur son bureau. C’est fou comme la stupidité, le manque d’intelligence, d’esprit, de conscience et de bon sens de l’asiatique l’étonnait. « Pourquoi le ferais-je aussi vite ? » Il s’exprimait si calmement, de manière si posée qu’il jae ne put empêcher un sourire sadique de se dessiner sur ses lèvres. Cela le démangeait si grandement d’agir maintenant sans prendre le temps de le laisser s’enfoncer plus. S’emparant de nouveau de son verre, il en ingéra deux gorgées avant de ne venir humecter sa lèvre inférieure d’un coup de langue. Il avait soif, soif de vengeance.

«J'ai envie de m'amuser. » C’était exactement ce qu’il lui fallait, que l’enfant lui demande de vive voix de l’amuser, avec cette innocence caché. Il voulait s’amuser, passer son ennui ? Il allait être servi. Claquant des doigts, il ordonna à ses deux vigils de quitter la pièce suivis de près par son serveur. Puis passant une main dans sa chevelure châtain, il expira délicatement avant de n’entrouvrir les lèvres. « et en quoi puis-je te divertir Nakht ? » Oui, en quoi pouvait-il divertir le blondinet, enfin du moins le temps que ses vigils ne reviennent avec de quoi attachait l’enfant à sa chaise. Sortant de nouveau une cigarette de son paquet, il la porta à la commissure de ses lèvres, tendant le paquet vers le jeune homme, qu’il se serve s’il en voulait une. L’allumant, il inspira une grande bouffée qu’il recracha sans aucune gêne au visage de l’asiatique avant de se lever. Se dirigeant vers son placard, il en sortit un album photo, album qu’il emmena à l’humain, le posant devant celui-ci avant de l’ouvrir, dévoilant ainsi aux yeux du jeune homme, le seul amusement qu’il pouvait lui proposer. Des femmes en petites tenues ayant la vingtaine, des femmes plus mûres, de jeunes garçons, il y en avait pour tous les goûts, en passant de la simple coréenne aux sublimes françaises. Iljae possédait le plus gros réseau de prostitué à Séoul et il en était fier. D’ailleurs il protégeait relativement bien ses filles et ses garçons puisque toutes relations avaient lieues dans ses locaux de manière à éviter des abus et une quelconque violence envers ses progénitures. Toutes ces filles travaillaient parce qu’elles le lui avaient demandés, qu’importe la raison, elles avaient besoin d’argent. Il ne forçait personne, ses filles partaient quand elles voulaient du moment qu’elles le prévenaient au préalable. Mais visiblement aucunes d’elles ne désiraient réellement le quitter, sûrement parce qu’il les payait bien plus cher que de nombreux proxénètes et les laissait garder pour elle, les pourboires des clients. Mmh probablement. Passant son doigt sur la photo d’un jeune homme allemand, iljae afficha un sourire moqueur avant de s’adresser à son maître chanteur. « Je te vois bien travailler avec lui, il sera ton mentor, pour t’enseigner les rudiments du métier. Au final tu aurais peut-être du prévenir papa. » Refermant sèchement l’album, le coréen fixa les deux vigils qui venaient de pénétrer dans la pièce, leur faisant signe de ligoter le blondinet. Et voilà ce qui allait se révéler intéressant. Les deux loups se postèrent chacun d’un côté du jeune homme tandis qu’il jae, la clope au bec se contentait de regarder, fier de lui. Un tour puis deux voir trois, en deux temps trois mouvements, Nakht se retrouvait ficeler sur cette chaise. Les deux vigils toujours positionnés à ses côtés tandis qu’il jae venait se positionner face à lui, se penchant de manière à lui faire face. « Tu aimes ma façon de te divertir blondie ? Non parce que l’homme que je suis, aimerait sincèrement en savoir plus sur ton papa. » Dis nous en plus Nakht.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: un titre ...   




Revenir en haut Aller en bas
 

un titre ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Before The Dawn; :: we are burning the night together. :: ⸗ gangnam north. :: sinsa.-